Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Résiliation sans frais et sans pénalité de certains contrats d’assurances : mode d’emploi

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Résiliation sans frais et sans pénalité de certains contrats d’assurances : mode d’emploi

Astrée Avocats, cabinet d’avocats spécialisé dans l’intermédiation financière apporte son éclairage sur la Loi HAMON et son nouveau dispositif de résiliation

Depuis le 1er janvier 2015, le dispositif de la résiliation infra-annuelle introduit par la Loi HAMON est entré en vigueur, ce qui implique la capacité pour les consommateurs – dans le cadre principalement des Assurances Auto (véhicules terrestres), multirisque habitation ou les assurances affinitaires – de mettre fin à tout moment à leur contrat d’assurance.

Considéré comme simple dans son mécanisme, ce dispositif s’avère néanmoins complexe dans sa mise en œuvre.

Il semblait donc utile d’identifier les problématiques auxquelles pourraient être confrontés les intermédiaires d’assurance, particulièrement les courtiers gestionnaires qui sont amenés à gérer des volumes importants de police d’assurance.

Décryptage ..

Loi HAMON : mode d’emploi !!

La loi n° 2014-344 du 17 mars 2014 dite Loi Hamon, dans son article 61 II, a organisé une possibilité de résiliation sans frais et sans pénalité de certains contrats d’assurances et des adhésions tacitement reconductibles à l’expiration d’un délai de 1 an.

Cet article a été codifié dans le code des assurances à l’article L.113-15-2. Les branches concernées par cette faculté et les modes opératoires devaient être précisés par décret en Conseil d’Etat. C’est chose faite avec le décret du 29 décembre 2014 publié au Journal Officiel le 31 décembre 2014 et entré en vigueur le 1 er janvier 2015.

Conditions de la résiliation

Le dispositif introduit par la Loi HAMON instaure deux conditions pour que l’assuré puisse bénéficier du dispositif :

  • Il faut que le contrat soit en tacite reconduction ;
  • Il faut que la souscription initiale ait duré un an, car le droit de résilier à tout moment nait le lendemain de la date du 1er anniversaire de la souscription.

Le décret d’application vise 3 types de contrats concernés par cette souplesse de résiliation :

  • Les assurances de véhicules terrestres comprenant des garanties de RC (Auto – Moto)
  • Les assurances contenant des garanties locatives : assurances habitations (propriétaires et locataires) et les assurances des propriétaires non occupants.

Les assurances adossées à des biens ou des services, plus généralement appelées assurances affinitaires (assurance de téléphonie, assurance voyage, assurances adossées à des biens d’équipement, assurance non incluse de cartes bancaires).

Les modalités d’application

Elles doivent faire l’objet de deux ponts de vigilance :

  • Attention n°1

Ces nouvelles dispositions sont applicables à tous les contrats conclus après le 1er janvier 2015. Pour les contrats conclus avant cette date, les nouvelles dispositions concernant les résiliations sont applicables à compter de leur date anniversaire.

Il ne faut donc pas confondre date d’échéance contractuelle avec date anniversaire de la souscription.

Pour identifier les dates auxquelles les assurés sont en mesure de bénéficier du dispositif HAMON, il faut se référer à la date à laquelle les assurés ont souscrit leurs contrats en tacite reconduction et non pas à la date d’échéance contractuelle. En conséquence, le bénéfice du dispositif Hamon n’interviendra pour les contrats souscrits en 2014 qu’à l’expiration d’un délai d’un an à compter de la date de souscription. L’assuré bénéficie bien du dispositif le jour qui suit la date anniversaire du contrat.

  • Attention n°2

Dans l’hypothèse où les contrats ne sont pas basés sur le mécanisme de la tacite reconduction, le dispositif HAMON ne s’applique pas.

Mise en oeuvre opérationnelle par type de contrats

Cette faculté de résiliation doit être mentionnée dans chaque contrat et rappelée dans chaque avis d’échéance.

La prise d’effet de la résiliation intervient 1 mois après que l’assureur aura reçu la notification. Cette dernière doit être effectuée par lettre ou tout autre support durable. Il n’est donc pas nécessaire de l’adresser en recommandé AR donc, mais un écrit papier ou e-mail suffit. Il est néanmoins précisé que pour les assurances de responsabilité automobile et pour l’assurance « risques locatifs », le nouvel assureur effectue les démarches de résiliation auprès de l’ancien assureur pour le compte de son futur assuré.

L’ancien assureur est tenu de rembourser le solde de la prime dans un délai de 30 jours, à défaut, les sommes dues à l’assuré produisent des intérêts au taux légal.

En pratique pour les intermédiaires d’assurance

La nouvelle réglementation en vigueur :

  • donne, pour les contrats automobiles les contrats multirisques habitation et les contrats affinitaires, la possibilité pour l’assuré de résilier à tout moment une fois la première année écoulée, et sans avoir à adresser de recommandé.
  • Met à la charge de l’assureur une nouvelle obligation : il doit s’assurer que pour les contrats automobiles et les contrats multirisques habitation, l’assuré ne se retrouve pas sans assurance ; en effet la date de résiliation de l’ancien contrat et la date de prise d’effet du nouveau contrat doivent être concomitantes.
  • Met à la charge de l’intermédiaire délégué ou de l’assureur une obligation d’information du dispositif HAMON dans chaque avis d’échéance adressé à l’assuré et/ou dans chaque contrat.

