Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Bruxelles adopte de nouvelles règles de transparence concernant les intermédiaires fiscaux

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Bruxelles adopte de nouvelles règles de transparence concernant les intermédiaires fiscaux

Le 13 mars 2018, les ministres des affaires économiques et financières de l’UE ont adopté la proposition de la Commission européenne de juin 2017 sur de nouvelles règles de transparence pour les intermédiaires qui conçoivent ou vendent des régimes fiscaux potentiellement dommageables.

D’abord proposées par la Commission en juin 2017, les nouvelles mesures s’appuient sur une multitude de règles ambitieuses pour lutter contre l’évasion fiscale et renforcer la transparence fiscale déjà convenue au niveau de l’UE par la Commission Juncker.

Les intermédiaires sont des firmes ou des personnes, telles que des cabinets d’experts-conseils, des banques, des avocats, des conseillers fiscaux, des comptables, etc., qui peuvent aider leurs clients à mettre en place des stratagèmes pour réduire leurs impositions.

La plupart des services fournis par des intermédiaires sont légitimes. Cependant, des cas récents, tels que les Panama Papers, ont exposé le rôle que certains de ces intermédiaires peuvent jouer dans l’évasion et la fraude fiscales internationales en concevant des programmes spécialement conçus pour aider leurs clients à échapper à l’impôt.

La proposition de la Commission vise à fournir aux autorités fiscales des informations sur les régimes de planification fiscale potentiellement agressifs existants. De cette façon, ils peuvent examiner les activités des intermédiaires et accroître leur efficacité dans la lutte contre la planification fiscale agressive.

Les intermédiaires devront déclarer tout arrangement transfrontalier qui contient une ou plusieurs des caractéristiques suivantes, ce qui pourrait indiquer que l’arrangement est mis en place pour éviter de payer des impôts.

L’arrangement doit être signalé s’il porte au moins un des indicateurs décrits dans la proposition.

Les exemples incluent des arrangements qui :

  • impliquent un paiement transfrontalier qui est déductible à la source pour un bénéficiaire résidant dans un pays sans ou avec un faible taux d’imposition.
  • impliquent une juridiction avec une législation anti-blanchiment d’argent inadéquate ou faiblement appliquée.
  • sont mis en place pour éviter de déclarer des revenus conformément aux règles de transparence de l’UE.
  • contournent les exigences d’échange d’informations de l’UE pour les décisions fiscales.
  • établissent un lien entre les honoraires de l’intermédiaire et le montant de l’avantage fiscal découlant de l’arrangement, à condition que le principal avantage du régime soit d’obtenir un avantage fiscal.
  • s’assurer que le même actif bénéficie des règles d’amortissement dans plus d’un pays.
  • permettent aux mêmes revenus de bénéficier d’allégements fiscaux dans plus d’une juridiction.
  • ne respectent pas les directives européennes ou internationales en matière de prix de transfert.

Une fois en vigueur, les intermédiaires fiscaux qui fournissent à leurs clients des systèmes financiers transfrontaliers complexes susceptibles d’aider à éviter l’impôt seront tenus de déclarer ces structures à leurs autorités fiscales.

À leur tour, les États membres de l’UE échangeront ces informations entre eux, ce qui renforcera l’examen des activités des planificateurs et des conseillers fiscaux.

La proposition est soumise au Parlement européen et au Comité économique et social européen pour consultation et au Conseil pour adoption. Il est prévu que les nouvelles exigences de déclaration entreront en vigueur le 1er janvier 2019, les États membres étant tenus d’échanger des informations tous les trois mois par la suite.


Consulter le communiqué




newsletter de Fiscalonline

Communiqué du 13 mars 2018

Publié le mercredi 14 mars 2018

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | Fiscalité des entreprises | Fraude fiscale | mafiscalite


 



Les articles les plus lus !
Plan d’action TVA : le Conseil adopte quatre ajustements à court terme
Vente en bloc d’un immeuble acquis par fractions successives : condition d’imputation de la moins-value
Les solutions du Gouvernement face à la fraude à la TVA sur les plateformes en ligne
Taxation de l’économie numérique : déclaration commune franco-allemande
Articulation entre crédit d’impôt recherche et jeune entreprise innovante
CIR et dépenses de personnel : rescrit relatif à la notion de premier recrutement d’un jeune docteur
Création d’un modèle de demande de rescrit relatif à l’exonération d’impôt sur les bénéfices ZRR
Pacte Dutreil : l’engagement collectif est étendu aux actionnaires individuels
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018