Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Régime fiscal applicable aux revenus immobiliers

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Régime fiscal applicable aux revenus immobiliers




Location nue : modalités d’imposition des revenus fonciers

Sont imposables au titre des revenus fonciers l’ensemble des revenus issus de la location nue de biens immobiliers (loyers). Il est indifférent que les revenus soient perçus en direct ou par l’intermédiaire de sociétés civiles immobilières (SCI) n’ayant pas opté pour l’impôt sur les sociétés.

L’impôt est calculé sur la base des revenus fonciers nets correspondant à la différence entre les recettes et les charges déductibles. À cet égard, sont déductibles les dépenses d’entretien, de réparation et d’amélioration. À l’inverse, les dépenses de construction ou de reconstruction ne sont pas déductibles, et ce alors même qu’aucun amortissement ne peut être pratiqué.

-Le revenu net foncier est assujetti au barème progressif de l’IR, ainsi qu’aux prélèvements sociaux (au taux global de 15,5%), et ouvre droit, l’année suivante, à une déduction partielle de la CSG (à hauteur de 5,1%).

En cas de déficit, celui-ci peut être déduit du revenu global dans la limite de 10 700 € et pour sa fraction non liée aux intérêts d’emprunt. La fraction du déficit excédant ce seuil, de même que celle correspondant aux intérêts d’emprunts, peut être déduite des revenus fonciers des dix années suivantes (1).

En cas de recettes brutes annuelles inférieures à 15 000 €, il est possible d’opter pour le régime du « micro-foncier », et ainsi d’évaluer forfaitairement l’ensemble des charges à 30% du montant des recettes brutes.

Location meublée : modalités d’imposition des revenus perçus

La location meublée se distingue de la location nue par le fait que le logement doit être suffisamment pourvu en meubles et objets mobiliers pour que le locataire puisse y vivre avec ses seuls effets personnels. Le loueur en meublé peut être professionnel ou non professionnel. Pour bénéficier du statut de professionnel, il doit remplir les conditions cumulatives suivantes :

  • être inscrit en cette qualité au Registre du Commerce et des Sociétés (2),
  • retirer de cette activité plus de 23 000 € de recettes annuelles brutes,
  • et réaliser des recettes excédant les autres revenus d’activité du foyer fiscal (pensions de retraite comprises).

Que l’activité de location meublée soit réalisée à titre professionnel ou non professionnel, le loueur peut déduire des recettes (loyers acquis) l’ensemble des charges liées à l’activité. Il peut notamment déduire les frais d’acquisition de l’immeuble (droits d’enregistrement et frais de notaire), les intérêts des emprunts contractés pour l’acquisition ainsi que l’amortissement de l’immeuble.

Si la déduction de l’ensemble des charges génère un résultat positif, celui-ci sera soumis à l’impôt sur le revenu (barème progressif) dans la catégorie des BIC, ainsi qu’aux prélèvements sociaux (CGS, CRDS, ...) au taux de 8% si la location meublée est exercée à titre professionnel, ou au taux de 15,5% si elle est exercée à titre non professionnel.

Si la déduction de l’ensemble des charges génère un déficit celui-ci pourra être imputé :

  • Sur le revenu global, sans aucune limitation, si l’activité de location meublée est exercée à titre professionnel ;
  • Sur les bénéfices de même nature des dix années suivantes, si cette activité est exercée à titre non professionnel.

Il est à noter que l’amortissement ne peut pas créer ou augmenter un déficit. En conséquence, les amortissements non déduits peuvent être comptabilisés et reportés afin d’être imputés sur les bénéfices des exercices ultérieurs.

En cas de location meublée non professionnelle, si les recettes annuelles sont inférieures à 32 900 €, le loueur a la faculté d’évaluer forfaitairement les charges à 50% du chiffre d’affaires (régime du micro BIC).

En complément, notons que les loueurs non professionnels qui investissent directement, et non par l’intermédiaire d’une société, dans l’acquisition de certains types de logements (3) neufs, en l’état futur d’achèvement ou achevés depuis au moins 15 ans et ayant fait ou faisant l’objet d’une réhabilitation ou d’une rénovation, peuvent bénéficier, sous certaines conditions, d’une réduction d’impôt sur le revenu. Le cas échéant, celle-ci est égale à 11% du prix de revient du logement, retenu dans la limite globale de 300 000 €, et est répartie sur les neuf années minimum de location.

(1) En cas d’imputation d’un déficit sur le revenu global, celle-ci n’est définitivement acquise qu’à la condition que le bien soit maintenu en location jusqu’au 31 décembre de la 3ème année suivant celle de l’imputation.

(2) L’activité de location meublée est considérée au plan fiscal comme une activité commerciale, et au plan du droit, comme une activité civile. Les greffiers des tribunaux de commerce refusent donc parfois l’inscription du loueur au RCS. Dans cette situation, le loueur pourra néanmoins bénéficier du statut de loueur en meublé professionnel en produisant la copie de la décision de refus d’inscription du greffe.

(3) Les logements concernés sont ceux qui font partie des établissements d’accueil des personnes âgées ou handicapées, des structures

newsletter de Fiscalonline

L’éclairage de Lazard Frères Gestion

Publié le mercredi 11 février 2015

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  BCRSS15 | Fiscalité des particuliers | Impôt sur le revenu | Loueur en meublé | Revenus fonciers


 



Les articles les plus lus !
Le gouvernement précise "a minima" les conditions permettant de déterminer le caractère animateur d’une holding
Bruxelles propose l’application du taux réduit de TVA sur le livre numérique et la presse en ligne
Prélèvements sociaux sur les locations de biens meubles et immeubles : l’assemblée nationale restaure en commission le texte adopté en première lecture
Vers une obligation des plateformes en ligne à déclarer au fisc des revenus de leurs utilisateurs ?
PLFR2016 : Taxe « YouTube » : nouvelle offensive des députés en commission
La Cour des Comptes révèle que les aides de l’État à l’accession à la propriété sont de moins en moins efficaces
L’Assemblée Nationale a adopté en première lecture le projet de loi de finances pour 2017
« De Ruyter » : pas de remboursement des sommes indument versées au titre de la CSG-CRDS aux résidents hors EEE
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016