Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Loi MUES
Grand débat national
Impôt sur le revenu 2019
PLF 2020
PLFR 2019
Loi de Finances rectificative 2020
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Caractère animateur d’une Holding : le pouvoir décisionnel doit être entre ses mains

partager cet article

Le Cour d’Appel de Grenoble vient de rendre une décision en matière d’ISF (Biens professionnels) par laquelle elle rappelle que le caractère animateur ne peut être reconnu à une holding qui si elle détient le pouvoir décisionnel sur le groupe même composé d’une seule filiale.

Rappel des faits

Le 12 avril 2005, le groupe familial GH composé de FGH et son épouse, AB, et de leurs deux filles, Y et CGH, a cédé à la société américaine Q sa participation dans la société SR et ses filiales, dont la société DE, dont il a conservé 36,37 % du capital.

Le 1er août 2005, les consorts GH ont créé la société en commandite par actions (SCA SEI) dont l’objet est la prise de participation dans les entreprises industrielles et commerciales.

Ils ont apporté au capital de cette société 34,04 % d’actions de la société DE. En contrepartie de cet apport, ils ont reçu des titres de la SCA SEI.

En 2010, CGH a fait l’objet d’un contrôle fiscal portant sur l’ISF des années 2006 et 2007.

Une proposition de rectification du 7 septembre 2012 leur a été adressée, l’administration fiscale considérant notamment que les actions de la SCA SEI ne pouvaient pas bénéficier de l’exonération applicables aux biens professionnels.

CGH a formulé une réclamation en date du 1er mars 2013, qui a été rejetée le 5 septembre 2013. Elle a assigné l’administration fiscale devant le TGI de Grenoble qui l’a déboutée de ses demandes par jugement du 2 janvier 2017.

Mme CGH a relevé appel de la décision du TA.

La Cour vient de confirmer la décisions des juges du fonds.

Etait en cause l’exonération d’ISF (Art. 885 O bis du CGI) au titres des biens professionnels dont avait bénéficié CGH sur les actions de la SCA SEI qui selon l’administration ne pouvait être considérées comme une holding animatrice effective de son groupe.

La Cour rappelle qu’il appartient au contribuable d’établir que la société en cause exerce au sein du groupe qu’elle forme avec sa filiale un rôle d’animation effective, c’est-à-dire qu’elle participe à la direction de la société fille en prenant des décisions de politique commerciale ou d’orientation stratégique qui s’imposent.

Le contribuable invoquait le rôle tenu par la SCA SEI dans le cadre du contrat de prestations de service qui la lie à la société DE.

Il ressort de ce contrat en date du 14 décembre 2005, que la société DE souhaitant « accroître sa connaissance du marché du I dans lequel elle opère, en vue de continuer à développer ses activités de manière sûre et pérenne », a conclu avec la SCA SEI un contrat de prestations de services aux termes duquel la société SEI assurera (article 1) « des conseils et prestations dans le domaine de la stratégie de développement de la société, de l’organisation, du marketing, de la promotion et/ou de la communication ».

Le contrat prévoit que les conseils et l’assistance visent « une aide à la décision dans le cadre du développement stratégique et commercial de la société ».

Il est toutefois précisé (article 3) que la SCA SEI « ne pourra prendre aucune position au nom de la société DE, sauf à en avoir reçu préalablement l’accord de la société DE et que la position ait été préalablement discutée et approuvée par la société DE ».

La Cour estime que si le rôle de conseil et d’assistance de la SCA SEI ressort des courriers, notes de travail et procès-verbaux des réunions des gérants et du conseil de surveillance de la SCA SEI versés aux débats, il n’est pas démontré que les analyses et conseils ainsi prodigués ont eu pour effet de modifier ou infléchir les décisions prises par les dirigeants de la société DE, ni que la position de « Chairman of the Board » occupée par FGH au sein de la société DE lui ait conféré un pouvoir décisionnel.

« En effet, FGH a exprimé à plusieurs reprises sa déception des "résultats provenant de mauvaises décisions" (réunion des gérants du 6 janvier 2006), son inquiétude "quant à la dégradation des résultats" (réunion des gérants du 19 décembre 2006), ses interrogations sur "la fiabilité des prévisions de l’exercice qui semblent beaucoup trop élevées " (réunion des gérants du 16 janvier 2007). »

FGH a constaté, lors du conseil de surveillance du 11 avril 2006, que plusieurs mesures qui avaient considérablement affecté le résultat 2005, avaient été prises chez DE, sans l’avoir consulté.

La Cour constate que le pouvoir décisionnel n’était pas entre les mains de la SCA SEI.

« C’est donc par une exacte appréciation des faits de la cause que le tribunal a jugé que la SCA SEI n’avait pas exercé un rôle de holding animatrice lui permettant de bénéficier de l’exonération au titre des biens professionnels. »

Arrêt de la Cour d’appel de Grenoble du 3 décembre 2019, n° 17/02275

newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 4 décembre 2019

Publié le vendredi 6 décembre 2019
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | Fiscalité des particuliers | Holding | mafiscalite


 



Les articles les plus lus !
Coronavirus : suspension de la prescription fiscale ne signifie pas suspension des délais des déclarations fiscales
Réunion de toutes les parts d’une SARL entre les mains d’un associé unique et modalités d’option pour l’impôt sur le sociétés
L’application Fiscalonline est disponible sur l’Applestore (iOS) et Google Play (Android)
Le fait qu’au cours d’une année une SCI ne réalise aucune opération d’achat-revente ne suffit pas, à elle seule, à écarter l’imposition à l’IS
La défiscalisation immobilière et le démembrement de propriété ne font pas bon ménage
Report d’imposition de la plus-value d’apport de titres : nouveaux aménagements proposés par le Gouvernement
Taxe GAFA : Bercy soumet à consultation publique de nouveaux commentaires
TVA : Bercy soumet à consultation publique ses commentaires relatifs au mécanisme de responsabilité solidaire des opérateurs de plateforme en ligne
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2019/a>