Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « Logement »
Plan d’action Entreprises
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Constitutionnalité des modalités d’application du plafond fixe d’imputation des déficits antérieurs reportés pour les entreprises en difficulté

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Le Conseil Constitutionnel vient de décider que les dispositions du II de l’article 17 la loi de finances pour 2017 interprétant de manière rétroactive l’article 24 de la loi de finances pour 2013 relative à la majoration du plafonnement du report en avant des déficits sont conformes à la constitution.

Pour mémoire, en vertu de l’article 209 du CGI, « en cas de déficit pendant un exercice, ce déficit est considéré une charge de l’exercice suivant et déduit du bénéfice réalisé pendant ledit exercice ».

Tout en étant illimité dans son montant et dans le temps, ce mécanisme de report en avant des déficits au titre de l’impôt sur les sociétés a été progressivement plafonné pour être « lissé ». En effet, l’article 2 de la LFR2011-II a introduit un plafonnement des déficits reportables pour chacun des exercices. Ainsi, seul le montant du déficit inférieur à 1 million d’€ est intégralement imputable lors de l’exercice suivant (pour autant que l’entreprise ait réalisé un bénéfice) et, au-delà de ce montant, seule la partie du déficit correspondant à 60 % de la fraction du bénéfice imposable qui excède un million d’€. Cette fraction a été ramenée à 50 % par l’article 24 de la loi de finances pour 2013.

L’objectif de ce dispositif de plafonnement du report en avant des déficits est de lisser dans le temps la moindre recette d’impôt sur les sociétés qu’il représente. À long terme, le bénéfice imposable sur plusieurs années est inchangé, seule la chronique de son imposition est modifiée. L’effet du dispositif porte donc sur la trésorerie des entreprises et sur celle de l’État.

L’article 24 de la loi de finances pour 2013 a, introduit un assouplissement du plafond fixe d’un million d’€ de déficit reportable pour les entreprises en difficulté.

Cet assouplissement, prévu désormais par l’article 209-I dernier alinéa du CGI, permet à une entreprise faisant l’objet d’une procédure de conciliation, de sauvegarde, de redressement judiciaire ou de liquidation judiciaire de majorer le plafond fixe, à savoir 1 million d’€, du montant des abandons de créance qui lui ont été consentis. Le dernier alinéa du I de l’article 209 prévoit ainsi que « la limite de 1 000 000 € (...) est majorée du montant des abandons de créances consentis à une société en application d’un accord constaté ou homologué » dans les cas mentionnés précédemment. Ainsi, si une entreprise en difficulté a une dette de 500 000 € envers une autre entreprise et que cette dernière, dans le cadre d’une procédure de conciliation ou de redressement judiciaire, consent à abandonner sa créance, le plafond fixe de déficits antérieurs imputables sur l’exercice ne sera pas de 1 million d’€, mais de 1,5 millions d’€.

Toutefois, les dispositions de l’article 209 restaient ambiguës, en n’indiquant pas clairement si la majoration du plafond est applicable à l’entreprise qui consent l’abandon de créance ou à celle, en difficulté, qui en bénéficie.

Du point de vue de l’entreprise qui en bénéficie, l’avantage est évident, puisqu’il permet d’éviter que le bénéfice pouvant résulter de l’abandon de créance ne se traduise par une imposition malgré le stock de déficits reportables et la situation difficile de l’entreprise.

Du point de vue de l’entreprise qui consent l’abandon de créance, le dispositif présente également un avantage : celui d’inciter à l’abandon de créance et à l’aide aux entreprises en difficulté.

L’article 17-I de la LF 2017 a modifié la rédaction du dernier alinéa de l’article 209-I du CGI, qui clarifie le fait que la majoration du plafond d’un million d’€ du montant des abandons de créances bénéficie aux entreprises en difficulté auxquelles sont consentis ces abandons de créance, et non à celles qui les consentent.

L’article 17-II précise que le I a « un caractère interprétatif ».


Le Conseil d’Etat avait décidé renvoyer au Conseil constitutionnel la question de la conformité aux droits et libertés garantis par la Constitution des dispositions du II de l’article 17 la loi de finances pour 2017 (Décision n° 2018-700 QPC du 13 avril 2018)

Le Conseil vient de rendre sa décision : « Le paragraphe II de l’article 17 de la loi n° 2016-1917 du 29 décembre 2016 de finances pour 2017 est conforme à la Constitution. »




Décision n° 2018-700 QPC du 13 avril 2018

newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 17 avril 2018

Publié le mardi 17 avril 2018

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | Fiscalité des entreprises | mafiscalite


 



Les articles les plus lus !
Création d’entreprise : les conséquences de la réforme de l’ACCRE pour les entrepreneurs
Prélèvement à la source : la CPME réclame l’abandon de l’incrimination pénale spécifique
Taux de l’impôt sur les sociétés de 2018 à 2022
Plus-value immobilière et seuil de 15.000 € en cas de cession de lots situés dans un même immeuble
SCI : dates limites pour déposer la déclaration de résultats 2072-S-SD
Prise d’un engagement de construire dans un acte complémentaire : quid du délai de prescription ?
Conditions d’exonération de la taxe d’aménagement lors de la reconstruction d’une maison d’habitation suite à un sinistre
Primauté de l’autorité de la chose jugée au pénal sur le contentieux fiscal : application du principe à une situation singulière
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018