Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Réduire le montant de la plus-value grâce aux travaux, c’est possible...sous conditions

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Réduire le montant de la plus-value grâce aux travaux, c’est possible...sous conditions

Postérieurement à l’achèvement de l’immeuble, l’article 150 VB-II-4° du CGI dispose que peuvent venir en majoration du prix d’acquisition et ainsi réduire le montant de la plus-value, les dépenses :

  • de construction,
  • de reconstruction,
  • d’agrandissement,
  • ou d’amélioration,

supportées par le vendeur.

Pour mémoire, les dépenses d’amélioration ont pour objet d’apporter à un immeuble un équipement ou un élément de confort nouveau ou mieux adapté aux conditions modernes de vie, sans modifier cependant la structure de cet immeuble (Installation d’un ascenseur, du chauffage central ou d’une climatisation dans un immeuble qui en était dépourvu, de la réalisation de travaux d’isolation, du traitement de l’immeuble contre les insectes xylophages)

En revanche, les dépenses d’entretien et de réparation, y compris les grosses réparations, ne figurent pas parmi les dépenses pouvant être prises en compte pour le calcul de la plus-value. Elles s’entendent de celles qui correspondent à des travaux ayant pour objet de maintenir ou de remettre un immeuble en bon état et d’en permettre un usage normal sans en modifier la consistance, l’agencement ou l’équipement initial.


Seules les dépenses de construction, de reconstruction, d’agrandissement, ou d’amélioration ayant fait l’objet d’un paiement effectif de la part du vendeur peuvent être retenues.

Par ailleurs, l’article 150 VB-II du CGI prévoit expressément que les dépenses venant en majoration du prix d’acquisition doivent être justifiées

L’administration précise à cet égard dans sa doctrine BOFIP que « les pièces justifiant des travaux ne sont toutefois fournies par le contribuable que sur demande de l’administration (CGI, ann. II, art. 74 SI).

Dès lors que les travaux doivent avoir été réalisés par une entreprise, la justification de la dépense résulte nécessairement de la présentation des factures des entreprises qui doivent notamment comporter les mentions obligatoires prévues à l’article 289 du CGI.

Ces dépenses ne peuvent être évaluées à dire d’expert ou en fonction du prix des matériaux. »




L’administration fiscale comme le juge de l’impôt sont intraitables s’agissant de la nature des travaux réalisés et la justification de leur paiement par le vendeur.

Un contribuable l’a encore appris à ses dépens dans le cadre d’une décision rendue par la CAA de LYON du 7 juillet dernier.

Dans cette affaire, un contribuable, suite à un contrôle sur pièces, avait fait l’objet d’une proposition de rectification portant sur une déclaration de plus-value au titre de laquelle il avait déduit du prix d’acquisition le montant de travaux qu’il avait engagé. L’administration ayant maintenu sa proposition, il a saisi la juridiction administrative qui l’a débouté en première instance. La Cour Administrative d’Appel de Lyon vient de confirmer la décision des juges du fonds.

Rappelons qu’il appartient au juge de l’impôt, d’apprécier si les dépenses effectuées sur un bien immobilier constituent des dépenses de construction, de reconstruction, d’agrandissement ou d’amélioration.

La requérante, en l’espèce, faisait valoir que l’ensemble des dépenses qu’elle a comptabilisées se rapportaient à une opération d’ensemble de rénovation de son bien et que ces dépenses devaient, de ce fait, être qualifiées de dépenses d’amélioration de son bien.

Toutefois elle ne produisait à ce titre que deux courriers, « émanant d’artisans ayant réalisé une partie des travaux et de son architecte conseil, datés respectivement du 5 novembre 2012 et du 24 septembre 2013, qui, en des termes généraux, soulignent l’état de vétusté dans lequel se trouvait le bien lors de son achat et le fait que les travaux entrepris, qui se sont déroulés entre 1998 et 2002 pour la plupart, certains d’entre eux ayant été réalisés en 2007, ont permis de le rénover pour le rendre habitable » ;

En revanche, aucun descriptif de la maison avant et après travaux, ni aucun plan d’ensemble ne permettait d’apprécier, précisément, dans leur globalité, la nature et l’ampleur des travaux entrepris.

Dans ces conditions, la Cour a considéré que « la seule circonstance que l’état de la maison nécessitait qu’elle soit rénovée ne saurait suffire à qualifier l’ensemble des travaux entrepris de dépenses d’amélioration du bien ».

La Cour a également estimé que l’administration avait à bon droit écarté l’ensemble des dépenses pour lesquelles le contribuable n’avait produit « qu’un devis, qu’un courrier ou qu’un état de situation de travaux ne permettant pas, à eux seuls, d’établir qu’ils se rapportaient à des dépenses effectivement supportées » par le requérant.

La Cour a enfn jugé dans cette espèce que les travaux visés sur lesdites factures, portant respectivement sur la pose de carrelage et de parquets, sur de la plomberie et sur la pose de volets devaient être regardés comme ayant été engagés en vue du maintien du bien en état et afin d’en permettre l’usage normal. Dans la mesure où requérante ne démontrait pas que ces travaux excédaient l’entretien normal d’un bâtiment ancien, les dépenses s’y rapportant ne pouvaient être qualifiés de dépenses d’amélioration.

En revanche, pouvaient, selon la Cour, être prises en compte les travaux relatifs à

  • à l’aménagement de la piscine, justifié par les factures,
  • à la reprise des abords extérieurs de la propriété, établis par facture
  • à la pose de fenêtres en double vitrage alors qu’il n’existait qu’un simple vitrage jusqu’alors,
  • aux installations sanitaires, justifiés par facture et dont il était, au cas particulier, suffisamment établi par les pièces versées au dossier qu’elles ont été acquittées.


    Nous ne le répèterons jamais assez : il convient d’être particulièrement vigilant d’une part quant à la nature des travaux qui peuvent être pris en compte en majoration du prix d’acquisition et d’autre part quant à la réalité de leur prise en charge par les vendeurs.

Cela étant, lorsqu’un contribuable, qui cède un bien plus de cinq ans après son acquisition, n’est pas en mesure de justifier des dépenses de travaux réalisés ou lorsque ces travaux ne peuvent être retenus pour leur montant réel faute d’avoir été réalisés par une entreprise, lesdits travaux peuvent être, sur option, pris en compte forfaitairement sous la forme d’une majoration du prix d’acquisition égale à 15 % de ce dernier.


CAA de LYON N° 14LY00106 du mardi 7 juillet 2015

newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 28 juillet 2015

Publié le jeudi 30 juillet 2015

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Fiscalité des particuliers | PVIM | Travaux


 



Les articles les plus lus !
La règle du rappel fiscal des donations antérieures est conforme à la Constitution
Immixtion d’une holding dans la gestion de ses filiales et modalités de déduction de la TVA : Bercy met à jour sa doctrine
Etat comparatif des impôts prélevés sur la commune de Paris et le 16ème arrondissement
PLFSS 2017 : les spécificités des gîtes ruraux relatives aux cotisations sociales mieux prises en compte
Les députés instituent une nouvelle dépense de recherche externalisée ouvrant droit au CIR
Remboursement du précompte mobilier et affaire ACCOR : Bruxelles saisit la CJUE contre la France
Le Gouvernement propose de légaliser en droit fiscal le caractère commercial de l’activité de location meublée
Un nouveau dispositif fiscal incitatif viendra se substituer aux régimes « Besson ancien » et « Borloo ancien »
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016