Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Taxer les bureaux vides à Paris : la nouvelle utopie ?

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Ulrich Maurel, fondateur d’Immoprêt, courtier en prêt immobilier qui a accompagné près de 19 000 familles en 2013, réagit à l’adoption hier par le Conseil de Paris d’une taxe sur les friches commerciales.

En adoptant cette taxe, le Conseil de Paris entend lutter contre la rétention foncière pour encourager la transformation de bureaux en logements. A partir de janvier 2015, la Ville prévoit ainsi d’imposer les propriétaires de bureaux vacants à hauteur de 20% de leur valeur locative la 1ère année, 30% la 2ème, et 40% la 3ème.

Selon l’adjoint en charge du Logement, Ian Brossart, Paris possèderait 18 millions de mètres carrés de bureaux, dont 6 à 7% vacants. Pendant sa campagne, la maire de Paris Anne Hidalgo s’était engagée à obtenir la transformation d’au moins 200 000m² de bureaux vides en logements au cours de son mandat. D’après l’Observatoire Régional de l’Immobilier d’Entreprise en Ile-de-France, 7,2% des surfaces de bureaux sont vacantes en Ile-de-France, soit 3,6 millions de mètres carrés.

Ulrich Maurel donne son point de vue : La transformation de bureaux en logement est une utopie ! Le coût de cette transformation est prohibitif. Et, si cela peut finalement se faire, le coût de la vente comme celui de la mise en location sera si élevé que ce logement s’adressera à la frange de la population la plus aisée. Il ne répondra pas aux besoins des ménages en difficulté pour acquérir ou louer un logement compte tenu des prix. On estime cette transformation à environ 2 000 - 2 500 euros le m². Il est vrai qu’il est possible de transformer des bureaux vacants en logements mais à quel prix ?

La rentabilité pose problème également pour le propriétaire : TVA non récupérable, environ 10% de surface de plancher en moins pour créer des parties communes, coûts de restructuration au moins aussi élevés que ceux d’une construction neuve, quote-part de logements sociaux obligatoire à Paris...

Outre la faisabilité économique et la rentabilité, les plus gros freins à cette transformation, il faut tenir compte d’autres facteurs : une hauteur sous plafond minimale de 2,50m, des plateaux profonds qui impliquent la présence de nombreuses pièces en aveugle, une circulation dans l’immeuble à repenser intégralement avec des pertes de surfaces utiles indispensables, l’emplacement doit être adapté à usage d’habitation... Ainsi, certains immeubles se prêtent plus facilement à cette transformation que d’autres, les immeubles haussmanniens ou initialement d’habitation par exemple. Et plutôt proches des centres-villes ou de toutes commodités.

Le gouvernement a prévu d’ores et déjà deux mesures qui vont dans le bon sens : passer outre le COS dans certaines zones tendues et alléger le nombre de places de stationnement par habitation. Mais il faut aller plus loin et taxer les propriétaires de bureaux vides ne permettra pas de répondre au problème de manque de logements.

Pour répondre à cette pénurie d’offre de logements dans la ville, Londres a pris les choses en main de manière efficace avec la construction prévue d’environ 200 tours d’habitation, dont 113 déjà en chantier. Pourquoi ne pas s’en inspirer ? Toutes ces initiatives locales pour essayer de relancer le marché ne peuvent être qu’encouragées. Néanmoins il est temps pour l’exécutif d’organiser un Grenelle de l’Immobilier pour fixer une ligne directrice et des priorités qui seront adaptées ensuite à chaque marché. Cette cacophonie générale entre les municipalités, les communautés de communes, les départements, les régions, le ministère du Logement, de l’Ecologie, des Finances et le Premier ministre donne peu de lisibilité aux investisseurs et futurs acquéreurs. Cela crée le doute et l’incertitude sur le marché immobilier hexagonal.

A propos d’Immoprêt


Créé à Dunkerque en 2006, Immoprêt est un courtier en crédit immobilier, avec plus de 150 collaborateurs répartis dans 60 agences sur tout le territoire. L’activité de ce réseau d’agences de proximité consiste à accompagner gratuitement ses clients dans leur recherche de financement de leurs projets immobiliers. Immoprêt bénéficie de partenariats avec toutes les banques du marché, lui permettant d’être indépendant vis-à-vis des institutions financières, et de proposer aux clients les meilleures conditions pour leur projet, en toute transparence. Immoprêt est membre de l’Apic, l’Association Professionnelle des intermédiaires en crédits, le syndicat de la profession. En 2013, Immoprêt a accompagné 18 662 familles dans leur projet.

www.immopret.fr




newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 9 juillet 2014

Publié le jeudi 10 juillet 2014

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  BCRSS15 | Fiscalité des entreprises


 



Les articles les plus lus !
Prélèvement à la source de l’impôt : les mesures transitoires
Plus-value : les travaux de remplacement complet de l’installation électrique peuvent venir en majoration du prix d’acquisition
Bercy commente la diminution du taux de l’impôt sur les sociétés et les mesures de coordination y attachées
Précision sur l’abattement sur les plus-values réalisées par les dirigeants de PME partant à la retraite
Retenue à la source sur les dividendes de source française perçus par une société européenne : l’avocat général de la CJUE rend ses conclusions
La CJUE retoque partiellement la CSPE et autorise « sous condition » son remboursement
Les apports du décret du 29 Juin 2018 en matière de documentation de prix de transfert
TVA : précisions relatives aux prestations de services se rattachant à un immeuble
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018