Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Art : Basquiat, l’idole du marché

partager cet article

Art : Basquiat, l’idole du marché

artprice

Comment un artiste devient-il une idole du marché ? Jean-Michel BASQUIAT (1960-1988) est rapidement devenu un mythe contemporain : ce pionnier du graffiti et du Street Art est devenu l’emblème de la vitalité créative d’une époque.

En 1979, le jeune artiste expose dans le Bronx avec Jenny Holzer, Kiki Smith et Kenny Sharf. La même année, la manifestation New York / New Wave le conduit à exposer auprès de Keith Haring, Robert Mapplethorpe et Andy WARHOL (1928-1987), qui est l’un de ses premiers acheteurs et devient rapidement un complice et un mentor. Leur rencontre marque à la fois le début d’une véritable amitié et une symbiose créative jusqu’au décès de Warhol en 1987. A l’époque de leur amitié naissance, Warhol jouit d’une grande célébrité dont Basquiat a besoin pour sortir de l’anonymat. Auprès de Warhol, les succès s’enchaînent pour le jeune homme qui devient le plus jeune artiste invité à la Documenta 7 de Kassel en Allemagne (1982, il a 21 ans). L’année suivante, il expose à la Biennale du Whitney Museum of American Art à New York et chez Larry Gagosian, grand marchand lui garantissant soutien financier et succès.

Ses rencontres, ses soutiens au cœur du vibrionnant et affairiste New York des années 80, la brièveté et l’intensité de sa vie ont participé à asseoir la puissance d’une œuvre dont l’offre est forcément restreinte. Avant de mourir par overdose à l’âge de 27 ans, Basquiat a produit un peu plus de 800 tableaux et plus de 1 500 dessins, des œuvres aujourd’hui demandées par tous les grands collectionneurs et musées de la planète. La demande étant plus vive que l’offre, la croissance des prix s’avère être l’une des plus exceptionnelles de notre époque : 100$ investis en 2000 dans l’une de ses œuvres valent en moyenne 1 098$ aujourd’hui, ce qui correspond à une hausse des prix de 998 %.

Basquiat représente indéniablement un enjeu colossal sur le marché haut de gamme, désormais au même titre que Picasso.

Il est aujourd’hui l’artiste le plus important du marché contemporain devant Warhol et tous les autres. La demande reste supérieure à l’offre pour les œuvres de haute qualité et les prix se mesurent tant à l’aune du désir des plus puissants acheteurs de la planète qu’à leurs moyens colossaux. Seules les personnalités les plus puissantes de la planète sont en mesure d’accéder à ses chefs-d’oeuvre valorisés plusieurs dizaines de millions de dollars. Les musées publics occidentaux n’ont plus les moyens de s’offrir de telles œuvres. Le prestigieux MoMA de New York a notamment loupé le coche en omettant d’acheter des œuvres importantes avant que les prix ne flambent. C’est l’un des grands écueils de cette honorable institution.

Les chefs-d’oeuvre gagnent donc de plus en plus des collections privées, les plus chères d’entre elles ayant intégré la collection de l’homme d’affaires Japonais Yusaku Maezawa, un homme de 41 ans passionné d’art et de design. Monsieur Maezawa prépare activement la collection de son musée de Chiba, au Japon avec des Basquiat aussi puissants que coûteux : le 10 mai 2016, il déboursait près de 57,3m$ chez Christie’s pour une large toile sans titre de 1982, précédemment achetée 4,5m$ (Sotheby’s Londres, le 23 juin 2004). Cette œuvre gagnait près de 53 m$ en 12 ans, tout en battant de 10 m$ le précédent record de l’artiste (Dustheads, une toile de 1982 vendue 48,8m$ en 2013 chez Christie’s New York).

Le 18 mai 2017, Monsieur Maezawa fut à l’origine d’un véritable coup d’éclat en permettant à une œuvre de Basquiat de passer pour la première fois le seuil des 100 millions de dollars aux enchères. En effet, le 18 mai 2017 la vente d’Untitled (1982) pour 110,5 m$ chez Sotheby’s à New York marquait une nouvelle petite révolution dans le milieu du marché de l’art, d’autant que cette toile avait été achetée 19 000$ en 1984… elle a été revendue 5 800 fois ce montant 33 ans plus tard, établissant un nouveau record pour le jeune grapheur issu du Bronx. Ce résultat exceptionnel permet à Basquiat d’intégrer le cercle restreint des artistes ayant dépassé le seuil des 100 millions aux enchères. Il sont maintenant sept, avec Picasso, Modigliani, Bacon, Giacometti, Munch, Warhol et Basquiat, le seul artiste contemporain de la liste.

Basquiat s’affirme comme l’une des rares signatures à la fois luxueuse et populaire : face aux œuvres les plus prestigieuses et les plus chères, des éditions limitées sont accessibles pour quelques centaines de dollars. Il s’affirme surtout comme le pionnier d’un mouvement parmi les plus profitables de notre époque : le Street Art, nouvel eldorado du marché.


Source : Artprice

Communiqué du 9 janvier 2018

Publié le jeudi 11 janvier 2018

newsletter de Fiscalonline


Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Anoter | Art contemporain





Outil pratique

Toute l'information sur le marché de l’art au meilleur prix

artprice

Artprice.com donne accès à des banques de données qui vous permettent de connaître le prix des oeuvres d'art dans le cadre de vos achats, ventes, déclarations d'assurance d'oeuvres d'art et investissements dans l'art.

Artprice.com est également une place de marché qui permet aux acteurs du marché de l'art de se mettre en relation, pour acheter et vendre des oeuvres d'art. En outre, Artprice.com propose des services complémentaires qui visent à rendre le marché de l'art toujours plus transparent et accessible à tous.



 



Les articles les plus lus !
La fiscalité latente ne peut pas être prise en compte dans l’évaluation des parts des SCI
Plus-value d’apport de titre en report : la stipulation de soulte et l’abus de droit fiscal
Aménagement du régime de report d’imposition de la plus-value d’apport de titres
Bitcoin : une imposition au PFU
Les sommes détournées par un salarié sont imposables dans la catégorie des BNC
Elargissement du périmètre du régime fiscal des « impatriés » aux transferts intragroupe en contrat local
Les députés suppriment le dispositif d’exonération des intérêts de prêts familiaux qui n’avait plus lieu d’être
Les députés adoptent l’abus de droit fiscal à deux étages
[+ ...]





Les dossiers d'actualité
Fiscalité de crise
Loi de finances 2010
[+ ...]






version imprimable de l'article Impression

Réagir à l'article

envoyer l'article par mail envoyer par mail

Une difficulté sur le site ?





Les Codes
C.G.I
L.P.F



Inscrivez-vous à notre NEWSLETTER [ ici ]








Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018