Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Agents d’assurance : revenus professionnels faisant échec à l’option pour le régime fiscal des salariés

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Agents d’assurance : revenus professionnels faisant échec à l’option pour le régime fiscal des salariés

Les agents généraux d’assurances et leurs sous-agents sont imposés à l’impôt sur le revenu selon les règles de droit commun applicables aux BNC.

Toutefois, lorsque certaines conditions sont réunies, l’article 93-1 ter du CGI permet à ces contribuables de demander que le revenu imposable provenant des commissions versées par les compagnies d’assurances qu’ils représentent, ès qualités, soit déterminé selon les règles prévues en matière de traitements et salaires.

En pratique, l’option ne peut être valablement exercée que si ces 3 conditions se trouvent remplies :

  • les commissions reçues doivent être intégralement déclarées par les tiers ;
  • les intéressés ne doivent pas bénéficier d’autres revenus professionnels, à l’exception de courtages et autres rémunérations accessoires se rattachant directement à l’exercice de leur profession ;
  • le montant brut de ces courtages et rémunérations accessoires ne doit pas excéder 10 % du montant brut des commissions susceptibles d’être soumises au régime spécial d’imposition.

La loi réserve ainsi réserve la possibilité d’opter pour le régime fiscal des salariés aux agents généraux d’assurances, mandataires et sous-agents, qui ne bénéficient pas d’autres revenus professionnels.

Au titres des « Revenus professionnels faisant obstacle à l’exercice de l’option » l’administration fiscale précise : « il s’agit de tous les revenus retirés de l’exercice d’une activité commerciale, industrielle, artisanale, agricole ou d’une profession non commerciale autre que celle d’agent général d’assurances, de mandataire ou de sous-agent, sans qu’il y ait lieu de distinguer selon que l’activité est exercée en France ou à l’étranger.

Doivent également être assimilées à des revenus professionnels, les rémunérations et indemnités de toute nature soumises à l’impôt sur le revenu dans les conditions prévues à l’article 62 du CGI.

La notion de revenu est indissociable de celle d’exercice d’une activité telle que définie ci dessus, c’est-à-dire qu’il n’y a pas à opérer de distinction suivant que le revenu retiré de cette activité est positif ou négatif, ou qu’il est déterminé selon un régime réel ou conformément aux dispositions des articles 50-0 du CGI ou 102 ter du CGI.

Par suite, le bénéfice du régime spécial ne peut être accordé ou maintenu au profit de ceux des agents généraux d’assurances qui, à raison d’une activité professionnelle exercée concurremment avec leur profession principale, sont soumis à l’impôt sur le revenu :

- soit selon les régimes micro-entreprise ou déclaratif spécial BNC ;

- soit selon un mode réel, alors même que le résultat fiscal serait déficitaire.  »


Le contentieux qui opposait l’administration fiscale et le contribuable requérant portait justement sur l’appréciation du caractère professionnel des autres revenus perçus par ce dernier.

Associée d’une SCI à l’IS dont elle est associée à 99%, la requérante faisait valoir qu’elle pouvait bénéficier d’une imposition de ses revenus professionnels dans la catégorie des traitements et salaires dans la mesure où les revenus tirés de l’exploitation de cette SCI n’avaient aucun caractère professionnel, puisqu’il s’agissait selon elle « d’une activité civile de gestion de son patrimoine privé »

Or, la Cour souligne que cette société, dont le siège social était établi dans les locaux professionnels de l’intéressée a procédé en 2003, date de sa création et en 2004, à une vingtaine d’acquisitions de biens chaque année, qu’elle a ultérieurement revendus.

Partant et pour la Cour l’importance et le nombre de ces opérations caractérisent l’exercice d’une activité professionnelle.

La CAA de Nantes précise « qu’en vertu de l’article 62 du code général des impôts, les traitements, remboursements forfaitaires de frais et toutes autres rémunérations alloués, notamment, aux associés des sociétés de personnes, lorsque ces sociétés ou exploitations ont opté pour le régime fiscal des sociétés de capitaux, sont soumis à l’impôt sur le revenu au nom de leurs bénéficiaires s’ils sont admis en déduction des bénéfices soumis à l’impôt sur les sociétés par application de l’article 211, c’est-à-dire, en particulier, s’ils correspondent à un travail effectif  ».

CAA Nantes du 7 octobre 2016 N° 16NT00033

newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 17 octobre 2016

Publié le mardi 18 octobre 2016

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | Revpro


 



Les articles les plus lus !
Bruxelles propose l’application du taux réduit de TVA sur le livre numérique et la presse en ligne
Le gouvernement précise "a minima" les conditions permettant de déterminer le caractère animateur d’une holding
Prélèvements sociaux sur les locations de biens meubles et immeubles : l’assemblée nationale restaure en commission le texte adopté en première lecture
Vers une obligation des plateformes en ligne à déclarer au fisc des revenus de leurs utilisateurs ?
PLFR2016 : Taxe « YouTube » : nouvelle offensive des députés en commission
La Cour des Comptes révèle que les aides de l’État à l’accession à la propriété sont de moins en moins efficaces
L’Assemblée Nationale a adopté en première lecture le projet de loi de finances pour 2017
TVA à taux réduit sur les travaux : l’efficacité de cette dépense fiscale reste à démontrer
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016