Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Partenaires Placements Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Nos publications interactives
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Déclaration de revenus 2010
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
L’EIRL
Le dispositif Scellier
Deuxième plan de rigueur
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Rénovation de la politique familiale
Réforme des retraites
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
Les levées de fonds Particeep
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Loi visant à reconquérir l’économie réelle
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
 
 



Rapport d’information sur les Paradis fiscaux

partager cet article

Le présent rapport dresse une cartographie des paradis fiscaux. Il a vocation à traiter prioritairement des enjeux fiscaux attachés à ces territoires.

Il examine donc les actions qui ont été conduites au niveau international depuis une quinzaine d’années pour assainir ces territoires, contenir l’évasion et la fraude fiscales et réguler les transactions.

Il fait le point sur les résultats obtenus en mettant en exergue les changements intervenus ces derniers mois.

Enfin, il s’attache à présenter l’environnement législatif et réglementaire français, ses forces et ses faiblesses, pour proposer des pistes d’amélioration.


En annexe 1 figure une liste des propositions pour lutter efficacement contre les paradis fiscaux de présentée par la mission d’information.

Afin de détecter et de réprimer la fraude et l’évasion fiscales, la mission propose de doter l’administration de différents moyens :

  • 1. Relancer les négociations européennes sur l’assistance administrative
    • Défendre la fin du régime transitoire de retenue à la source dans le cadre de la renégociation de la directive épargne et généraliser l’échange automatique d’informations pour l’ensemble des revenus de l’épargne perçus directement ou indirectement par les particuliers.
    • Instaurer un droit de suite en matière de contrôle fiscal au niveau de l’Union européenne et renforcer les instruments européens de lutte contre la fraude fiscale.
  • 2. Créer de nouvelles obligations déclaratives
    • Instaurer une obligation pour les établissements financiers de déclarer tout mouvement financier, tout compte ouvert, tout produit ou montage en lien avec un territoire non coopératif.
    • Créer, pour les professions juridiques et financières, une obligation de déclarer les montages réalisés pour leurs clients en lien avec les paradis fiscaux.
    • Mettre en place un système d’agrément fiscal soumettant les établissements payeurs à l’obligation de :
      • s’assurer de l’identité du bénéficiaire effectif des revenus, pour l’application des taux de retenue à la source ;
      • transmettre les informations à l’administration fiscale de résidence du bénéficiaire.
    • Instaurer une obligation de déclaration systématique des prix de transfert pratiqués par les entreprises.
    • Porter la durée du délai de consignation des sommes transférées non déclarées de 3 à 6 mois renouvelables une fois sur autorisation du parquet.
    • Programmer des campagnes de communication et d’information sur les risques liés aux transactions avec les paradis fiscaux.
  • 3. Limiter certains avantages fiscaux
    • En présence de flux en provenance ou à destination de territoires non coopératifs, exclure l’application des règles fiscales favorables ou majorer les taux d’imposition.
    • Dénoncer les conventions fiscales d’élimination des doubles impositions conclues avec les États qui ne coopèrent pas ou coopèrent insuffisamment en matière d’assistance administrative sur les questions fiscales.
    • Restreindre le champ de la déductibilité, pour une entreprise, des intérêts servis aux associés et aux entreprises liées qui opèrent dans un territoire non coopératif.
  • 4. Étendre la présomption d’évasion fiscale
    • Instaurer une présomption de transferts de revenus dès lors qu’une contrepartie est établie dans un territoire non coopératif, à charge pour l’entreprise de démontrer, comptes à l’appui, que l’implantation est effective et que les prix pratiqués sont des prix de pleine concurrence.
    • Instaurer une présomption d’assujettissement à l’ISF des biens ou droits mis en trust ou dans une structure équivalente.
  • 5. Renforcer les dispositifs anti-abus
    • Renforcer le dispositif de taxation des bénéfices réalisés dans un pays à fiscalité privilégiée, par un renversement de la charge de la preuve ou une obligation de communication des comptes.
  • 6. Accroître les moyens de contrôle
    • Créer un service fiscal d’enquêtes composé d’agents disposant de la qualité d’officier de police judiciaire sous l’autorité du parquet.
    • Renforcer les moyens humains de TRACFIN.
    • Fixer les seuils d’interdiction de paiement en espèces à 3 000 euros pour les particuliers et à 1 100 euros pour les commerçants.
    • Promouvoir, à l’échelle européenne, la suppression du billet de 500 euros.
    • Mettre en place, au niveau international, un fichier recensant les comptes bancaires sur le modèle du fichier FICOBA.
    • Mettre en place, au niveau international, un registre ou fichier d’informations permettant de connaître l’identité réelle des bénéficiaires, propriétaires et dépositaires.
    • Elargir le droit de communication de l’administration fiscale pour lui permettre de se faire communiquer des informations sur une base non nominative.

newsletter de Fiscalonline

Rapport de la Commission des Finances de l’Assemblée nationale enregistré le 10 septembre 2009

Rapport : Paradis fiscaux


Publié le dimanche 20 septembre 2009

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés : 


 



Les articles les plus lus !
Le Sénat adopte en nouvelle lecture le projet de budget de la sécurité sociale 2015
Un député propose de doubler la taxe de 3% sur les dividendes
Bruxelles épingle la France sur son régime fiscal des revenus professionnels de source étrangère
Tarif des droits de succession : l’adopté simple et la notion de « secours et de soins ininterrompus »
Investir aux Etats-Unis procure une rentabilité globale nette deux fois plus intéressante qu’en France !
Les mesures du projet de budget de la sécurité sociale adoptées par les députés en seconde lecture
La nouvelle convention fiscale Franco-Chinoise est entrée en vigueur
Le régime des plus-values de cession de valeurs mobilières en 2013 et en 2014
[+ ...]


  A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2014