Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Contrôle européen d’un refus d’assistance au recouvrement transfrontalière d’une créance fiscale

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Par Cristelle Albaric, avocate-associée, docteur en droit, LLM, Head of International Dpt., cabinet SIMON ASSOCIES

Commentaire de l’arrêt de la CJUE, 26 avril 2018, aff. C-34-17

La Directive du Conseil 2010/24/UE ne s’oppose pas à ce que l’autorité d’un Etat membre refuse l’exécution d’une demande de recouvrement portant sur une créance administrative pécuniaire importante infligée dans un autre Etat membre, si la décision ordonnant une telle sanction n’a pas été préalablement notifiée à l’intéressé.

Pour mémoire

La Directive 2010/24/UE du Conseil, datant du 16 mars 2010 concernant l’assistance mutuelle en matière de recouvrement des créances relatives aux taxes, impôts, droits et autres mesures (la « Directive »), établit les règles devant être respectées par les Etats membres en ce qui concerne la fourniture, dans un Etat membre (« l’Etat membre requis »), d’une assistance au recouvrement de ces créances nées dans un autre Etat membre (« l’Etat membre requérant »).

Pour approfondir

Un ressortissant irlandais, recruté comme conducteur de véhicules poids lourds par une société de droit irlandais, s’était rendu en Grèce afin de récupérer des caisses d’huile d’olive. Cependant, les douaniers grecs, découvrant plusieurs milliers de paquets de cigarettes de contrebande dans le véhicule, ont arrêté ce dernier et saisi la cargaison.

Sept ans plus tard, le bureau grec des douanes lui a infligé une sanction d’un montant important. Les autorités grecques ont alors transmis aux autorités fiscales irlandaises une demande de recouvrement de ces sommes, majorées d’intérêts et de diverses pénalités sur le fondement de la Directive 2010/24/UE.

La demande de recouvrement formée par l’autorité requérante (en l’espèce, la Grèce) était accompagnée d’un instrument uniformisé, permettant l’adoption de mesures d’exécution dans l’Etat membre requis (art. 12 de la Directive). Dans celle-ci, on y retrouve des informations pertinentes permettant l’exécution de la demande de recouvrement dans l’Etat membre requis (en l’espèce, l’Irlande).

Avec cette procédure d’assistance au recouvrement transfrontalier d’une créance, la Directive impose que les créances visées par une telle demande soient traitées « comme des créances de l’Etat membre requis » (art. 13 de la Directive). En l’espèce, le problème portait sur le fait que la créance contestée n’avait été notifiée par la Grèce au débiteur qu’après, et non avant, que la Grèce ait délivré à l’Irlande l’instrument uniformisé.

Or, l’article 47 de la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne garantit le droit à un procès équitable. Le respect de cette Charte s’impose aux Etats membres et, par conséquent, à leurs juridictions, notamment lorsque celles-ci exécutent une demande de recouvrement qui fait l’objet d’un instrument permettant l’adoption de mesures exécutoires.

La Haute Cour d’Irlande a donc posé une question préjudicielle au titre de l’article 267 TFUE à la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), sur le fait de savoir si l’article 14 §1 et 2 de la Directive 2010/24/UE, s’opposait à ce que l’autorité d’un Etat membre requis (en l’espèce, les autorités fiscales irlandaises), puisse refuser l’exécution d’une demande de recouvrement portant sur une créance afférente à une sanction pécuniaire infligée dans un autre Etat membre (en l’espèce, la Grèce), pour des motifs liés au droit de l’intéressé à un recours effectif devant un tribunal.

L’article 14 §1 de la Directive dispose que les contestations portant sur la créance, sur l’instrument initial, sur l’instrument uniformisé ou sur les notifications réalisées par l’autorité compétente de l’Etat membre requérant entre dans la compétence des juridictions et autorisé de cet Etat (en l’espèce, la Grèce).

L’article 14 §2 de la Directive dispose qu’à l’inverse, les litiges relatifs aux mesures exécutoires adoptées dans l’Etat membre requis ainsi qu’aux notifications effectuées par une autorité de cet Etat, relèvent du ressort des entités compétentes de ce dernier (en l’espère, l’Irlande).

La CJUE a répondu par la négative à la question posée par la Haute Cour d’Irlande. En effet, elle a affirmé que les dispositions de l’article 14 de la Directive ne s’opposaient nullement à un refus d’assistance dès lors que ce refus était motivé par le fait que la décision infligeant la sanction pécuniaire litigieuse n’avait « pas été dûment notifiée à l’intéressé avant que la demande de recouvrement ne soit présentée à ladite autorité ».

Par ce jugement, la CJUE admet que des limitations aux principes de reconnaissance et de confiance mutuelles entre Etats membres puissent être apportées dans des « circonstances exceptionnelles », notamment lorsqu’il est nécessaire de garantir le respect des droits fondamentaux (en l’espèce, le droit à un procès équitable). La Cour vient juger que la nécessaire exécution du droit de l‘Union européenne ne justifiait pas la négation de droits fondamentaux d’une personne.

Toutefois, de telles restrictions sont exceptionnelles afin de préserver le bon fonctionnement entre les Etats membres. Il est donc nécessaire que la CJUE contrôle ces limites dans lesquelles les autorités nationales des Etats membres peuvent valablement refuser d’accorder leur assistance à un autre Etat membre « dans le cadre d’un régime de coopération établi par la législation de l’Union ».

Directive du Conseil 2010/24/UE du 16 mars 2010

newsletter de Fiscalonline

Article de Cristelle Albaric, avocate-associée, docteur en droit, LLM, Head of International Dpt., cabinet SIMON ASSOCIES

Publié le vendredi 15 juin 2018

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | Fiscalité des entreprises | mafiscalite


 



Les articles les plus lus !
Précision sur l’abattement sur les plus-values réalisées par les dirigeants de PME partant à la retraite
Prélèvement à la source de l’impôt : les mesures transitoires
Retenue à la source sur les dividendes de source française perçus par une société européenne : l’avocat général de la CJUE rend ses conclusions
Bercy commente la diminution du taux de l’impôt sur les sociétés et les mesures de coordination y attachées
Plus-value : les travaux de remplacement complet de l’installation électrique peuvent venir en majoration du prix d’acquisition
TVA : précisions relatives aux prestations de services se rattachant à un immeuble
La CJUE retoque partiellement la CSPE et autorise « sous condition » son remboursement
11, 20, 50 salariés… Quels changements faut-il prévoir dans l’entreprise ?
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018