Fiscalonline.com
http://www.fiscalonline.com/Panorama-2016-des-fondations-et.html
Panorama 2016 des fondations et des fonds de dotation créés par des entreprises mécènes
Communiqué du 13 octobre 2016
mardi, 18 octobre 2016
/ Administrateur

Panorama 2016 des fondations et des fonds de dotation créés par des entreprises mécènes

Peut-on concilier performance et intérêt général ?

EY et Les entreprises pour la Cité (ex IMS-– Entreprendre pour la Cité) publient les résultats de la seconde édition du Panorama des fondations et des fonds de dotation créés par des entreprises.

L’édition 2016 poursuit l’analyse menée en 2014 sur les dynamiques à l’œuvre et les évolutions du secteur en matière d’évaluation, de communication ou d’orientations stratégiques, en s’intéressant cette fois plus particulièrement à la définition thématique de l’intérêt général.

Le Panorama 2016 dresse ainsi un état des lieux unique des fondations et fonds de dotation en France, et y associe les résultats d’une enquête menée auprès de plus de 600 fondations et fonds de dotations créés par des entreprises.

Chiffres clés de l’édition 2016

L’implication des collaborateurs pour un meilleur développement de toutes les compétences

Progressivement, les structures interrogées formalisent de véritables programmes d’engagements « à la carte » mêlant des opérations de solidarité traditionnelles (courses solidaires, collectes alimentaires…) à des actions centrées sur le développement ou transfert de compétences des salariés (missions de mécénat / bénévolat de compétences ou plus largement pro bono).

Le mécénat semble apporter des réponses nouvelles à des enjeux de cohésion sociale et de gestion RH. Ces missions correspondent à de plus fortes exigences en termes d’impact au bénéfice de structures d’intérêt général.

Une stratégie globale d’engagements citoyens

Pour une majorité de structures, le mécénat, dès lors qu’il est pensé en cohérence avec la stratégie de l’entreprise, contribue à l’expression d’une responsabilité sociétale complète.

Les Fondations sont désormais très proches du pouvoir stratégique des entreprises. Elles privilégient les projets sources de performance à la fois pour l’entreprise et pour la société, en veillant à une affectation efficace de leurs moyens.

Les Fondations et fonds de dotation ont ainsi vu croître leurs ressources. Le nombre de fondations ou de fonds de dotation ayant accès à des budgets annuels moyen supérieurs à 1 million d’euros a progressé par rapport à 2014 de 9 points. 41% des fondations et fonds de dotation emploient désormais 3 employés ou plus en 2016. Les structures déclarant employer plus de 3 personnes sont ainsi près de deux fois plus nombreuses qu’en 2014.

Les domaines d’intervention : recentrage sur l’éducation et l’emploi

Figurant déjà dans les domaines principaux d’interventions de la précédente édition, l’éducation, l’action sociale et l’insertion professionnelle sont à nouveaux citées comme au centre des actions des fondations et des fonds de dotation. Positionnée sur la troisième marche du podium en 2014, l’éducation devient en 2016 le champ d’intervention prioritaire des structures mécènes.

Les fondations resserrent leurs liens avec leur environnement direct

Il s’agit certainement du recentrage le plus important observé depuis 2014 : 71 % des fondations et fonds de dotation issus ou créés par des entreprises tiennent désormais systématiquement compte des lieux d’implantations géographiques de leur entreprise au moment de la sélection des projets. Seuls 51 % des interrogés disaient le prendre en compte en 2014, soit 28 % de moins qu’aujourd’hui.

Un éclairage nouveau sur le concept d’intérêt général

« Pourtant souvent opposées par le passé, performance économique et performance sociale deviennent sujettes à réflexion et à confrontation dans la recherche d’une meilleure performance de l’action déployée au service du bien commun. Dans leur maturité, les fondations et fonds de dotation expérimentent de nouvelles façons de faire et réinventent dans le creuset de l’action le rapport à l’intérêt général » explique Philippe-Henri Dutheil, Avocat Associé EY Société d’Avocats, Responsable national du secteur économie sociale et solidaire, membre du Haut Conseil à la Vie Associative.

« Un fossé s’est progressivement creusé entre le cadre réglementaire, fiscal et juridique de l’Intérêt général et la conception de celles et ceux qui portent au quotidien ces missions en entreprise. Au bénéfice de tous et au profit de chacun, servir l’intérêt général, c’est ainsi s’engager dans une recherche de sens commun, au sein d’une communauté d’intérêts partagés, dans une logique d’enrichissement mutuel et réciproque. C’est accepter qu’intérêt général et intérêt de l’entreprise ne soient plus dissociables. » ajoute Sylvain Reymond, Responsable Mécénat et Partenariats de solidarité du réseau Les Entreprises pour la Cité.

Télécharger le Panorama