Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « Logement »
Plan d’action Entreprises
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Prélèvement à la source : une montée en régime échelonnée reste incontournable

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Prélèvement de l’IR en temps réel (2017-2022)

Chronique de Marc Wolf

L’échec annoncé du projet gouvernemental voté par le Parlement (art. 60 de la LFI pour 2017) invite à concevoir un nouveau modèle pour répondre à l’attente d’une gestion en temps réel du paiement de l’impôt sur le revenu (IR).

Marc Wolf

Ce modèle dont la mise en œuvre pourrait s’échelonner sur le quinquennat devrait reposer sur l’articulation d’un schéma de base par « contemporainisation des acomptes » et d’un module complémentaire (optionnel) de retenue à la source (RAS) par les tiers payeurs (TP).

I. La contemporainisation des acomptes

Elle reposera sur la transmission mensuelle à la DGFiP par les TP des données relatives aux revenus qu’ils ont versés le mois précédent (via la DSN pour les employeurs du secteur privé, la nouvelle déclaration « 3 en 1 » pour les employeurs publics et les organismes payeurs de retraites ou d’autres indemnités imposables, ainsi que la déclaration électronique des RCM à personnaliser) :

  • au 5 du mois, la DGFiP aura connaissance, pour chaque bénéficiaire, de ses revenus associés à son NIR (dit n° de sécurité sociale). Ces informations seront transposées sur le n° fiscal des intéressés et rattachées au foyer fiscal dont ils relèvent sur la base de leurs dernières déclarations actualisées (mariage, divorce, décès). Les enfants à charge seront pris en compte par transmission actualisée périodiquement depuis les CAF ;
  • au 15 du mois, la DGFiP sera donc en mesure de déterminer pour chaque foyer une projection (convertie en année pleine) de son revenu imposable au titre de la période écoulée depuis le début de l’année en agrégeant les revenus ainsi connus et une estimation (s’il a lieu) des BIC/BNC/BA/RF établie à partir de la plus récente déclaration (1). Sur cette base, à cette même échéance sera notifié chaque mois un acompte mensuel (ou un crédit) liquidé par application (prorata temporis) du barème de l’IR (hors RI/CI), et sous déduction (algébrique) des acomptes notifiés depuis le début de l’année (2). Par exception, l’acompte de janvier sera (en règle générale) liquidé sur la base des revenus communiqués l’année précédente ;
  • au 30 du mois, les acomptes ainsi notifiés seront prélevés d’office (ou remboursés en cas de crédit) sur le compte bancaire du foyer. Sur demande automatisée en ligne (et sous leur responsabilité), les contribuables auront la faculté d’obtenir l’imputation par provision mensuelle des RI/CI acquis au titre de l’IR de l’année n dû au titre des revenus de n-1.

Ajustés au fil de la perception des revenus de l’année courante, les acomptes ainsi prélevés représenteront dans l’immense majorité des situations un très haut niveau d’anticipation de l’imposition finale qui restera, évidemment, à régulariser l’année suivante après validation de la déclaration annuelle.

À terme, ce dispositif de prélèvement en temps quasi-réel (décalé d’un seul mois) pourrait être intégré avec le versement des allocations en espèce (versées par les CAF et la MSA), d’où un triple avantage d’actualisation immédiate des situations, de réduction forte des coûts de gestion et d’élimination des risques de fraudes ou d’abus.

II. L’option pour la retenue par les tiers payeurs ferait gagner 10.000 emplois à la DGFiP

À l’identique de la RAS déjà appliquée sur les RCM (imputable sur les acomptes notifiés le mois suivant comme indiqué plus haut), il serait aisé d’articuler avec la contemporainisation des acomptes un dispositif de retenue sur les revenus versés par tout TP. Il serait parfaitement transparent, tant en termes de coût que de confidentialité.

A. Une mise en œuvre en deux temps pour garantir la réussite informatique :

  • dans une première phase, rustique, la retenue mensuelle sera effectuée sur la seule base du revenu versé depuis le début de l’année par application du barème de l’IR pour une part (dispositif de l’ancien art. 204-0 bis du CGI appliqué à la RAS sur les indemnités des élus locaux, avec lissage au fil de l’année suivant l’algorithme appliqué pour la liquidation des « réductions Fillion » en matière de cotisations patronales) ;
  • une fois parfaitement stabilisé ce flux « aller » du TP vers l’administration, il sera possible de créer un flux « retour » permettant de mieux personnaliser le taux de RAS appliqué à partir des informations tirées de la liquidation des acomptes.

S’agissant des salaires, il suffirait de transmettre chaque mois vers les logiciels de paye un coefficient de réduction reflétant le bénéfice du quotient familial pour les membres d’un même foyer. S’agissant des retraites ou indemnités (qui ne posent pas autant de souci de confidentialité), il serait possible de communiquer le taux d’imposition lui-même.

Outre l’intérêt « optique » d’afficher le poids de l’IR dès la feuille de paye ou le bulletin de pension (comme dans tous les pays modernes), l’avantage serait surtout de conduire à une complète réingénierie du process de gestion de l’impôt poussant à son terme les possibilités de la dématérialisation (3).

