Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Convention de « management fees » : nouveau cas de remise en cause de la déductibilité de factures intra-groupe

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

La Cour Administrative d’Appel de Paris vient de rendre une décision au titre de laquelle elle confirme la remise en cause de la déductibilité de montants afférents à des factures intra-groupe émises par une société mère et revêtues de l’unique mention « managements fees ».

Aux termes de l’article 39-1 du CGI dont les dispositions sont applicables à l’impôt sur les sociétés en vertu de l’article 209-I de ce même code : « Le bénéfice net est établi sous déduction de toutes charges, celles-ci comprenant, sous réserve des dispositions du 5, notamment : 1° Les frais généraux de toute nature ».

Les conditions générales de déduction des charges, définies tant par les dispositions de l’article 39-1 du CGI que par la jurisprudence administrative, impliquent les deux conditions suivantes, présentées dans le présent chapitre :

  • être inscrites dans la comptabilité de l’entreprise et comptabilisées en tant que telles ;
  • être appuyées de justifications suffisantes.

Il appartient aux sociétés d’établir non seulement que la charge déduite était certaine dans son principe et dans son montant mais également que la charge en cause correspond à des prestations qui lui ont été effectivement rendues.

Les sociétés apportent cette justification par la production de tous éléments suffisamment précis portant sur la nature de la charge en cause, ainsi que sur l’existence et la valeur de la contrepartie retirée.

Si l’administration veut remettre en cause la déductibilité de cette charge elle doit apporter la preuve que la charge en cause n’est pas déductible par nature, qu’elle est dépourvue de contrepartie, qu’elle a une contrepartie dépourvue d’intérêt pour le contribuable ou que la rémunération de cette contrepartie est excessive.


Au cas particulier, l’administration a remis en cause la déductibilité des montants afférents aux factures intra-groupe émises par la SAS W.

Ces factures, revêtues de l’unique mention « managements fees », ne contiennent aucun détail relatif à la nature et à l’importance des prestations fournies à la requérante.

Pour la Cour, « l’administration, qui conteste expressément la réalité des charges en cause, établit que les factures produites ne sauraient être regardées comme justifiant à elles seules de cette réalité et du montant des prestations facturées »

La SARL F (filiale) requérante soutient qu’il s’agirait de la refacturation de coûts divers supportés par sa société mère à raison d’activités exercées à son propre profit, qu’ainsi, elle aurait bénéficié des compétences de salariés de la société mère, laquelle serait donc fondée à lui facturer une partie des salaires correspondants et que le groupe lui aurait également permis d’avoir accès à un approvisionnement en provenance de Chine rendant ainsi possible la réalisation de marges plus importantes et l’accès à une nouvelle plate-forme logistique.

Toutefois la Cour souligne qu’à l’appui de ses allégations, la société requérante se borne à verser aux débats

  • divers échanges de courriers électroniques,
  • certains comptes-rendus d’assemblées générales
  • et des captures d’écrans sur internet faisant apparaître des listes de fichiers.

Or ces éléments souligne la Cour, « vagues et imprécis, ne permettent d’identifier ni la nature exacte de ces activités, ni les dates auxquelles, ou conditions dans lesquelles, elles auraient été exercées, ni les rémunérations versées à des salariés de la SAS Webmediagroup ; que le rapport spécial de la gérance à l’assemblée générale du 29 juin 2012 présentant les conventions réglementées au sens des dispositions de l’article L. 223-19 du code de commerce, qui certes fait mention de la refacturation de frais intra-groupe, ne permet pas d’établir l’existence d’une convention de refacturation conclue entre la SARL Fideclic et sa société mère, fût elle verbale et de justifier que les factures en cause avaient effectivement pour contrepartie et à hauteur de leurs montants, des prestations fournies à la société requérante pour l’exercice de son activité »

Par ailleurs, si la requérante fait également valoir qu’elle bénéficiait de prestations indispensables à son activité dans la mesure où elle n’avait plus de ressources propres en matière de marketing, logistique, achat ou développement technique du site internet, il résulte de l’instruction

  • qu’elle était dotée d’une responsable marketing, d’un responsable des achats
  • que le compte de résultat joint à ses déclarations d’impôt sur les sociétés fait apparaître une masse salariale, charges sociales comprises, de 488 168 € et 456 964 respectivement au titre des exercices clos en 2011 et 2012

Partant et comme l’a relevé l’administration certaines compétences pouvaient être exercées par le personnel propre de la requérante.

Enfin, il ressort de l’instruction que la refacturation était excessive.

La Cour en a conclu

  • que la SARL F requérante n’apportait pas la preuve, dont la charge lui incombe, qu’elle aurait retiré une quelconque contrepartie des dépenses ainsi exposées.

newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 9 octobre 2018

Publié le vendredi 12 octobre 2018

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | Fiscalité des entreprises | mafiscalite


 



Les articles les plus lus !
Rôle des équipements dans l’exonération pour reprise d’entreprises industrielles en difficulté
Qualification de l’activité de marchand de biens : La Cour affine son faisceau d’indices
Plus-value immobilière et travaux réalisés après l’achèvement : exclusion des dépenses de matériaux
PLF2019 : nouveaux assouplissements apportés au Dutreil-transmission en Commission des Finances
Elargissement de l’exonération de droits au titre des dons et legs à l’ensemble des Fondations et Associations reconnues d’utilité publique
Transmissions à titre gratuit de biens ruraux loués par bail à long terme : le seuil est relevé à 300 000 €
Dutreil-transmission : l’augmentation du taux d’exonération à 90 % impose une évaluation par le Conseil d’État
Les députés instituent une réduction temporaire d’impôt au titre d’investissements dans la robotique et la transformation numérique
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018