Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Précisions de l’administration fiscale sur le "Carry-back"

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Par quatre rescrits fiscaux publiés le 1er décembre dernier l’administration vient d’apporter des précisions relatives au report en arrière des déficit

Les questions posées :

- Les entreprises peuvent-elles affecter librement leurs distributions antérieures pour la détermination du bénéfice d’imputation sur lequel elles reportent en arrière des déficits ?

- Un déficit peut-il être reporté en arrière sur un bénéfice à l’origine d’un montant d’impôt sur lequel a été imputée une réduction d’impôt ?

- Le bénéfice d’imputation du report en arrière des déficits doit-il être minoré des distributions antérieures prélevées sur des bénéfices non soumis à l’impôt sur les sociétés ?

- Les entreprises ont-elles toujours l’obligation de minorer des distributions antérieures le bénéfice d’imputation du report en arrière des déficits

RESCRIT N° 2010/68

Question :

Depuis la suppression du précompte mobilier et du prélèvement exceptionnel de 25 %, les entreprises peuvent-elles affecter librement leurs distributions antérieures pour la détermination du bénéfice d’imputation sur lequel elles reportent en arrière des déficits ?

Réponse :

Conformément au premier alinéa du I de l’article 220 quinquies du code général des impôts, le déficit constaté au titre d’un exercice donné par une entreprise soumise à l’impôt sur les sociétés peut, sur option, être considéré comme une charge déductible du bénéfice de l’antépénultième exercice et, le cas échéant, de celui de l’avant-dernier exercice puis de l’exercice précédent, dans la limite de la fraction non distribuée de ces bénéfices et à l’exclusion des bénéfices exonérés en application des articles 44 sexies, 44 sexies A, 44 septies, 44 octies, 44 octies A, 44 undecies et 207 à 208 sexies du code général des impôts ainsi que des bénéfices ayant donné lieu à un impôt payé au moyen de crédits d’impôts.

Compte tenu de la suppression du précompte mobilier et du prélèvement exceptionnel de 25 %, soit pour les distributions mises en paiement à compter du 1er janvier 2006, il n’y a plus lieu de tenir compte de l’ordre d’imputation des distributions autrefois prévu en matière de précompte ou pour ce prélèvement.

Ainsi, les entreprises peuvent librement affecter les distributions qu’elles effectuent sur le montant de leur bénéfice soumis à l’impôt sur les sociétés au taux normal ou au taux réduit prévu au b du I de l’article 219 du code général des impôts.

A cet égard, il ne sera pas tenu compte des postes sur lesquels les distributions sont effectivement prélevées en comptabilité et du millésime du bénéfice effectivement retenu pour cette imputation.


RESCRIT N° 2010/67

Question :

Un déficit peut-il être reporté en arrière sur un bénéfice à l’origine d’un montant d’impôt sur lequel a été imputée une réduction d’impôt ?


Réponse :

Conformément au premier alinéa du I de l’article 220 quinquies du code général des impôts, le déficit constaté au titre d’un exercice donné par une entreprise soumise à l’impôt sur les sociétés peut, sur option, être considéré comme une charge déductible du bénéfice de l’antépénultième exercice et, le cas échéant, de celui de l’avant-dernier exercice puis de l’exercice précédent, dans la limite de la fraction non distribuée de ces bénéfices et à l’exclusion des bénéfices exonérés en application des articles 44 sexies, 44 sexies A, 44 septies, 44 octies, 44 octies A, 44 undecies et 207 à 208 sexies du code général des impôts ainsi que des bénéfices ayant donné lieu à un impôt payé au moyen de crédits d’impôts.

Dès lors que d’une part, le déficit reporté en arrière constitue une charge venant en diminution du bénéfice des exercices antérieurs et que, d’autre part, le montant de la réduction d’impôt ne peut excéder, contrairement au montant d’un crédit d’impôt, le montant de l’impôt dû au titre de l’exercice, le report en arrière d’un montant de déficit tel qu’il réduirait le bénéfice de l’exercice antérieur à un niveau inférieur à celui ayant justifié l’octroi de la réduction d’impôt conduirait à remettre en cause le montant de cette réduction.

En conséquence, le bénéfice d’imputation doit être diminué de la fraction de ce bénéfice à l’origine d’un montant d’impôt sur les sociétés ayant justifié celui de la réduction d’impôt.