B. La gestion totalement dématérialisée permettrait une économie massive dans les services locaux.

L’enjeu ne se limite évidemment pas à gagner quelques centaines d’emplois de plus à la DGFiP dans les missions de recouvrement (d’autant qu’il restera toujours à prendre en charge la régularisation, en plus ou en moins, à la suite de l’émission de l’avis d’IR définitif en n+1), mais d’automatiser les fonctions d‘assiette et de contrôle pour l’énorme majorité des particuliers dans une approche semblable à celle de la banque en ligne.

Dès lors, en effet, que pour près de 95 % des revenus, la recette sera garantie à la source pour le Trésor, l’administration n’aura plus besoin d’offrir un contact de proximité au contribuable pour l’inciter à déclarer : c’est bien lui qui, désormais, sera demandeur de s’identifier pour faire valoir la personnalisation de son impôt. D’où la disparition des tâches d’acquisition des données qui proviendront toutes soit de la communication des TP, soit des résultats professionnels ou fonciers suivis par les inspections spécialisées, soit de la télédéclaration par les contribuables eux-mêmes de leur situation et des justificatifs nécessaires (4).

De fait, les dossiers des particuliers sont déjà tenus de manière centralisée dans l’infocentre de la DGFiP qui supporte la télédéclaration et le compte fiscal en ligne. S’il faut conserver la responsabilité d’un service gestionnaire, il ne sera plus nécessaire d’y accéder physiquement avec la diminution massive des réclamations et des échanges (traités pour l’essentiel par téléphone ou messagerie).

Dans ce contexte nouveau d’auto-administration de l’impôt en ligne, sa simplification cesse de constituer un préalable. Et si des usagers ont encore besoin d’une assistance de proximité pour dialoguer avec l’administration, ce sera la vocation des services sociaux. C’est ici qu’on évalue à près de 10.000 emplois de la DGFiP le gain d’efficacité permis, à moyen terme, par cette gestion de l’IR à distance (5).

Conclusion : une transition échelonnée sur 4 à 5 années

Ces perspectives toutefois, ne sont accessibles que si l’on renonce à l’illusion que le basculement devrait s’opérer tout entier par magie un 1er janvier, après effacement du double prélèvement sur une seule année d’imposition. Une montée en régime échelonnée reste incontournable, à la fois pour supprimer la problématique empoisonnée des effets d’aubaine en étalant « l’année blanche » et pour maitriser le tempo informatique. S’agissant de la contemporainisation des acomptes, on peut commencer dès 2018 une expérimentation partielle, mais il faudra plusieurs années de rodage pour achever la transition et atteindre la qualité de synchronisation proposée plus haut. De même pour insérer les TP dans le circuit sans désordre, on a montré qu’il faudra commencer à petite échelle par une étape rustique et prendre la durée du quinquennat pour enrichir progressivement le processus et en tirer les bénéfices d’orgnanisation.

  • 1) Éventuellement ajustée sous la responsabilité des déclarants pour tenir compte de l’évolution de leur situation.
  • 2) Ainsi que des retenues à la source opérées sur RCM.
  • 3) L’économie de moyens suggère que le reversement par le TP s’effectuerait par la même voie que les cotisations et la CSG (Urssaf, etc.), à charge pour les organismes concernés d’assurer le transfert vers le Trésor.
  • 4) S’agissant de personnes qui disposent de suffisamment de ressources pour être imposables, il ne devrait plus y avoir d’état d’âme à généraliser l’obligation de télédéclaration qui a déjà été étendue à toutes les entreprises.
  • 5) Les chiffres convergent quelle que soit l’approche retenue : statistique (réduire de moitié le ratio de gestion de l’IR : actuellement 2 %, alors que celui de la CSG n’est que de 0,5 %) ; analytique (soit la moitié des plus de 20.000 emplois que la DGFiP déclarait en 2014 affecter au seul IR) ; ou opérationnelle (soit les effectifs des secteurs d’assiette dans les centres des impôts des particuliers, la fiscalité locale des ménages étant reprise par les services fonciers qui gèrent les valeurs locatives).


newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 24 janvier 2017

Publié le mercredi 25 janvier 2017

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | Fiscalité des particuliers | Impôt sur le revenu | mafiscalite


 



Les articles les plus lus !
Logiciel obligatoire au 1er janvier 2018 : Le vrai et le faux !
La Cour des Comptes recommande une profonde refonte des dispositifs fiscaux en faveur du logement social
Taxe foncière 2017 : menez une lecture attentive de vos avis et vérifiez les bases nouvellement calculées
Quand l’Europe tente de mettre en place de nouvelles règles de taxation du numérique
Des voix s’élèvent contre la soumission des PEL à la « flat tax » de 30%
La cellule de régularisation fiscale ferme ses portes le 31 décembre 2017
Fiscalité du numérique : une nouvelle initiative de l’UE contre-productive ?
Le projet de loi de finances pour 2018 sera présenté le 27 septembre 2018
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016