Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Loi MUES
Grand débat national
Impôt sur le revenu 2019
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Appréciation du caractère normal ou anormal de la rémunération des avances de fonds consenties par une entreprise à une autre

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

La Cour Administrative d’Appel de Paris vient de rappeler que le caractère normal ou anormal de la rémunération des avances de fonds consenties par une entreprise à une autre doit être apprécié par rapport à la rémunération que le prêteur pourrait obtenir d’un établissement financier ou d’un organisme assimilé auprès duquel il placerait, dans des conditions analogues, des sommes d’un montant équivalent.

Rappel des faits

L’EURL VS exploite un bar restaurant situé dans le 1er arrondissement de Paris. A la suite d’une vérification de comptabilité portant sur les exercices clos les 31 décembre 2012, 2013 et 2014, l’administration a considéré comme relevant d’une gestion anormale des avances financières consenties sans intérêt par la société Victoria Square à d’autres sociétés du groupe informel auquel elle appartenait. Le service a réintégré aux résultats des exercices vérifiés les montants des intérêts non réclamés aux sociétés bénéficiaires des avances, qu’elle a calculés par référence au taux effectif moyen pratiqué par les établissements de crédit pour des prêts à taux variable d’une durée initiale supérieure à 2 ans, soit 3,39 % en 2012 et 2,79 % en 2013 et 2014. La société VS relève régulièrement appel du jugement du 2 mai 2018 par lequel le TA de Paris a rejeté sa demande de décharge des cotisations primitives d’impôt sur les sociétés auxquelles elle a été assujettie au titre des exercices clos en 2012, 2013 et 2014.


L’EURL estime

  • qu’ elle n’a commis aucun acte anormal de gestion, la contrepartie des avances sans intérêts était la possibilité de bénéficier elle aussi de telles avances  ;
  • que  le taux d’intérêt à retenir n’était pas celui du taux de rémunération des comptes courants d’associé mais le taux de rémunération des SICAV monétaires, qui était, au cours de la période vérifiée, inférieur au taux retenu par le service
  • qu’elle n’a commis aucun acte anormal de gestion en concluant une convention prévoyant un taux de rémunération égal à l’intérêt légal, ce taux étant proche de celui du rendement des SICAV monétaires  ;


    La Cour rappelle que le fait, pour une entreprise, de consentir une avance sans intérêts au profit d’un tiers ne relève pas, en règle générale, d’une gestion normale, sauf s’il apparaît qu’en consentant un tel avantage, l’entreprise a agi dans son propre intérêt.

Toutefois au cas particulier la Cour a considéré que l’administration démontrait l’existence d’un acte anormal de gestion :

  • si la société était liée avec toutes les sociétés concernées par une convention de trésorerie imposant aux parties de mettre à la disposition de chacune des contractantes leurs excédants de trésorerie sous forme d’avances en compte courant et qu’elle a elle-même bénéficié à de nombreuses reprises d’avances sans intérêt, elle ne justifie pas avoir bénéficié de telles avances.
  • l’article 2 de la convention de trésorerie prévoyait la rémunération des sommes prêtées sur la base du taux d’intérêt légal applicable à la date des avances consenties.

Dans ces conditions, la CAA de Paris estime que l’intérêt financier alléguait par la société et l’existence d’une contrepartie aux avances sans intérêts consenties ne pouvait être regardés comme établis.

Par contre la Cour estime que « le caractère normal ou anormal de la rémunération des avances de fonds consenties par une entreprise à une autre ne peut pas être valablement apprécié, en ce qui concerne le prêteur, par rapport au taux de base moyen du marché bancaire, qui rémunère l’escompte des effets privés entre banques, mais doit l’être par rapport à la rémunération que le prêteur pourrait obtenir d’un établissement financier ou d’un organisme assimilé auprès duquel il placerait, dans des conditions analogues, des sommes d’un montant équivalent. »

Pour la Cour,  le taux d’intérêt à retenir n’était pas celui du taux de rémunération des comptes courants d’associé mais le taux de rémunération des SICAV monétaires, qui était, au cours de la période vérifiée, inférieur au taux retenu par le service  ; elle n’a commis aucun acte anormal de gestion en concluant une convention prévoyant un taux de rémunération égal à l’intérêt légal, ce taux étant proche de celui du rendement des SICAV monétaires 

« Il n’est pas contesté que les avances de trésorerie consenties par la société VS doivent être regardées comme des avances à court terme portant sur des fonds susceptibles d’être immédiatement disponibles. La société requérante est par suite fondée à soutenir que c’est à tort que l’administration a évalué le montant des intérêts à réintégrer aux résultats des exercices contrôlés en se référant au taux effectif moyen pratiqué par les établissements de crédit pour des prêts à taux variable d’une durée initiale supérieure à 2 ans et non au taux moyen des placements effectués dans des SICAV monétaires. »




CAA de PARIS, du 21 mars 2019, n°18PA02196

newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 21 mars 2019

Publié le mardi 26 mars 2019

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | Fiscalité des entreprises | Impôt sur les sociétés | mafiscalite


 



Les articles les plus lus !
Le Conseil Constitutionnel censure 24 articles de la Loi Pacte
Report d’imposition de la plus-value d’apport de titres : nouveaux aménagements proposés par le Gouvernement
Bercy commente la réforme du dispositif fiscal « Pinel »
Revenus des enfants : quels sont ceux qui doivent être déclarés ?
Le Conseil de l’UE révise sa liste des juridictions fiscales non coopératives
TNA : le nouvel outil européen pour lutter contre la fraude à la TVA
Rescrit : Autoliquidation de la TVA en cas de pose, d’entretien et rénovation de plafonds tendus
Bercy commente la déduction exceptionnelle de 40% en faveur des investissements de transformation numérique et de robotisation des PME industrielles
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2019/a>