Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



UK Bribery Act 2010 : le gouvernement britannique publie les lignes directrices de sa loi contre la corruption

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Communiqué relatif au UK Bribery Act et aux lignes directrices publiées aujourd’hui par le gouvernement britannique

JPEG - 2.8 ko

Paris, le 30 mars 2011- Très attendues par les milieux d’affaires, le gouvernement britannique a enfin publié aujourd’hui, 30 mars 2011, les lignes directrices (Guidance) relatives à sa loi contre la corruption (UK Bribery Act 2010).

Les lignes directrices viennent d’apporter un éclairage capital sur les "procédures adéquates", exigées par le UK Bribery Act, que toute entreprise conduisant des affaires au Royaume-Uni devra mettre en place. A défaut de prouver l’existence et le fonctionnement de telles procédures adéquates, l’entreprise engage sa responsabilité pénale et s’expose à des amendes illimitées, si une personne qui lui est associée corrompt autrui.

La loi entrera en vigueur dès le 1er juillet prochain.

- Une nouvelle référence - Depuis son adoption en avril 2010, le UK Bribery Act s’apprête à devenir la loi la plus sévère au monde en matière de lutte contre la corruption.

La nouvelle loi anglaise dépasse en effet à plusieurs égards le champ d’application de sa soeur aînée américaine, le US Foreign Corrupt Practices Act 1977 (FCPA, qui a généré plusieurs milliards de dollars de sanctions).

- Bouleversement - Depuis un an, des débats considérables ont eu lieu outre-Manche au sein de la communauté d’affaires autour de cette loi, dans l’attente de son entrée en vigueur. En effet, les états-majors et les directions juridiques de la plupart des sociétés sont très concernés, de par leur devoir de conformité à cette loi très ambitieuse, dont la rédaction autorise cependant diverses interprétations.

- Un nouveau délit - La mesure phare du UK Bribery Act est la création d’un délit, par une personne morale, de défaut de prévention de la corruption. Ainsi, selon la section 7 du UK Bribery Act :

  • s’expose notamment à une amende illimitée
  • toute personne morale dans le monde "conduisant, même en partie, des affaires au Royaume-Uni"
  • dont l’une des "personnes associées" (tels les employés, filiales ou agents) est responsable d’actes ou de tentatives de corruption
  • sauf pour la personne morale à démontrer qu’elle avait mis en place et fait fonctionner des "procédures adéquates" conçues pour prévenir de tels actes de la part de ces "personnes associées".

Lignes directrices - La publication des lignes directrices par le Ministère britannique de la Justice (MoJ) est capitale à deux titres.

- D’une part, elle vient de déclencher la prochaine entrée en vigueur du UK Bribery Act.

- D’autre part, les lignes directrices précisent enfin les intentions du gouvernement anglais quant à l’application du UK Bribery Act, notamment quelles "procédures adéquates" sont attendues. Plusieurs principes ont été publiés.


Six Principes - Le MoJ considère dans ses lignes directrices que les procédures seraient adéquates :

- si elles sont proportionnées (aux activités et risques de l’entreprise),
- découlent d’une analyse des risques régulière et documentée,
- complétées par des vérifications et audits relatifs aux "personnes associées",
- bien communiquées de manière interne et externe (p. ex. formations),
- contrôlées et révisées de manière périodique,
- dans le cadre d’un soutien visible et univoque des hauts dirigeants, qui doivent clairement interdire toute forme de corruption.

Cadeaux et divertissement - Les lignes directrices précisent que devraient être autorisées les dépenses effectuées par les entreprises pour des cadeaux ou divertissements, offerts aux relations d’affaires, si (i) ces derniers sont raisonnables et proportionnés et (ii) destinés à forger des relations ou à présenter des produits ou services. Par exemple, l’invitation d’un client à un évènement sportif ou le paiement des frais de voyage d’un fonctionnaire étranger visitant un site industriel, accompagnés de repas, ne violeraient pas la loi si les frais sont raisonnables et proportionnés à l’activité.

Facilitation payments - Le concept de facilitation payment, provenant du droit américain (FCPA), revient à autoriser les "pots de vin" dont le but est seulement de fluidifier un processus bureaucratique (p.ex. accélérer une autorisation qui est acquise). Le UK Bribery Act n’autorise aucun facilitation payment, que la plupart des législations dans le monde qualifie de corruption - qui pour être réduite n’en est pas moins interdite.

Personnes associées - Le concept de "personne associée" est large. Cependant, les lignes directrices indiquent que la responsabilité pénale risquée à travers les "personnes associées" ne sera pas nécessairement engagée par un seul actionnariat ou un simple investissement, tels qu’à travers une simple joint venture ou filiale.

Extraterritorialité et France - La position des lignes directrices est que, pour les entreprises étrangères, la seule cotation de leurs titres au Royaume-Uni ou la seule existence d’une filiale sur sol britannique ne démontrent pas, à elles seules, que l’entreprise "conduit des affaires" au Royaume-Uni et est soumise en totalité au UK Bribery Act. La loi aura donc aussi vocation à s’appliquer à toutes les sociétés, françaises ou autres, conduisant des affaires au Royaume-Uni - devant dès lors s’assurer de bien disposer de telles "procédures adéquates".