Mais, il n’y pas que HAMON, il y a aussi CHATEL !

Le décret prévoit également que les nouvelles dispositions de l’article L.113-15-2 du Code des assurances s’appliquent :

  • Lorsque l’assuré dénonce la reconduction tacite de son contrat après la date limite prévue par la législation.
  • Lorsque le motif de résiliation prévu par le Code des assurances n’est pas applicable à l’assuré.
  • Lorsque le fondement de la résiliation n’est pas indiqué par l’assuré.

Explication


Cela signifie que si des assurés qui sollicitent la résiliation de leur convention parce-qu’ils refusent l’échéancier qui leur a été adressé, mais qu’ils le font dans un délai qui dépasse les 20 jours qui leur sont octroyés par le dispositif Chatel, l’assureur sera alors contraint de leur faire bénéficier du dispositif HAMON (si les conditions de ce dispositif sont bien remplies).

On en déduit que toute demande de résiliation d’un contrat d’ assurance à compter du 1er janvier 2015, et ce, par tout moyen à la convenance de l’assuré, dès l’instant que la demande est claire, nécessite que l’assureur pratique la résiliation en appliquant le dispositif HAMON, c’est à dire que la résiliation prend effet un mois après la réception de la demande et que l’assureur doit absolument remboursée à l’assuré la prime « proratée ».

LE RESEAU PLURIDISCIPLINAIRE ASTREE

Astrée est un réseau pluridisciplinaire d’avocats et de consultants spécialisés dans les secteurs de l’intermédiation financière et en assurance. La très grande majorité des clients du réseau Astrée sont donc des agents généraux, des courtiers en assurance et des conseils en gestion de patrimoine.

ASTREE AVOCATS

Cabinet d’avocats dédié au secteur de l’intermédiation en assurance et de l’intermédiation financière, ASTREE AVOCATS a été créé par Isabelle Monin Lafin, conseil de ce secteur depuis plus de 20 ans. La participation de l’équipe d’ASTRÉE AVOCATS à des sessions de formation professionnelle, à des conférences ou à la rédaction d’articles de presse ou d’ouvrages lui permet de bénéficier de connaissances pointues et actualisées de l’ensemble des problématiques juridiques, sociales ou économiques auxquelles doivent faire face les distributeurs de produits d’assurances et financiers. Une référence sur la place financière notamment grâce au « Classeur Astrée » proposé à ses clients, visant à optimiser l’organisation de leur activité et à mieux se préparer à un éventuel contrôle des autorités (ACPR/AMF).

ASTREE CONSULTANTS

Créé et dirigé par Jean-Marc Lafin en mai 2012, ASTREE CONSULTANTS propose une activité de conseil aux intermédiaires en assurance et intermédiaires financiers avec un accompagnement dans la recherche de solutions métier et de mise en conformité de leur activité à l’égard de la Réglementation. Il a dans cette optique créé une offre de conseil dédiée "MA CONFORMITE" délivrée en web meeting et proposant aux intermédiaires de trouver des solutions pragmatiques à leurs besoins vis à vis de la réglementation : « contrôle à blanc » ACPR-AMF, plan d’actions détaillé de mise en conformité, boite à outils de procédures et de consignes, formation. Astrée a été précurseur d’une méthodologie d’assistance des intermédiaires au contrôle ACPR et à la mise en conformité des entreprises de ce secteur.

- ASTREE c’est 2 activités complémentaires structurées en réseau pluridisciplinaire qui permettent de proposer une « solution intégrée » aux intermédiaires afin de mieux répondre aux enjeux réglementaires : du conseil juridique, en passant par le conseil stratégique métier, jusqu’à la mise en oeuvre organisationnelle.

Isabelle MONIN LAFIN Avocate depuis 1990, Associée fondatrice d’Astrée Avocats, son activité de conseil et de défense est dédiée au secteur de la distribution de produits d’assurances et financiers. Avec la création en 2008 du « Classeur Astrée », véritable outil pragmatique de préparation et d’accompagnement des intermédiaires face à un contrôle éventuel de l’Autorité ;

newsletter de Fiscalonline

Eclairage du Cabinet Astrée Avocats

Publié le mercredi 1er avril 2015

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Anoter | Assurance | BCRSS15


 



Les articles les plus lus !
Le Gouvernement propose de légaliser en droit fiscal le caractère commercial de l’activité de location meublée
Divorce par consentement mutuel sans juge : le gouvernement tire les conséquences fiscales
Plateformes collaboratives : seuils d’affiliation au RSI des personnes exerçant une activité locative
Le gouvernement précise "a minima" les conditions permettant de déterminer le caractère animateur d’une holding
Les députés aménagent les dispositifs ISF-PME et Madelin pour faciliter la sortie fiscale des investisseurs historiques
Plus-value immobilière : les régimes d’exonération en faveur de la construction de logements sociaux sont prorogés de 3 ans
Le gouvernement précise les critères d’éligibilités au PEA-PME
Modalités de déclaration des transferts de sommes d’un montant supérieur à 50.000 €
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016