Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Réglementation applicable au sursis d’imposition des plus-values générées lors de l’apport en société d’une activité professionnelle

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Question

Mr Michel Françaix avait, par une question en date du 10 février 2003, attiré l’attention du ministre de l’économie et des finances sur la situation difficile que rencontrent certains professionnels artisans exerçant leurs compétences à titre individuel dans l’hôtellerie et la restauration gastronomique de luxe, souvent adhérents à des chaînes hôtelières de renommée internationale, dont l’activité génère de nombreux emplois de proximité, également source de devises pour notre pays.

Ces professionnels artisans, pour mieux se développer et accéder à certains financements spécifiques, sont souvent astreints de créer une société d’exploitation ad hoc à la demande des banques et partenaires financiers.

Or la société ad hoc à laquelle ledit professionnel fait apport de la valeur de son fonds de commerce reçoit en contrepartie de celle-ci une rémunération fictive sous forme de titres (actions), sans toutefois générer la moindre encaisse en numéraire susceptible de liquider l’impôt sur une plus-value comptable, strictement latente et virtuelle tant que celle-ci n’est pas liquidée par la vente effective des titres, donc par la vente de l’affaire.

Dans ces conditions, l’entrepreneur de bonne foi doit bénéficier de plein droit du sursis d’imposition des plus-values d’apport, prévu à l’article 151 octies du CGI, sans que ce sursis puisse être révoqué par des motifs de pure forme, ou en tous cas remis en cause, avant la vente des titres reçus en contrepartie de l’apport précité, intervenant souvent au moment du départ à la retraite du professionnel.

Les obligations formelles dont le non-respect est reproché à l’apporteur sont de deux ordres :

- d’une part, concernant l’activité constitutive de l’apport : la non-production d’un état (visé par l’article 54 septies du CGI) faisant apparaître les éléments nécessaires au calcul de la plus-value d’apport, qui doit être joint à la déclaration de cessation d’activité individuelle, dans les deux mois suivant ladite cessation ;

- d’autre part, concernant la personne physique de l’apporteur : la non-production d’un tableau de suivi de la plus-value, prévu à l’article 151 octies II du CGI devant être joint à la déclaration de revenu global au titre de l’année de réalisation effective de cette plus-value, et au titre des années successives.

La remise en cause par l’administration fiscale du sursis d’imposition pour de tels motifs astreint l’apporteur à liquider sa participation, en vendant son affaire, pour payer l’impôt sur une plus-value théorique, comptable, mais qu’on lui somme de régler« toutes affaires cessantes ».

Ce faisant, l’artisan professionnel casse son outil de travail, mettant du personnel au chômage. Face au risque de destruction d’activités et d’emplois, il lui demandait d’amender l’instruction du 17 janvier 2002 traitant de la question mais sans les aménagements souhaités, en s’inspirant d’une autre instruction de la DGI en date du 14 mai 2001, relative aux échanges de titres réalisés avant le 1er janvier 2000, laquelle - mutatis mutandis - autorise le maintien de sursis d’imposition en cas de simple régularisation des obligations déclaratives, fussent-elles tardives, dont le manquement peut être reproché à ces artisans.


Réponse du ministre

En application des dispositions de l’article 151 octies du code général des impôts, les plus-values réalisées par les personnes physiques à l’occasion de l’apport à une société soumise à un régime réel d’imposition de l’ensemble des éléments de l’actif immobilisé affectés à l’exercice d’une activité professionnelle ou de l’apport d’une branche complète d’activité peuvent bénéficier de plein droit d’un régime spécial inspiré pour partie de celui des fusions.

Ces plus-values ne sont pas immédiatement imposées mais placées en report d’imposition. Les entreprises ainsi que les personnes physiques placées sous ce régime de report d’imposition sont soumises à des obligations déclaratives spécifiques indispensables pour la préservation des impositions futures.

Elles doivent, conformément aux dispositions prévues au I de l’article 54 septies et au II de l’article 151 octies du même code, produire un état de suivi des reports d’imposition.

De plus, l’entreprise bénéficiaire de l’apport doit tenir un registre des plus-values en report sur biens non amortissables prévu au II de l’article 54 septies déjà cité.

L’article 20 de la loi de finances rectificative pour 1999 a aménagé, pour les opérations réalisées à compter du 1er janvier 2000, les sanctions applicables en cas de non-respect de ces obligations déclaratives. Cette mesure a fait l’objet d’une instruction administrative publiée au bulletin officiel des impôts sous la référence 4-I-1-02 le 17 janvier 2002. Désormais, le défaut de production des états de suivi n’entraîne plus l’imposition immédiate des profits en report d’imposition. Corrélativement, le taux de l’amende applicable en cas d’irrégularités constatées dans la tenue du registre et la production des états a été porté de 1 % à 5 % des résultats omis.

Ces précisions vont dans le sens des préoccupations de l’auteur de la question.

Pour les opérations réalisées avant le 1er janvier 2000, le non-respect des obligations déclaratives par l’apporteur au titre de l’année de réalisation de l’apport et de l’une des années suivantes entraîne l’imposition immédiate des plus-values afférentes aux biens non amortissables apportés qui ont été reportées. Cela étant, pour les litiges en cours, les services fiscaux rétabliront, sous réserve du respect de certaines conditions, les contribuables concernés au régime du report d’imposition prévu à l’article 151 octies précité. Ces contribuables seront invités à régulariser leur situation au regard de leurs obligations déclaratives. Ces mesures d’assouplissement sont de nature à répondre aux préoccupations exprimées par l’auteur de la question.

newsletter de Fiscalonline

Réponse ministérielle Françaix du 21 avril 2003

Question n°11902


Publié le lundi 28 avril 2003

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés : 


 



Les articles les plus lus !
Plus-value immobilière : attention à l’exonération dont bénéficient les titulaires de pensions de vieillesse
Une SCI non tenue de tenir une comptabilité commerciale ne peut procéder à une réévaluation libre de ses actifs
Présomption de transfert de bénéfice prévue à l’article 57 du CGI : il faut de la méthode
Les pays de l’UE ont perdu près de 150 Mds € de recettes de TVA en 2016
De la constitutionnalité du régime fiscal des rentes viagères allouées par le juge en réparation d’un préjudice corporel très grave
Preuve apportée par l’administration de l’existence d’un transfert de bénéfices à l’étranger
Art : le Top 10 des meilleures adjudications enregistrées à Tokyo depuis le début de l’année
L’exclusion des sociétés publiques locales de l’exonération de CFE dont bénéficient les ports est inconstitutionnelle
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018