Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Adaptation de la fiscalité à l’économie collaborative : une proposition toujours en gestation

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Adaptation de la fiscalité à l’économie collaborative : une proposition toujours en gestation

Article de Sophie Fournier-Dedoyard, associée et Diane Dubail, collaboratrice du cabinet Desfilis Avocats.

Proposition du Sénat d’instaurer un seuil d’exonération pour certains revenus de l’économie collaborative : une proposition toujours en gestation

Face au développement de l’économie collaborative et dans un objectif de simplification, le groupe de travail de la commission des Finances du Sénat a présenté le 29 mars dernier à la presse sa proposition de loi relative à l’adaptation de la fiscalité à l’économie collaborative.

Représentant 28 mds d’euros de revenus pour les utilisateurs en Europe en 2015, l’économie collaborative met à mal notre système fiscal et social. Une réforme est donc devenue urgente.

Actuellement, il n’existe aucune distinction entre les utilisateurs récurrents de l’économie collaborative et ses utilisateurs occasionnels.

Ainsi,

  • Au plan fiscal, tous les revenus issus de l’économie collaborative sont imposés généralement dès le 1er euro selon un régime micro-fiscal (BIC, BNC ou foncier) à l’exception de deux exonérations non significatives, à savoir les revenus issus de ventes de biens d’occasion inférieurs à 5 000 euros (e.g. la vente d’un appareil électroménager) et les frais de partage (tel que le covoiturage)
  • En matière sociale, l’affiliation au régime social des travailleurs indépendants (RSI) est obligatoire.

Partant du constat que le système actuel n’est plus adapté au monde du numérique et aux échanges massifs, les Sénateurs ont élaboré leur proposition de loi sur la base d’un double objectif :

  • Simplifier les échanges occasionnels entre particuliers en les exonérant
  • Garantir l’équité entre professionnels et utilisateurs récurrents en prévoyant la déclaration des revenus réalisés via la plateforme afin de lutter contre les distorsions de concurrence et les pertes de recettes fiscales et sociales.

Les Sénateurs proposent ainsi d’instaurer un abattement forfaitaire de 3 000 euros en-dessous duquel les revenus de l’économie collaborative perçus par les utilisateurs des plateformes en ligne seraient exonérés. Ce seuil matérialiserait la distinction entre revenus occasionnels et revenus récurrents. L’abattement s’appliquerait dès lors que son montant serait plus favorable pour le contribuable que l’application des abattements proportionnels prévus par le régime micro-fiscal applicable (soit selon la nature des revenus 71%, 50% ou 34% du revenu brut).

Selon Michel Bouvard, Sénateur de la Savoie, ce seuil de 3 000 euros représenterait 80% des transactions et correspondrait à des « petits » compléments de revenu.

Ce seuil serait cohérent avec les choix faits par les autres pays européens. Par exemple, la Belgique a instauré un seuil de 5 000 euros soumis à une taxation forfaitaire de 10%.

Parallèlement, au plan social, les Sénateurs souhaitent transposer le seuil de 3 000 euros sous forme d’une présomption de caractère non professionnel des activités exercées par le biais des plateformes collaboratives. Ainsi, si l’utilisateur réalise un revenu brut inférieur à 3 000 euros via des plateformes en ligne, il ne serait pas obligé de s’affilier au RSI et de payer des cotisations sociales.

Le bénéfice de ce seuil serait subordonné à l’accord du contribuable donné aux plateformes en ligne de procéder à la télétransmission de ses revenus à l’administration fiscale. Cette déclaration mise à la charge des plateformes en ligne existe déjà. Elle a en effet été adoptée dans le cadre de la Loi de Finances Rectificative pour 2016 et doit s’appliquer à l’ensemble des plateformes à compter du 1er janvier 2019.

Les Sénateurs proposent de la rendre applicable dès le 1er janvier 2018.

Nous ne manquerons pas de saluer la cohérence des mesures proposées par les Sénateurs et leur volonté de simplifier l’environnement fiscal et social applicable aux revenus de l’économie collaborative.

Cependant, nous émettons un doute sur la conformité de cette mesure avec la Constitution. En effet, le nouveau régime s’appliquerait aux seuls revenus qui font l’objet d’une déclaration automatique sécurisée mise à la charge des plateformes en ligne. Par conséquent, le contribuable qui procèderait directement à la location de son appartement meublé en percevant 3 000 euros de loyer resterait soumis à l’impôt (en bénéficiant d’un abattement de 50%) alors que celui passant par une plateforme en ligne en serait totalement exonéré. Il nous semble que cette situation soulève une question de rupture d’égalité devant l’impôt qui devrait être tranchée par le Conseil Constitutionnel en cas d’adoption de ce texte par le Parlement.


www.desfilisavocats.com

newsletter de Fiscalonline

Article de Sophie Fournier-Dedoyard, associée et Diane Dubail, collaboratrice du cabinet Desfilis Avocats.

Publié le jeudi 20 avril 2017

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | Efisc | Fiscalité des entreprises | mafiscalite


 



Les articles les plus lus !
Publication du décret autorisant l’administration fiscale à indemniser les « indics » fiscaux
Comptes à l’étranger : régularisez vite !
Le Comité de l’abus de droit fiscal publie son rapport annuel 2016
SCI : dates limites pour déposer la déclaration de résultats 2072-S-SD
L’obligation de dépôt des comptes annuels au Greffe
Le gouvernement précise les conditions d’attribution et modalités des PTZ
Déclaration de revenus : des pensions alimentaires pour payer moins d’impôts
Promesses fiscales de Marine Le Pen et d’Emmanuel Macron : quels impacts sur le patrimoine des particuliers ?
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016