Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Loi MUES
Grand débat national
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Expatriés, oubliés de Bercy ?

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail






Par Olivier Grenon-Andrieu, président d’Equance

Alors que les débats animent encore les bancs du Parlement en cette fin d’année, l’un des textes emblématiques du dernier trimestre, le projet de loi de finances 2019 (PLF) a été voté au Sénat en première lecture avant son retour devant l’Assemblé nationale actuellement.

Les quelques 2 millions de français établis à l’étranger sont rejoints chaque année par 3 % de nouveaux expatriés auxquels il convient d’ajouter environ 500 000 français non enregistrés, illustration d’une tendance actuelle d’un monde en forte mobilité. Ces derniers resteront sans doute encore sur leur faim en découvrant la dernière mouture de la loi de finances 2019.

En effet, il ne faut guère s’attendre à des dispositions simplificatrices de nature à corriger les incohérences actuelles des dispositifs fiscaux à l’égard des français à l’étranger. Arrêtons-nous, néanmoins, sur quelques mesures.

Plus-values immobilières : un satisfecit mesuré

A défaut de disposition simplificatrice, accueillons avec satisfaction celle qui octroie une exonération d’impôt sur la plus-value, lorsque le bien qui constitue la résidence principale de l’expatrié est cédé entre la date de son départ jusqu’au 31 décembre de l’année suivante. Ce bien ne devra pas faire l’objet d’une location pendant cette période (PLF, art. 16 ter).

Pour les logements non dédiés à la résidence principale, l’exonération s’applique lorsque la plus-value nette taxable n’excède pas 150 000 €, soit 300 000 € pour un couple codétenteur du bien. La mesure n’est pas nouvelle, mais reste encore méconnue par certains professionnels. Il faut encore ici distinguer selon que le bien est à la libre disposition du contribuable ou bien loué. S’il est loué, l’exonération s’appliquerait pendant un délai de 10 ans à compter du transfert du domicile fiscal à l’étranger (5 ans actuellement). En revanche, pour un bien restant à la disposition du contribuable depuis le 1er janvier précédant la cession, la condition de délai n’existe pas (CGI, art. 150 U II). Mais le bénéfice d’un tel régime ne peut s’appliquer deux fois si le contribuable vend successivement sa résidence principale puis veut bénéficier de ce dispositif. Une stratégie patrimoniale devra alors être adoptée avant toute cession.

Hausses d’impositions, prélèvements sociaux : des traitements discriminatoires

Le PLF 2019 introduit une augmentation significative du taux d’imposition des non-résidents sur les revenus de placements immobiliers, en le faisant passer de 20 à 30 % (CGI, art. 197 A).

Mais c’est sur le terrain des prélèvements sociaux CSG/CRDS que tout se complique depuis plusieurs années, avec des contentieux en série entre la France et l’Union européenne et les non résidents sur l’application des prélèvements sociaux sur les revenus de placements immobiliers. D’où vient le problème ?

Pour des questions de recettes budgétaires depuis plusieurs années, on a davantage taxé les non-résidents qui se trouvent stigmatisés par ces mesures. Ils ont ainsi subi une hausse substantielle, le taux d’imposition sur les revenus de placements immobiliers, passant de 20 % à 37,2 % en quelques années. La CSG/CRDS serait, quant à elle, supprimée pour les non-résidents de l’UE. A la place, un prélèvement de solidarité de 7,5 % sans que l’on connaisse encore la destination des sommes prélevées. Quant aux résidents hors UE, la CSG/CRDS serait maintenue et ils seraient toujours soumis à un prélèvement de 17, 2 %. Le taux passerait donc à 47.2%, et l’on nous parle de baisse ! Pourquoi une différence de traitement ? Silence…

Quel avenir pour l’exit tax ?

L’exit tax n’a pas échappé à quelques évolutions dans la version 2019 du PLF dans son article 51. Elle est même renforcée par un nouveau régime dit « anti-abus » Ainsi, l’imposition des plus-values sur la cession de valeurs mobilières et droits sociaux en cas de transfert du domicile fiscal hors de France serait désormais dégrévé au-delà de 2 ans et non plus 15 ans suivant le transfert de domicile à l’étranger, ce délai étant porté à 5 ans lorsque la participation dépasse 2,57 M €.

Une retenue à la source contestable

Enfin, dernière nouveauté retenue ici, à l’article 13 bis du PLF : la retenue à la source au taux de 30 % (les sénateurs ayant tenté de baisser le taux à 20 %) est appliquée à tout versement effectué, sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, par une personne qui est établie ou a sa résidence en France au profit, d’une personne qui n’est pas établie ou n’a pas sa résidence en France ; autrement dit les flux financiers relatifs aux dividendes versés à un actionnaire non-résidents seraient soumis à ce prélèvement, et ce même en présence d’une convention fiscale internationale. Sous prétexte de lutter contre certaines formes d’optimisation fiscale, cette mesure sera source de contentieux, si elle est maintenue dans la version finale du PLF.

A propos d’Equance :


Equance est une société de Conseil en Gestion Privée Internationale proposant des prestations allant du conseil en gestion de patrimoine, au suivi fiscal et à la mise en œuvre de solutions pour le compte de résidents et non-résidents français. La société s’appuie sur un réseau indépendant de consultants en gestion de patrimoine répartis sur le territoire français et dans plus de 50 pays. Forte des 30 ans d’expérience de ses associés, la société s’est imposée parmi les leaders dans les prestations de Conseil en Gestion Privée des Français de l’étranger et comme un acteur alternatif significatif sur le marché national. Société par Actions Simplifiée au capital de 500.000 Euros, Equance est dirigée par Olivier Grenon-Andrieu, Président, et Didier Bujon, Directeur Général. En 2017, Equance est nommée, pour la 4ème année consécutive, par le magazine Décideurs comme un des cabinets « Incontournables » en termes de conseil en gestion de patrimoine et figure à la 33 e place du classement de L’Argus de l’assurance 2017 des meilleurs courtiers généralistes du marché français.

newsletter de Fiscalonline

Tribune d’Olivier Grenon-Andrieu, président d’Equance

Publié le vendredi 21 décembre 2018

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | Expatrié | Fiscalité des particuliers | Impôt sur le revenu | mafiscalite


 



Les articles les plus lus !
Les principales mesures fiscales de la loi de finances pour 2019 intéressant les ménages
Le calcul du plafonnement de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) est constitutionnel
Quand et comment pourra-t-on savoir qu’un acte est « principalement » motivé par des considérations fiscales ?
Plus-value immobilière : l’indemnité d’éviction qui vient en diminution du prix de cession s’interprète strictement
Les impôts acquittés par les sociétés restent une source prépondérante de recettes publiques
Report d’imposition de la plus-value d’apport de titres : nouveaux aménagements proposés par le Gouvernement
Les députés suppriment les droits d’enregistrement pesant sur plusieurs actes relatifs à la vie des sociétés
Les véhicules « dérivés VP » à l’épreuve de l’exclusion du droit à déduction de la TVA
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2019/a>