Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Régime spécial des fusions : situation particulière des associations soumises à l’impôt sur les sociétés

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Des aménagements sont apportés au régime spécial des fusions.

Depuis le 1er janvier 2014, les dispositions de l’article 210 A du CGI, de l’article 210 B du CGI et de l’article 210 C du CGI s’appliquent aux opérations de fusions, scissions et apports partiels d’actifs de plusieurs associations régies par la loi du 1er juillet 1901 ainsi qu’à celles régies par la loi locale maintenue en vigueur dans les départements de la Moselle, du Bas-Rhin et du Haut Rhin, lorsque ces associations sont soumises à l’impôt sur les sociétés au taux de droit commun.

Dès lors que les associations parties à l’opération sont soumises à lIS au taux de droit commun, les opérations susvisées peuvent être assimilées à des opérations de fusion ou scission au sens de l’article 210-0 A du CGI.

1. Transferts d’actifs réalisés par les associations non soumises à l’IS au taux de droit commun

Les plus-values réalisées à l’occasion du transfert des actifs d’une association non soumise à l’IS au taux de droit commun à une autre association de même nature ou à une association soumise en tout ou partie à l’IS au taux de droit commun ne sont pas imposables. Le régime fiscal spécial des fusions prévu à l’article 210 A du CGI ne trouve donc pas à s’appliquer.

2. Transferts d’actifs réalisés par des associations soumises à l’IS au taux de droit commun à des associations non soumises à l’IS au taux de droit commun

Le transfert des actifs d’une association soumise en tout ou partie à l’IS au taux de droit commun à une association non soumise à l’IS au taux de droit commun ne peut être placé sous le régime fiscal spécial des fusions prévu à l’article 210 A du CGI, sauf si cette dernière devient assujettie à l’IS au taux de droit commun du fait de l’opération de transfert d’actifs (il convient alors de se reporter au cas prévu au III-D-3 § 341 et suivants). L’association absorbante ou bénéficiaire de l’apport n’est pas en mesure de satisfaire à l’une des conditions prévues pour l’application du régime spécial des fusions, à savoir qu’elle doit se substituer à l’association absorbée ou apporteuse pour la réintégration dans ses bénéfices imposables des plus-values dégagées lors de l’apport dont l’imposition a été différée (CGI, art. 210 A, 3-b).

En conséquence, ces plus-values doivent être imposées au nom de l’association absorbée ou apporteuse dans les conditions de droit commun.

Remarque : La règle énoncée ci-dessus s’applique également en cas d’apport-scission ou d’apport partiel d’actif fait à une association non soumise à l’impôt sur les sociétés au taux de droit commun. Il est précisé en outre que les bénéfices et les plus-values en sursis d’imposition doivent, le cas échéant, être assujettis à l’impôt sur les sociétés au nom de l’association absorbée ou apporteuse.

3. Transfert d’actifs réalisés par des associations soumises à l’IS au taux de droit commun à d’autres associations soumises à l’IS au taux de droit commun

Lorsque l’association absorbée ou apporteuse est totalement ou partiellement imposable à l’IS au taux de droit commun, le régime spécial des fusions prévu à l’article 210 A du CGI et à l’article 210 B du CGI peut s’appliquer dans les conditions suivantes.

  • La bénéficiaire de l’apport est imposable en totalité à l’IS

Lorsque l’association absorbante ou bénéficiaire du transfert est soumise à l’IS au taux de droit commun pour la totalité de son activité, le régime spécial des fusions et opérations assimilées est applicable dans les conditions de droit commun.

  • La bénéficiaire de l’apport est partiellement imposable à l’IS au taux de droit commun

Le régime applicable dépend de l’affectation du bien chez l’absorbée ou apporteuse.

    • Affectation exclusive des biens à des activités ou opérations non taxables

Les plus-values ne sont pas imposées à l’impôt sur les sociétés si les biens ont été affectés exclusivement chez l’absorbée ou apporteuse à des opérations non taxables. Le régime spécial des fusions prévu à l’article 210 A du CGI et à l’article 210 B du CGI ne trouve pas à s’appliquer.

    • Affectation exclusive des biens à des activités ou opérations taxables

Les plus-values sont imposées en totalité dans les conditions de droit commun si les biens cédés ont été affectés exclusivement chez l’absorbée ou apporteuse à des opérations taxables. Le régime spécial des fusions peut s’appliquer si l’association absorbante ou bénéficiaire de l’apport prend l’engagement visé au III-D-3-b-4° § 355.

