Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Crédit d’impôt recherche et sous-traitance : encore une décision défavorable pour les sous-traitants agréés.

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Article rédigé par Jérôme Granotier, associé, et Manouk Minasyan du cabinet Bignon Lebray

Commentaire de l’arrêt du Conseil d’Etat du 5 mars 2018, n° 416836


Faits et position de l’administration fiscale

Une société spécialisée dans les mathématiques financières et agréée par le Ministre de la Recherche réalisait des opérations de recherche pour son propre compte, éligibles au crédit d’impôt recherche (ci-après le CIR). Parallèlement, elle mettait ses compétences à la disposition d’une clientèle bénéficiant, elle aussi, du CIR.

Or, l’administration fiscale considère qu’une société ne peut pas prendre en compte dans l’assiette de son propre CIR les sommes qu’elle a facturées à ses clients éligibles au crédit d’impôt recherche, même si ceux-ci n’en bénéficient effectivement pas.

Deux recours

Afin de contester la position de l’administration fiscale, la société avait engagé devant le Conseil d’Etat, (i) un recours pour excès de pouvoir visant à annuler les dispositions des paragraphes 200 à 245 de la doctrine administrative commentant le CIR et (ii) avait soulevé une question prioritaire de constitutionnalité.

Motivation des recours

En effet, selon le texte fiscal, un sous-traitant agréé n’a pas le droit de tenir compte dans l’assiette de son propre CIR des sommes qu’il a facturées à un donneur d’ordre éligible au CIR.

Cette restriction est justifiée par la volonté du législateur d’éviter que les mêmes dépenses ouvrent droit deux fois au CIR, une fois chez le sous-traitant agréé et une autre fois, chez le bénéficiaire de la prestation.

Ayant bien compris cette logique, la société soutenait que cette règle ne devrait pas s’appliquer dans le cas où un donneur d’ordre n’aurait pas pris en compte les dépenses de sous-traitance dans l’assiette de son CIR, soit par l’effet des règles de plafonnement prévues par les textes, soit du fait d’une renonciation volontaire au bénéfice du CIR.

Par conséquent, la restriction générale et absolue faite aux organismes agréés de ne pas prendre en compte les dépenses facturées à leurs clients dans la base de calcul de leur CIR était contestable.

Recours pour excès de pouvoir

Dans le cadre du recours pour excès de pouvoir, le Conseil d’Etat confirme la position de l’administration et considère que le texte ne prévoit aucune exception permettant à l’organisme agréé d’inclure les sommes facturées à un donneur d’ordre dans son propre CIR.

Question prioritaire de constitutionnalité

Au regard de la question prioritaire de constitutionnalité, la société soutenait que le texte méconnaissait les principes de l’égalité devant la loi fiscale et les charges publiques prévus par les articles 6 et 13 de la Déclaration des Droits de l’Homme et de Citoyen en instaurant un traitement différent selon que l’organisme sous-traitant était agréé ou non.

En effet, un organisme non agréé peut tenir compte pour le calcul de son CIR des sommes facturées à ses clients contrairement à un organisme agréé par l’Etat. Le Conseil d’Etat considère que cette différence de traitement est fondée sur un critère objectif et rationnel en rapport avec l’objectif d’incitation poursuivi et qu’elle ne méconnait pas les principes d’égalité devant la loi fiscale et les charges publiques. Il n’y a donc pas lieu à transmettre la question prioritaire de constitutionnalité au Conseil constitutionnel.

Conséquences de la décision pour les sous-traitants agréés

Cette décision fait une application littérale des textes fiscaux mais aboutit souvent à des situations inéquitables. En effet, le texte impose au sous-traitant agréé de déduire de ses propres dépenses, le montant facturé à un donneur d’ordre éligible pour éviter une double prise en compte.

Or, cette déduction est souvent supérieure aux dépenses engagées puisque le montant facturé comprend la marge de la société prestataire, ce qui est pénalisant pour le prestataire agréé qui voit ainsi diminuer son CIR sur ses propres projets de recherche. Mais si, de surcroit, le client donneur d’ordre ne profite pas du CIR, cette déduction est encore plus difficile à accepter.

Cette décision montre qu’une ouverture pragmatique ne proviendra pas de la jurisprudence, il reste donc à espérer que le législateur aménage le texte pour éliminer ces situations inéquitables. En attendant, certains sous-traitants pourraient avoir intérêt à renoncer à leur agrément…


Arrêt du Conseil d’Etat du 5 mars 2018, n° 416836

newsletter de Fiscalonline

Article rédigé par Jérôme Granotier, associé, et Manouk Minasyan du cabinet Bignon Lebray

Publié le lundi 14 mai 2018

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | CIR | Fiscalité des entreprises | mafiscalite


 



Les articles les plus lus !
Prélèvement à la source, crédits d’impôts et réductions d’impôt : en pratique ?
PLF 2019 : le Sénat a adopté avec modifications le projet de loi en première lecture
Scandale des « CumEx Files » et arbitrage de dividendes : les députés amendent le dispositif adopté au Sénat
Les députés de la majorité proposent de maintenir le taux actuel de la quote-part de la « niche Copé » à 12 %
Plus-value de cession d’un fonds donné en location-gérance : conditions de l’exonération liée à la valeur du fonds
Plus-value et résidence principale : l’occupation de la maison à titre habituel et effectif doit être justifiée
Prise en compte des parts louées dans la détermination du caractère majoritaire de la gérance d’une SARL
Régime fiscal des impatriés : précision sur les salariés appelés pour occuper un emploi en France
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018