Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Sort fiscal des stock-options et des actions gratuites en cas d’expatriation

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Sort fiscal des stock-options et des actions gratuites en cas d’expatriation




Question : Je travaille depuis quelques années dans une entreprise implantée dans plusieurs pays. J’ai reçu depuis 2006 des stock-options et des actions gratuites. Cette dernière m’envoie travailler à Londres, que va-t-il se passer pour mes actions gratuites et mes stock-options ? Vont elles être imposées en France ?




La réponse des experts de Joptimiz.com : OUI

La législation fiscale concernant la levée des options réalisée par des non-résidents a été modifiée depuis la loi de finances rectificative pour 2010.

Les stock-options permettent aux salariés d’acquérir des actions de leur société à un prix, généralement avantageux, qui est fixé définitivement le jour où l’option est offerte.

Il existe trois types de gains :

  • le rabais excédentaire imposé au titre de l’année de la levée d’option,
  • la plus-value d’acquisition taxée au titre de l’année de cession des titres
  • et la plus-value de cession également imposée lors de l’année de cession.

Les gains de source française, réalisés depuis le 1er avril 2011, tirés de la levée d’options réalisée par des personnes non domiciliées fiscalement en France sont soumis à une retenue à la source.

Il faut alors définir une période de référence rémunérée par le plan et si celle ci est française, la plus value sera imposable en France.

A quel taux ?

  • Pour les gains tirés de la levée d’options attribuées avant le 28 septembre 2012, la retenue à la source est calculée selon des taux forfaitaires. Il faut distinguer selon qu’un délai de portage de deux ans supplémentaire au délai d’indisponibilité de quatre ans est effectué ou non.

S’il n’y a pas de délai de conservation de deux ans, le taux est de 30% pour la fraction inférieure à 152 500 € et de 41% pour la fraction supérieure.

Le taux est de 18% ou 30% dès lors qu’il y a un délai de conservation de deux ans. Ensuite, la retenue à la source est prise en compte pour le calcul de l’impôt sur le revenu et imputable sur le montant de ce dernier.

Il est toutefois possible d’opter pour les règles des traitements et salaires. Dans ce cas, la retenue est calculée selon un barème à trois tranches (0%, 12% et 20%).

  • S’agissant des options attribuées à compter du 28 septembre 2012, les règles changent un peu. Les gains sont obligatoirement soumis à la retenue à la source applicable en matière de salaire (barème progressif de 0%, 12% et 20%) sur leur montant net, déterminé conformément aux règles applicables en matière de traitements et salaires, à l’exception de l’application de la déduction des frais professionnels réels.
Ainsi, si vous levez vos options et cédez les titres alors que vous êtes résident à Londres, vous seriez soumis à une retenue à la source en France.


Concernant les actions gratuites, le raisonnement reste le même. Il y a une retenue à la source en France si la période de référence est française !

newsletter de Fiscalonline

Réponse d’expert n°1

Publié le mercredi 22 mai 2013

1 Message

  • Le prélèvement à la source n’est appliqué qu’en l’absence d’une convention fiscale, ou lorsque celle-ci ne retire pas à la France le droit d’imposer le revenu en question (BOI-IR-DOMIC-10-20-20-30-20120912).

    A cet égard, l’art. 14 de la convention fiscale entre la France et le Royaume-Uni précise que les gains de cession de biens de cette nature ne sont imposables que dans le pays de résidence du cédant (§5).

    Exception : si la cession a lieu au cours de l’année de l’expatriation, elle reste imposable en France, comme le précise le §6 du même article : « les dispositions du paragraphe 5 n’affectent pas le droit d’un Etat contractant de prélever, conformément à sa législation, un impôt sur les gains tirés de l’aliénation de tout bien par une personne qui est, et qui a été à un moment quelconque pendant les six années fiscales précédentes, un résident de cet Etat contractant ou par une personne qui est un résident de cet Etat contractant à un moment quelconque de l’année fiscale au cours de laquelle le bien est aliéné. »

    Autrement dit, si par exemple un propriétaire de stock-options déménage de la France à Londres le 1er juillet, puis exerce ses options et vend les titres avant le 31 décembre de la même année, les différentes plus-values constatées seront imposables en France puisqu’il aura été résident de France au cours de l’année considérée (même s’il ne l’aura été qu’une partie de l’année), selon les modalités décrites dans la réponse ci-dessus.

    Par ailleurs, elles seront aussi imposables au Royaume-Uni, selon la législation interne du pays. La double imposition éventuelle sera dans ce cas évitée en application de l’art. 24 de la convention par imputation sur l’impôt britannique relatif à ces gains de l’impôt français correspondant.

    En-dehors de cette exception, donc si la cession a lieu après l’année d’expatriation, la plsu-value ne sera imposable qu’en Grande-Bretagne et selon ses règles internes : la France ne pourra pas pratiquer de retenue à la source (il faut à cet effet informer l’établissement teneur de compte du statut de non-résident afin que ce prélèvement ne soit pas pratiqué).

    Répondre à ce message


Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés : 


 



Les articles les plus lus !
Remise en cause du régime de la TVA applicable sur les ventes des terrains : un réexamen de la question demandé
Le CIR n’a pas à être pris en compte pour le calcul de la réserve spéciale de participation
Le simulateur officiel de calcul de l’impôt 2017 sur les revenus de 2016 est en ligne
Les conditions d’application dans le temps du carry-back sont contraires à la constitution
Modalités de calcul de la plus-value immobilière lors de la revente des actifs par SCPI bénéficiant du « Malraux »
Barème de la taxe sur les salaires 2016
Les principales mesures fiscales de la loi de finances pour 2017 intéressant les entreprises
Quels impôts sur la vente et l’achat de biens immobiliers ?
[+ ...]



Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016