    • Affectation des biens à des activités ou opérations mixtes

Lorsque les biens sont utilisés chez l’absorbée ou apporteuse à la fois pour son activité taxable et son activité non taxable, la part des plus-values taxable est déterminée par application du rapport entre les produits ou ressources d’exploitation tirés des activités d’exploitation imposables et le total des produits ou ressources d’exploitation, calculé chez l’association absorbante ou bénéficiaire de l’apport au titre de l’exercice de cession ou déterminé chez l’association apporteuse ou absorbée à la date d’effet de l’opération de transfert d’actifs, s’il est supérieur. Au moment de l’opération de transfert, il convient donc d’effectuer le calcul de ce rapport chez l’association apporteuse ou absorbée et de le mentionner dans le traité d’apport ou de fusion.

Exemple : Une association A régie par la loi du 1er juillet 1901 et soumise partiellement à l’impôt sur les sociétés au taux de droit commun est absorbée en N avec effet rétroactif au 1er janvier N par une autre association B de même nature. B opte pour le régime de faveur.

En N+2, B cède l’un de ses biens affecté à des activités mixtes et apporté par A en N.

La plus-value constatée lors de la cession est de 10 000 € (la plus-value est déterminée sur la base de la valeur nette comptable du bien chez l’association absorbée, ou, lorsque la valeur nette comptable diffère de la valeur fiscale du bien, d’après la valeur que ce bien avait, du point de vue fiscal, dans les écritures de l’association absorbée).

La proportion imposable au niveau de l’association B s’établit comme suit au titre de l’exercice clos en N+2 :

- Ressources d’exploitations tirées des activités imposées à l’impôt sur les sociétés : 315 000 €

- Recettes d’exploitations totales : 700 000 €

(315 000 x 100) / 700 000 = 45 %

La proportion imposable au niveau de l’association A s’établissait comme suit au titre de l’exercice clos en N-1 (l’opération ayant un effet rétroactif au 1er janvier N) :

- Recettes d’exploitations tirées des activités imposées à l’impôt sur les sociétés : 105 000 €

- Recettes d’exploitations totales : 300 000 €

(105 000 x 100) / 300 000 = 35 %

La plus-value constatée est donc taxée dans la proportion déterminée par B dans la mesure où celle-ci n’est pas inférieure à la proportion qui aurait été appliquée par A si le régime de faveur n’avait pas été appliqué, soit une plus-value taxable d’un montant de 4 500 € (10 000 € x 45 %).

Le régime spécial des fusions peut s’appliquer si l’association absorbante ou bénéficiaire de l’apport prend l’engagement visé au III-D-3-b-4° § 355.

    • Conditions à remplir pour bénéficier du régime spécial des fusions

L’association absorbante ou bénéficiaire du transfert est tenue, pour bénéficier du régime spécial des fusions prévu à l’article 210 A du CGI et à l’article 210 B du CGI, de prendre les mêmes engagements que si elle était soumise à l’impôt sur les sociétés sur l’intégralité de ses résultats. Bien entendu, elle ne sera en mesure de respecter ces engagements que si les éléments auxquels se rapportent les plus-values et les provisions en sursis d’imposition demeurent affectés à une exploitation dont les résultats sont soumis à l’impôt sur les sociétés au taux de droit commun.

Remarque : Lorsque l’association absorbante ou bénéficiaire de l’apport n’est pas en mesure, lors l’opération de fusion, scission ou d’apport partiel d’actif, de satisfaire à l’une des conditions prévues pour l’application du régime spécial des fusions, les plus-values dégagées lors de l’apport doivent être imposées au nom de l’association absorbée ou apporteuse dans les conditions de droit commun.

Les plus-values de fusion et les provisions de l’association absorbée ou apporteuse afférentes à ceux des éléments apportés qui cesseraient ultérieurement d’être affectés par l’association absorbante ou bénéficiaire des apports à une telle exploitation doivent donc être imposées au titre de l’exercice au cours duquel interviendrait le changement d’affectation.


Ces précisions figurent à la une d’une nouvelle mise à jour de la base BOFIP-Impôt

newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 16 juin 2014

Publié le lundi 16 juin 2014

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  BCRSS15 | Fiscalité des entreprises | Fusion


 



Les articles les plus lus !
Les députés adoptent l’abus de droit fiscal à deux étages
Les députés prorogent le dispositif "Censi-Bouvard" jusqu’en 2021
L’Assemblée Nationale fixe le régime fiscal des plus-values réalisées sur les actifs numériques
Réduction d’impôt « Pinel » : la Commission des Finances rétablit l’interdiction de mise en location à un ascendant ou à un descendant
La réduction d’impôt pour mise à disposition d’une flotte de vélos est étendue aux locations
Cession de crypto-actifs : le Gouvernement ne suit pas le Conseil d’Etat et propose une imposition au PFU à 30%
Déductibilité des charges afférentes à un logement resté vacant : il faut justifier de la volonté réelle de le louer
La Commission des Finances institue un abus de droit fiscal « à deux étages »
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018