Relativité - Les lignes directrices ne sont que l’expression de l’administration britannique, qui a subi de fortes pressions pour diluer le texte ambitieux de la loi adoptée. En définitive, les effets du UK Bribery Act seront décidés par l’interprétation qu’en feront les procureurs puis les tribunaux britanniques. Il existe un risque que ces derniers adoptent une ligne plus stricte que les lignes directrices, sur des sujets tels que la notion de "personne associée" ou l’extraterritorialité de la loi. A cet égard, le procureur général du Royaume-Uni et le directeur du Serious Fraud Office ont aussi publié aujourd’hui leurs propres lignes directrices, destinées aux procureurs. Il y est dit que s’il existe des preuves suffisantes pour lancer des poursuites, l’intérêt public de ces poursuites doit aussi être considéré. Les poursuites pourraient être limitées si le dommage causé est "mineur et isolé" et que l’entreprise a fait preuve d’une "authentique et volontaire" initiative de rapporter ou dénoncer les faits et d’y remédier.

Sam Eastwood, responsable chez Norton Rose LLP du Business Ethics and Anti-Corruption Group (groupe Ethique des Affaires et Anti-Corruption) avertit :

« Que les activités d’une entreprise entrent ou non dans le champ d’application du UK Bribery Act, les lois anti-corruption deviennent de plus en plus sévères dans de nombreux autres pays.

Par exemple, la Chine a récemment adopté des règles pour combattre la corruption des fonctionnaires étrangers. Pour toute entreprise, une autre raison capitale de traiter immédiatement et de manière approfondie les risques liés à la corruption, est que ses partenaires en affaires, pour leur propre protection et réputation, exigent de plus en plus des preuves qu’elle a bien ses propres procédures anti-corruption ».

« Pour ce qui concerne les lignes directrices, celles-ci pourraient avoir peu de poids devant les tribunaux britanniques.

Les lignes directrices n’ont pas valeur de loi et peuvent être révisées à tout moment par le gouvernement. L’effet réel de la loi dépendra de l’interprétation qu’en feront les procureurs puis les tribunaux britanniques.

Il existe un risque que ces derniers adoptent une ligne plus stricte que les lignes directrices, sur des sujets tels que la notion de personne associée ou l’extraterritorialité de la loi.

Le UK Bribery Act entre en vigueur le 1er juillet prochain. A trois mois de l’entrée en vigueur, il est essentiel que les entreprises se concentrent désormais sur leur analyse interne des risques, la mise en oeuvre de leurs règles et procédures adéquates, la formation de leurs employés et la mise en place d’organes de contrôle ».

A propos de Norton Rose LLP
Le Groupe Norton Rose est l’un des grands cabinets d’avocats d’affaires internationaux. Nos différents bureaux offrent à nos clients une large gamme de services juridiques en Europe, au Moyen-Orient et en Asie-Pacifique. Nous agissons plus particulièrement auprès des institutions financières, des acteurs des marchés de l’énergie, des infrastructures et des matières premières, des transports, et des technologies.


Le Groupe Norton Rose rassemble Norton Rose LLP, Norton Rose Australia et leurs affiliés. Plus de 1800 avocats interviennent au sein de nos 30 bureaux dans le monde.


Le cabinet canadien Ogilvy Renault et le sud-africain Deneys Reitz, tous deux leaders sur leurs marchés respectifs, rejoindront le Groupe Norton Rose au 1er juin 2011. Le nouveau Groupe rassemblera plus de 2 500 avocats répartis au sein de 38 bureaux dans le monde dont Montréal, Ottawa, Toronto, Québec, Calgary, Johannesburg, Durban et Cape Town.

www.nortonrose.com




Contacts presse :

- Carole Guettier,
- Norton Rose LLP,
- Responsable Marketing, Relations Clients
- Tel : + 33 (0)1 53 89 57 32
- Mail : carole.guettier@nortonrose.com

- Sibylle Descamps Dubois
- Agence Keima
- Tel : + 33 (0)1 56 43 44 72
- Mail : sibylle.descamps@keima.fr

newsletter de Fiscalonline

Communiqué du 30 mars 2011

Publié le vendredi 1er avril 2011

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés : 


 



Les articles les plus lus !
Vente en bloc d’un immeuble acquis par fractions successives : condition d’imputation de la moins-value
La procédure d’adoption de la loi de finances rectificative pour 2018 est conforme à la Constitution
Plan d’action TVA : le Conseil adopte quatre ajustements à court terme
Les solutions du Gouvernement face à la fraude à la TVA sur les plateformes en ligne
Articulation entre crédit d’impôt recherche et jeune entreprise innovante
Taxation de l’économie numérique : déclaration commune franco-allemande
CIR et dépenses de personnel : rescrit relatif à la notion de premier recrutement d’un jeune docteur
Taux de l’impôt sur les sociétés de 2018 à 2022
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018