Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Régime fiscal des partages de sociétés non passibles de l’impôt sur les sociétés

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Régime fiscal des partages de sociétés non passibles de l’impôt sur les sociétés

Article du 12 août 2015 mis à jour le 2 décembre 2015 suite à la mise à jour de la base BOFIP

Le régime fiscal des partages de sociétés non passibles de l’impôt sur les sociétés résulte de la combinaison :

  • des règles de droit commun applicables aux partages ordinaires ;
  • et de celles découlant de la théorie de la mutation conditionnelle des apports.

Les règles applicables à ces partages ressortissent en effet au régime fiscal des partages ordinaires ou à celui des mutations à titre onéreux selon que, en droit fiscal, les biens partagés sont la propriété ou non de la société.

Il est rappelé que sont considérés comme étant la propriété de la société :

  • les apports consistant en choses fongibles ;
  • les biens ayant fait l’objet d’un apport à titre onéreux ;
  • et les biens acquis ou créés par la société au cours de son existence, y compris les plus-values résultant, pour les apports des associés, des constructions, améliorations et dépenses faites sur ces biens par la société ou encore de l’exploitation sociale (la plus-value naturelle, en revanche, ne constitue pas un acquêt social).

En revanche, en vertu de la théorie de la mutation conditionnelle des apports, le droit fiscal ne considère pas comme des acquêts sociaux, les biens consistant en corps certains ayant fait l’objet d’un apport à titre pur et simple. Ces apports sont en effet réputés constituer des mutations soumises à la condition suspensive de l’attribution ultérieure des biens à un autre que l’apporteur.

L’application de ces principes conduit à faire une distinction entre le partage des acquêts sociaux et le partage des corps certains ayant fait l’objet d’un apport à titre pur et simple .

Tableau synoptique présentant le régime des partages des sociétés non passibles de l’impôt sur les sociétés

Détail de l’imposition Nature de l’impôt Tarif de l’impôt Valeur imposableObservations
1. Biens constitués d’un corps certain ayant faits l’objet d’un apport pur et simple
1.1. Repris par l’apporteur
1.1.1. Lorsque l’opération n’est pas sujette à publicité foncière Pas d’impôt
1.1.2. Lorsque l’opération est sujette à publicité foncière Droits de mutation à titre onéreux 0,715 % Application combinée des articles 678 du CGI et 1647, V-b du CG Totalité du bien attribué
1.2. Attribué à un autre que l’apporteur Droits de mutation à titre onéreux (1) Déterminé d’après la nature du bien Totalité du bien attribué
2. Soultes ou plus-values
2.1. Elle est répartie entre les différents biens compris dans le lot qu’elle grève proportionnellement à leur valeur respective. Elle est réputée constituer à due concurrence, le prix de ces différents biens Droits de mutation à titre onéreux Déterminé d’après la nature de chacun des biens compris dans le lot et sur lesquels la soulte ou la plus-value s’impute Fraction de la soulte ou de la plus-value imputée sur chacun des biens du lot
2.2. Cas particulier : soulte imputable en totalité ou en partie sur un corps certain apporté à titre pur et simple Pas d’impôt Ces biens ont déjà été taxés ou ne sont pas imposables (cf. 1)
3. Acquêts sociaux

Il s’agit des biens qui, en droit fiscal, sont devenus la propriété de la société. Ils comprennent notamment les plus-values incorporées aux corps certains ayant fait l’objet d’un apport pur et simple résultant d’impenses payées par la société ou de l’exploitation sociale

Droit de partage 2,50% (CGI, art. 746) Totalité des acquêts déduction faite de la soulte imputée sur les biens autres que les corps certains apportés à la société à titre pur et simple, c’est à dire totalité de l’actif net déduction faite de la valeur des biens figurant ci-dessus (1 et 2)(2) En cas de partage pur et simple, le droit de partage est perçu sur la totalité des acquêts sociaux, autrement dit sur l’actif net partagé après déduction de la valeur des biens figurant au 1.

  • (1) Sauf application du régime de la TVA aux biens qui entrent dans le champ d’application de l’article 257 du CGI.
  • (2) En ne prenant soin de ne déduire qu’une fois les biens du 1 figurant également en totalité ou en partie au 2.


Tableau synoptique issu d’une mise à jour de la base BOFIP-Impôt sous la référence BOI-ANNX-000263-20151202

newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 12 août 2015

Publié le jeudi 3 décembre 2015

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  BCRSS15 | Fiscalité des entreprises | SUCCDON


 



Les articles les plus lus !
Un nouveau dispositif fiscal incitatif viendra se substituer aux régimes « Besson ancien » et « Borloo ancien »
Le Gouvernement propose de légaliser en droit fiscal le caractère commercial de l’activité de location meublée
Modalités de déclaration des transferts de sommes d’un montant supérieur à 50.000 €
Immixtion d’une holding dans la gestion de ses filiales et modalités de déduction de la TVA : Bercy met à jour sa doctrine
Les députés instituent une nouvelle dépense de recherche externalisée ouvrant droit au CIR
Divorce par consentement mutuel sans juge : le gouvernement tire les conséquences fiscales
Les députés aménagent les dispositifs ISF-PME et Madelin pour faciliter la sortie fiscale des investisseurs historiques
Les plateformes en ligne du type Airbnb devront déclarer au Fisc les revenus perçus par leurs utilisateurs
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016