Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « Logement »
Plan d’action Entreprises
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Fictivité de la donation avant cession en l’absence de dessaisissement total du donateur des titres

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Fictivité de la donation avant cession en l’absence de dessaisissement total du donateur des titres

Le choix d’effectuer une donation avant cession de titres d’une société, plutôt que de céder ces derniers directement permet de gommer la plus-value de cession.

En effet, lors de la cession qui intervient généralement peu de temps après la donation, la plus-value est calculée d’après la valeur vénale des titres au moment de la donation.

En pratique, l’opération n’encourt aucune critique de la part de l’administration lorsque deux conditions sont vérifiées :

  • la donation est préalable à la mutation à titre onéreux des titres, cette dernière ne devant pas être engagée lorsque la donation sera consentie,
  • le prix de cession est appréhendé par le donataire, qui est alors le cédant.

L’opération envisagée ne pourra être contestée par l’administration que si cette dernière établit l’absence d’intention libérale lors de la donation.

Autrement dit, le dessaisissement du donateur doit être irrévocable afin que la donation ne soit pas entachée de fictivité. Les donateurs ne doivent, recevoir aucune contrepartie et surtout pas le prix de vente des parts. Ce prix ne doit pas être appréhendé directement ou indirectement par le donateur.

Le dessaisissement sur les droits donnés doit être totale et irrévocable.

Ainsi, l’acte de donation ne doit contenir aucune clause contraignant directement ou indirectement la donataire à céder les titres donnés. Par ailleurs, aucune convention ne doit contraindre le donataire à s’associer avec les donateurs pour l’utilisation des fonds provenant de la cession des titres.


Dans l’affaire soumise à la censure de la Haute juridiction administrative les faits étaient les suivants : Par acte du 17 septembre 2010, M. A a fait donation à sa fille Louison alors âgée de deux ans de 11 410 titres sur les 21 242 qu’il détenait dans la société 2LO et a cédé le reste à son épouse.

Par un « contrat de cession d’actions » signé le 23 septembre 2010 la société LM s’est engagée à acquérir l’intégralité des 11 410 parts détenues par Louison. Par acte réitératif de cessions d’actions du 7 octobre 2010 le prix de cession a été versée à cette date par la société LM à Louison.

L’administration a remis en cause la donation au motif qu’il s’agissait d’une donation fictive, constitutive d’un abus de droit.

La plus-value correspondante a été soumise à l’impôt sur le revenu et aux contributions sociales au titre de l’année 2010.

M. A a contesté ces impositions et les pénalités correspondantes devant le tribunal administratif de Paris qui a rejeté sa demande par un jugement du 3 juin 2015. La cour administrative d’appel de Paris a confirmé ce jugement par un arrêt du 28 février 2017 dont M. A demande l’annulation.

M. A. soutenait qu’il avait entendu assurer l’autonomie financière de sa fille et qu’il disposait avec son épouse de la qualité d’administrateur légal de ses biens pendant sa minorité.


Le Conseil d’Etat vient de rejeter le pourvoi

En effet, il a été relevé que la somme de 256 981,98 € résultant du produit de cession des titres de Louison A a d’abord été créditée sur un compte ouvert à son nom auquel, en sa qualité de représentant légal, M. A avait librement accès.

Ensuite M. A a appréhendé dans les mois qui ont suivi plus de 82 % de cette somme en la portant au crédit de plusieurs comptes rémunérés ouverts conjointement à son nom et à celui de son épouse et que ces comptes n’étaient pas bloqués et étaient à la disposition de leurs titulaires.

Par ailleurs, il a été relevé que les « contrats de prêt » signés par M. et Mme A en avril 2011 par lesquels ils s’engageaient à rembourser à leur fille, au plus tard le 27 août 2027, les sommes qu’ils avaient inscrites sur leurs comptes, n’avaient pas été enregistrés et étaient dépourvus de date certaine.

Partant il a été décidé que l’administration apportait la preuve qui lui incombait que le requérant ne s’était pas dépouillé de manière immédiate et irrévocable de son bien.

La CAA de Paris a exactement qualifié les faits en jugeant que a donation revêtait un caractère fictif et n’était pas opposable à l’administration en application des dispositions de l’article L. 64 du LPF.


Conseil d’État, 3ème - 8ème chambres réunies, du 5 février 2018, n° 409718

newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 12 février 2018

Publié le mercredi 14 février 2018

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Abus de droit | alaune | BCRSS15 | mafiscalite | PVMOB


 



Les articles les plus lus !
Logiciel obligatoire au 1er janvier 2018 : Le vrai et le faux !
IFI : un impôt plus subtil qu’il n’y paraît
Taux de l’impôt sur les sociétés de 2018 à 2022
Fictivité de la donation avant cession en l’absence de dessaisissement total du donateur des titres
Notion de prix effectif d’acquisition pour le calcul de la plus-value mobilière
Plus-value immobilière et travaux : nouvelle décision concernant la prise en compte des matériaux en majoration du prix d’acquisition
Subordonner le bénéfice de l’exonération prévue à l’article 151 septies du CGI à l’inscription du loueur en meublé au RCS est contraire à la Constitution
SCI : dates limites pour déposer la déclaration de résultats 2072-S-SD
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018