Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Plan d’action Entreprises
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Réforme du Droit du travail : à quoi s’attendre pour cette rentrée ?

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Réforme du Droit du travail : à quoi s’attendre pour cette rentrée ?

Après son adoption par les parlementaires le 2 août dernier, la publication de la loi habilitant le Gouvernement à légiférer par ordonnances pour réformer le Code du travail devrait intervenir d’ici le 10 septembre 2017.

Céline Dumont Bauer, présidente du groupe de travail Ressources humaines du réseau Absoluce fait le point sur les principaux axes de ce projet.

Cette réforme est l’un des enjeux majeurs de cette rentrée.

Négociation au sein des entreprises

Dans le prolongement de la loi Travail du 8 août 2016, le projet de loi vise à laisser une place plus large aux accords collectifs et notamment aux accords d’entreprise. Dans cette optique, et afin d’encourager la signature d’accords dans les entreprises dépourvues de délégués syndicaux, les modalités de conclusion seraient simplifiées et le recours à la consultation du personnel, pour les ratifier, facilité. L’accord d’entreprise pourrait déroger aux dispositions de la branche sauf pour certains domaines réservés.

Fusion des Instances Représentatives du Personnel (IRP)

Le texte ouvre la voie à la fusion des IRP au sein d’un « Comité Economique et Social » (CES) qui devrait regrouper : Délégation du Personnel, Comité d’entreprise et CHSCT. L’ordonnance à paraître devrait définir les conditions de mise en place, la composition et les attributions de cette instance. Elle devrait également prévoir les conditions dans lesquelles elle pourrait exercer ses compétences et être mieux associée aux décisions de l’employeur.

Encadrement et sécurisation des contentieux

Afin d’encourager le règlement amiable des conflits et pour « renforcer la prévisibilité » des employeurs en matière de contentieux liés à la rupture du contrat de travail, le gouvernement envisage l’instauration d’un barème destiné à encadrer, d’un plafond et d’un plancher, les dommages et intérêts accordés en cas de licenciement sans cause réelle et sérieuse. De plus, la présence physique des deux parties au litige deviendrait obligatoire lors de l’audience de conciliation prud’homale.

Recours au CDD assoupli et création d’un CDI de projet

Il est envisagé de pouvoir négocier, dans le cadre d’un accord collectif, sur les cas de recours, la durée et la succession de contrats avec le même salarié. De plus, les formes particulières de travail, comme le travail à distance ou encore le télétravail, seraient encouragées.

Enfin, le CDI de projet, connu dans le bâtiment sous le nom de « CDI de chantier », serait étendu à d’autres secteurs.

Rupture du contrat de travail

Un large pan des futures dispositions devrait concerner la rupture du contrat de travail, notamment en matière de licenciement économique ou d’inaptitude.

Modification du compte Pénibilité

Le gouvernement prévoit de « simplifier les obligations de déclaration d’expositions ». Ainsi, l’exposition à certains facteurs de risques - travail de nuit, travail répétitif, travail en équipes successives alternantes, travail en milieu hyperbare, travail dans le bruit et températures extrêmes - continuerait de permettre aux salariés de cumuler des points. En revanche, les quatre facteurs restants (manutention de charges lourdes, vibrations mécaniques, postures pénibles et exposition à des agents chimiques dangereux) permettraient au salarié de bénéficier d’un départ anticipé à la retraite, mais à la condition qu’une maladie professionnelle ait été reconnue et si le taux d’incapacité permanente excède 10 %.

Report du prélèvement à la source

L’article 10 de la loi entérine le décalage, au 1er janvier 2019, de la mise en œuvre du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu.

Une fois publiées, les ordonnances devraient être présentées au Conseil des ministres du mercredi 20 septembre 2017. Ces dernières seront ensuite publiées au Journal Officiel et applicables au fur et à mesure de la parution des décrets d’application. Selon l’étude d’impact du projet de loi, la majeure partie de ces réformes devraient être applicables à compter du 1er janvier 2018.

newsletter de Fiscalonline

Communiqué du 30 août 2017

Publié le jeudi 31 août 2017

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Anoter


 



Les articles les plus lus !
Quand l’Europe tente de mettre en place de nouvelles règles de taxation du numérique
La Cour des Comptes recommande une profonde refonte des dispositifs fiscaux en faveur du logement social
Fiscalité du numérique : une nouvelle initiative de l’UE contre-productive ?
Des voix s’élèvent contre la soumission des PEL à la « flat tax » de 30%
La cellule de régularisation fiscale ferme ses portes le 31 décembre 2017
Taxe foncière 2017 : menez une lecture attentive de vos avis et vérifiez les bases nouvellement calculées
Le projet de loi de finances pour 2018 sera présenté le 27 septembre 2018
Logiciel obligatoire au 1er janvier 2018 : Le vrai et le faux !
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016