Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Loi MUES
Grand débat national
Impôt sur le revenu 2019
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Couples mariés / pacsés : quelles conséquences en cas d’expatriation ?

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail




Le cadre légal des régimes matrimoniaux a connu une importante réforme le 29 janvier 2019. Désormais, les règles encadrant les mariages et les pacs internationaux, qui s’appliquent notamment aux couples expatriés, ne sont plus les mêmes qu’auparavant.

Par Patrick Janel, Responsable Gestion Privée chez Equance.

Les mariages binationaux ou incluant un élément d’extranéité territoriale (expatriation notamment) concernent désormais près d’un tiers des unions célébrées en France. Face à un cadre juridique jusqu’alors complexe et instable souvent mal maîtrisé par les intéressés, le Parlement européen a adopté le règlement UE 2016/1103 qui est entré en vigueur en France le 29 janvier 2019. Celui-ci redéfinit avec clarté le nouveau cadre juridique qui s’applique aux couples binationaux ou expatriés notamment en cas de Liquidation du Régime Matrimonial.

Quels étaient les problèmes avant 2019 ?

Rappelons qu’avant le 29 janvier 2019, les mariages célébrés depuis le 1er septembre 1992 étaient et resteront régis par la Convention de La Haye de 1978. Dans ce cas, le régime matrimonial qui s’applique en cas de séparation ou de décès est celui du pays de la première résidence habituelle du couple, mais la Convention de La Haye prévoit ensuite une mutabilité automatique de la loi applicable lorsque les époux vivent depuis plus de 10 ans dans un autre pays. Notons que cette mutabilité n’est pas rétroactive : par exemple, en cas de divorce ou de décès après 5 ans passés en France et 10 ans passés en Angleterre, il faudra appliquer à la fois la loi française et la loi anglaise lors de la liquidation du régime.

Ce principe entraîne une insécurité juridique pour les époux sans que ceux-ci en soient toujours conscients. En effet, certains pays considèrent que les couples unis sans contrat de mariage le sont automatiquement sous le régime de la séparation de biens, et non sous le régime de la communauté. En cas de décès ou de divorce, le conjoint survivant peut se retrouver sans aucun patrimoine en cas de déséquilibre dans la répartition du patrimoine commun.

Pour les couples mariés sans contrat de mariage avant le 1er septembre 1992, la liquidation du régime matrimonial suit la jurisprudence Gouthertz. Cette fois, il n’y a pas de mutabilité automatique en cas d’expatriation prolongée : la loi qui s’applique est systématiquement celle du pays de la première résidence commune des deux époux, c’est-à-dire la première résidence occupée pendant au moins deux ans. Cette jurisprudence peut également représenter un danger si la première résidence se situait à l’étranger, dans un pays où les règles ne sont pas les mêmes qu’en France.

Une plus grande clarté de la législation applicable

Le nouveau règlement européen, entré en vigueur le 29 janvier 2019, vient répondre à ces problématiques en mettant en place au sein de l’Union Européenne un cadre juridique plus harmonieux et plus sécurisé, sans effet rétroactif pour les mariages célébrés avant 2019.

Le nouveau règlement instaure trois changements majeurs :

  • la suppression de la mutabilité automatique du régime matrimonial après 10 ans ;
  • l’instauration d’un choix volontaire, par les couples binationaux et expatriés, de la législation qui sera applicable à l’encadrement de leur union (législation française ou américaine par exemple) ;
  • l’instauration d’un principe d’unité de la loi applicable à l’ensemble du patrimoine des deux époux en cas de séparation ou de décès (il n’y aura plus de cas où les lois de deux pays seront applicables).

Des implications patrimoniales à bien gérer

Prenons l’exemple d’un couple marié en France en 2002 sans contrat de mariage, vivant depuis 2007 à Barcelone.

Leur régime matrimonial est soumis à la convention de La Haye : comme cela fait plus de 10 ans qu’ils vivent en Espagne, leur régime matrimonial a connu une mutation automatique. Or, sans contrat de mariage, le régime matrimonial français (régime de la communauté) est différent du régime catalan (séparation de biens). En cas de divorce ou de décès de l’un des conjoints, la liquidation du régime matrimonial tiendra compte du régime de la communauté pour les biens acquis entre 2002 et 2007 et du régime de la séparation de biens pour le patrimoine acquis depuis 2007.

Dans le cas où seul l’un des deux conjoints travaillerait, et que le couple aurait par exemple décidé d’investir dans des parts de SCPI pendant la période catalane, le régime de la séparation de biens mènerait à considérer que ces parts appartiennent uniquement au conjoint ayant financé cet investissement par son salaire. Si le couple a également investi dans des parts de SCPI pendant la période française, cette partie du patrimoine sera bien divisée à 50% entre les deux conjoints du fait que c’est le régime de la communauté qui s’appliquera sur cette période.

Afin de résoudre ce problème et d’éviter qu’un régime matrimonial mal adapté s’impose, il est recommandé d’aller voir un notaire pour fixer avec lui le régime applicable. Cette déclaration de loi applicable (DLA) doit également comporter une mention pour faire rétroagir ce nouveau contrat depuis le premier jour du mariage. Dans notre exemple, le couple peut réaliser une DLA rétroactive en 2019 pour que le régime matrimonial applicable sur l’ensemble du patrimoine constitué depuis 2002 soit soumis au régime français de la communauté.

A propos d’Equance :


Equance est une société de Conseil en Gestion Privée Internationale proposant des prestations allant du conseil en gestion de patrimoine, au suivi fiscal et à la mise en œuvre de solutions pour le compte de résidents et non-résidents français. La société s’appuie sur un réseau indépendant de consultants en gestion de patrimoine répartis sur le territoire français et dans plus de 50 pays. Forte des 30 ans d’expérience de ses associés, la société s’est imposée parmi les leaders dans les prestations de Conseil en Gestion Privée des Français de l’étranger et comme un acteur alternatif significatif sur le marché national. Société par Actions Simplifiée au capital de 500.000 Euros, Equance est dirigée par Olivier Grenon-Andrieu, Président, et Didier Bujon, Directeur Général. En 2017, Equance est nommée, pour la 4ème année consécutive, par le magazine Décideurs comme un des cabinets « Incontournables » en termes de conseil en gestion de patrimoine et figure à la 33 e place du classement de L’Argus de l’assurance 2017 des meilleurs courtiers généralistes du marché français.

www.equance.com

newsletter de Fiscalonline

Tribune de Patrick Janel, Responsable Gestion Privée chez Equance.

Publié le mercredi 5 juin 2019

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | Fiscalité des particuliers | mafiscalite


 



Les articles les plus lus !
Report d’imposition de la plus-value d’apport de titres : nouveaux aménagements proposés par le Gouvernement
Plus-value immobilière : 16 mois d’inoccupation de l’immeuble vendu ne font pas échec à l’exonération résidence principale
Plus-value : l’associé d’une structure d’exercice libéral y exerçant sa profession est bien privé de l’abattement fixe de 500 000 €
Il n’est pas possible à l’administration de prendre une position générale sur les actes principalement motivés par des considérations fiscales
Déduction des charges afférentes à un logement vacant : il faut justifier de diligences accomplies pour louer ce bien
Des précisions sur les modalités d’application du « Mini abus de droit fiscal » vont être prochainement apportées
Mesures gouvernementales permettant de rétablir l’équité fiscale entre les acteurs du commerce traditionnel et du e-commerce
Décret relatif à l’ajustement du crédit d’impôt pour dépenses de production de spectacles vivants musicaux
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2019/a>