Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « Logement »
Plan d’action Entreprises
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



TVA sur le commerce électronique : adoption de nouvelles règles fiscales

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

La Commission Européenne salue l’accord conclu sur la simplification des règles de TVA pour les entreprises qui vendent des biens en ligne

Le nouveau système facilitera l’achat et la vente en ligne transfrontières de biens pour les consommateurs et les entreprises, en particulier les jeunes entreprises et les PME. Il aidera également les États membres à récupérer la TVA non perçue sur les ventes en ligne chaque année, qui est actuellement estimée à cinq milliards d’euros.

L’accord a été conclu par les ministres de l’économie et des finances des États membres de l’UE lors de la réunion qu’ils ont tenue à Bruxelles, un an seulement après la présentation des ambitieuses propositions de la Commission.

À la suite de l’accord, Andrus Ansip, vice-président chargé du marché unique numérique, a déclaré : « Nous franchissons une nouvelle étape dans le développement du commerce électronique en Europe, quelques jours après être parvenus à un accord pour mettre fin au blocage géographique injustifié pour les consommateurs faisant des achats en ligne. Les entreprises vendant en ligne à l’étranger régleront les questions de TVA de la même manière que pour les ventes effectuées dans leur propre pays. L’efficacité des services publics et la coopération transfrontière s’en verront également renforcées. »

Après la conclusion de l’accord, Pierre Moscovici, commissaire chargé des affaires économiques et financières, de la fiscalité et des douanes, a déclaré : « Petit à petit, un nouveau système de TVA est mis en place, un système adapté aux besoins actuels et permettant aux entreprises de l’internet qui mènent des activités transfrontières de prospérer. Parallèlement, nous veillons à ce que les entreprises de pays tiers ne bénéficient pas d’un traitement préférentiel lorsqu’elles vendent leurs produits à des consommateurs de l’UE, à la fois directement et par l’intermédiaire de marchés électroniques L’accord conclu aujourd’hui est également de bon augure pour une réforme plus fondamentale et urgente de la TVA dans l’Union européenne. »

Les nouvelles règles, qui entreront en vigueur progressivement d’ici 2021, visent à :

  • simplifier les règles en matière de TVA pour les jeunes entreprises, les micro-entreprises et les PME qui vendent des biens en ligne aux consommateurs dans d’autres États membres de l’UE.

La TVA sur les ventes transfrontières de moins de 10 000 EUR par an sera traitée selon les règles du pays d’origine des plus petites entreprises, ce qui donnera un nouvel élan à 430 000 entreprises dans l’ensemble de l’UE. Les PME bénéficieront de procédures plus simples pour les ventes transfrontières à concurrence de 100 000 EUR par an ; Ces mesures entreront en vigueur d’ici au 1er janvier 2019.

  • permettre à toutes les entreprises qui vendent des biens en ligne de s’acquitter de toutes leurs obligations en matière de TVA dans l’UE par l’intermédiaire d’un portail unique en ligne facile à utiliser, dans leur propre langue. Sans ce portail, les entreprises devraient s’enregistrer aux fins de la TVA dans chaque État membre dans lequel elles veulent vendre des biens, ce qui constitue, selon elles, l’un des principaux obstacles au commerce transfrontière des petites entreprises ;
  • pour la première fois, faire assumer aux grands marchés électroniques la responsabilité de la perception de la TVA sur les ventes réalisées sur leurs plateformes par des sociétés de pays tiers auprès des consommateurs de l’UE. Cela inclut les ventes de biens déjà stockés par des entreprises de pays tiers dans des entrepôts (les « centres de traitement des commandes ») au sein de l’UE qui peuvent souvent être utilisés pour vendre des biens en franchise de TVA à des consommateurs dans l’UE ;
  • s’attaquer au problème de la fraude résultant de l’usage abusif qui a été fait par le passé de l’exonération de la TVA pour les biens d’une valeur inférieure à 22 EUR en provenance de pays tiers, une pratique susceptible de fausser le marché et de créer une concurrence déloyale. Auparavant, les fraudeurs pouvaient étiqueter de manière abusive des biens de grande valeur comme ayant une valeur inférieure au seuil de 22 EUR, les faisant ainsi échapper à la TVA et créant de la sorte un déficit inacceptable d’un milliard d’euros de recettes qui, autrement, auraient alimenté les budgets des États membres de l’UE.

Les nouvelles règles garantiront que la TVA est payée dans l’État membre du consommateur final, ce qui se traduira par une répartition plus équitable des recettes fiscales entre les États membres de l’UE. Cela permettra de consolider la nouvelle approche en matière de perception de la TVA dans l’UE, déjà en place pour les ventes de services électroniques, et de respecter un engagement central de la stratégie pour un marché unique numérique en Europe.

L’accord conclu aujourd’hui constitue également un nouveau pas vers une solution définitive mettant en place un espace TVA unique dans l’Union, comme le prévoient les récentes propositions de la Commission pour la réforme de la TVA dans l’UE.

Les nouvelles règles définissent le calendrier suivant :

  • introduction d’ici à 2019 de mesures de simplification pour les ventes intracommunautaires de services électroniques ;
  • l’extension d’ici à 2021 du guichet unique pour la vente à distance de marchandises, à la fois intra-UE et de pays tiers, ainsi que l’élimination de l’exonération de la TVA pour les petits envois.

Les règles prévoient également une coopération administrative renforcée entre les États membres pour accompagner et faciliter cette extension.

Les dispositions qui s’appliqueront à partir de 2021 seront traitées plus en détail dans une autre proposition de la Commission dans le cadre d’une procédure non législative. Le Conseil a approuvé une déclaration soulignant les questions à examiner par la Commission lors de la phase de mise en œuvre. Les dispositions applicables à partir de 2019 sont déjà couvertes par le package.

Les États membres auront jusqu’au 31 décembre 2018 et au 31 décembre 2020 pour transposer les dispositions correspondantes de la directive dans les lois et règlements nationaux. Le règlement sur la coopération administrative sera applicable à partir du 1er janvier 2021.

Source : IP/17/4404

Consulter le communiqué de presse

newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 4 décembre 2017

Publié le mardi 5 décembre 2017

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | Efisc | Fiscalité des entreprises | mafiscalite


 



Les articles les plus lus !
Logiciel obligatoire au 1er janvier 2018 : Le vrai et le faux !
Plus-values immobilières : les aménagements opérés par le Gouvernement
Un tirage spécial du loto sera affecté au sauvetage du patrimoine immobilier français
Changement de régime fiscal des sociétés : précision sur le régime des droits de mutation
Suppression du certificat de non-imposition pour le conjoint survivant ou le partenaire pacsé du défunt
Les députés adoptent les aménagement à la réforme du prélèvement à la source
Art : les 10 meilleures enchères des ventes de prestige de Londres
Création d’un abattement fiscal exceptionnel sur les plus-values de terrain bâti ou à bâtir
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016