Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Partenaires Placements Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Nos publications interactives
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Déclaration de revenus 2010
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
L’EIRL
Le dispositif Scellier
Deuxième plan de rigueur
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Rénovation de la politique familiale
Réforme des retraites
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
Les levées de fonds Particeep
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Loi visant à reconquérir l’économie réelle
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
 
 



Régime fiscal des impatriés : conséquences liées au changement d’employeur ou d’entreprise.

partager cet article

L’article 155 B du CGI exonère, sous certaines conditions et pendant une durée limitée, certains éléments de rémunération et certains « revenus passifs » et plus-values de cession de valeurs mobilières réalisés par des personnes impatriées qui n’étaient pas antérieurement résidentes de France.

Cette exonération s’applique jusqu’au 31 décembre de la cinquième année suivant celle de la prise de fonctions en France au titre de chacune des années au cours desquelles l’impatrié a son domicile fiscal en France au sens des a et b du 1 de l’article 4 B du CGI.

Les personnes éligibles au régime de faveur :

Les personnes éligibles au régime de faveur
Outre les salariés, il s’agit de l’ensemble des dirigeants qui leur sont fiscalement assimilés (Art 80 ter-1°, 2°, 3° du CGI) :


Dans les SA ou les SAS : le président du conseil d’administration, le directeur général, le directeur général délégué, de l’administrateur provisoirement délégué, des membres du directoire ainsi que de tout administrateur ou membre du conseil de surveillance chargé de fonctions spéciales ;


Dans les SARL : les gérants minoritaires ou égalitaires ;


Dans les autres entreprises ou établissements passibles de l’IS, les dirigeants soumis au régime fiscal des salariés

L’administration vient de préciser, pour l’application de ce régime, qu’un changement d’employeur ou d’entreprise équivalait à une nouvelle prise de fonctions, au titre d’un nouveau contrat de travail.

« Il en va notamment ainsi lorsque le salarié vient à travailler auprès d’une entreprise autre que celle pour laquelle il s’est installé en France, y compris dans le cadre d’une mobilité intra-groupe, ou bien lorsque l’entreprise étrangère met fin à son détachement et que le salarié signe un contrat de travail avec la société française dans laquelle il exerce ses fonctions.

Au titre de ce nouvel emploi (ou de ce nouveau mandat), le salarié (ou le dirigeant) ne peut bénéficier du régime spécial d’imposition prévu à l’article 155 B du CGI, dès lors qu’il était fiscalement domicilié en France au cours de l’année civile précédente.

La circonstance que ce changement intervienne dans les cinq ans qui suivent l’installation du salarié (ou du dirigeant) en France est sans incidence sur la règle énoncée ci-dessus ».


Pour aller plus loin

- Impatriés provisoires et ISF : non prolongement de l’avantage fiscal au-delà de 5 ans

- Le nouveau régime spécial d’imposition en faveur des impatriés

newsletter de Fiscalonline

Rescrit fiscal du 19 octobre 2010

Publié le mercredi 20 octobre 2010

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Dirigeant | Domicile fiscal | Impatrié


 



Les articles les plus lus !
« Ce n’est pas à l’administration fiscale de régler la question des Holdings animatrices »
Les députés votent une hausse des taxes sur le diesel de 2 centimes d’euros par litre
L’Assemblée Nationale vote l’augmentation de la fiscalité des transporteurs routiers
Loi Duflot-Pinel : adoptée par les députés, la location aux descendants pourrait être limitée à 3 ans
Le régime des plus-values de cession de valeurs mobilières en 2013 et en 2014
TVA à 5,5% sur la billetterie sportive au 1er janvier 2015
Suppression des petites taxes : les députés conservent la TGAP, la CRL et la taxe sur les poinçonnages !
Plus-values : l’abattement de 30% étendu sous conditions aux immeubles bâtis
[+ ...]


  A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2014