RESCRIT N° 2010/66

Question :

Depuis la suppression du précompte mobilier et du prélèvement exceptionnel de 25 %, le bénéfice d’imputation du report en arrière des déficits doit-il être minoré des distributions antérieures prélevées sur des bénéfices non soumis à l’impôt sur les sociétés ?


Réponse :

Conformément au premier alinéa du I de l’article 220 quinquies du code général des impôts, le déficit constaté au titre d’un exercice donné par une entreprise soumise à l’impôt sur les sociétés peut, sur option, être considéré comme une charge déductible du bénéfice de l’antépénultième exercice et, le cas échéant, de celui de l’avant-dernier exercice puis de l’exercice précédent, dans la limite de la fraction non distribuée de ces bénéfices et à l’exclusion des bénéfices exonérés en application des articles 44 sexies, 44 sexies A, 44 septies, 44 octies, 44 octies A, 44 undecies et 207 à 208 sexies du code général des impôts ainsi que des bénéfices ayant donné lieu à un impôt payé au moyen de crédits d’impôts.

Par ailleurs, il est rappelé qu’en application du 2° de l’article 46 quater-0 S de l’annexe III au code général des impôts, la fraction non distribuée de ces bénéfices mentionnée à l’article 220 quinquies du même code est obtenue en déduisant du bénéfice fiscal soumis à l’impôt sur les sociétés au taux normal ou au taux réduit prévu au b du I de l’article 219 du code général des impôts le montant des distributions effectuées par prélèvement sur ce même bénéfice.

Dans ces conditions, les distributions prélevées sur les bénéfices exonérés d’impôt, notamment les produits éligibles au régime des sociétés mères et filiales prévu aux articles 145 et 216 du code général des impôts, et sur les bénéfices non soumis à l’impôt sur les sociétés, notamment ceux réalisés hors de France, ne viennent pas minorer le bénéfice fiscal d’imputation.


RESCRIT N° 2010/65

Question :

Depuis la suppression de l’avoir fiscal et du précompte mobilier, les entreprises ont-elles toujours l’obligation de minorer des distributions antérieures le bénéfice d’imputation du report en arrière des déficits ?

Réponse :

Conformément au premier alinéa du I de l’article 220 quinquies du code général des impôts, le déficit constaté au titre d’un exercice donné par une entreprise soumise à l’impôt sur les sociétés peut, sur option, être considéré comme une charge déductible du bénéfice de l’antépénultième exercice et, le cas échéant, de celui de l’avant-dernier exercice puis de l’exercice précédent, dans la limite de la fraction non distribuée de ces bénéfices et à l’exclusion des bénéfices exonérés en application des articles 44 sexies, 44 sexies A, 44 septies, 44 octies, 44 octies A, 44 undecies et 207 à 208 sexies du code général des impôts ainsi que des bénéfices ayant donné lieu à un impôt payé au moyen de crédits d’impôts.

Par ailleurs, conformément à l’article 46 quater-0 S de l’annexe III au code général des impôts, le bénéfice d’imputation s’entend du bénéfice fiscal soumis à l’impôt sur les sociétés au taux normal ou au taux réduit prévu au b du I de l’article 219 du code général des impôts, diminué du montant des distributions effectuées par prélèvement sur ce même bénéfice.

Le principe de détermination du bénéfice d’imputation n’ayant pas été modifié depuis la suppression de l’avoir fiscal et du précompte mobilier, dont il est juridiquement indépendant, il reste applicable de plein droit. Par conséquent, les entreprises ont toujours l’obligation de minorer des distributions antérieures les bénéfices sur lesquels elles imputent en arrière leurs déficits.

En outre, dans le cadre du régime de groupe prévu aux articles 223 A et suivants du code général des impôts, seules les distributions effectuées par la société mère du groupe doivent être retranchées de son bénéfice d’imputation.

Enfin, il est rappelé que le versement d’un acompte sur dividendes au cours d’un exercice demeure sans incidence sur le montant des bénéfices d’imputation retenu pour le report en arrière du déficit constaté au titre de ce même exercice.

newsletter de Fiscalonline

Rescrits fiscaux du 30 novembre 2010

Publié le jeudi 2 décembre 2010

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Carry-back | Déficit


 



Les articles les plus lus !
Aménagement du régime de report d’imposition de la plus-value d’apport de titres
Les députés suppriment le dispositif d’exonération des intérêts de prêts familiaux qui n’avait plus lieu d’être
Elargissement du périmètre du régime fiscal des « impatriés » aux transferts intragroupe en contrat local
Les députés prorogent le dispositif "Censi-Bouvard" jusqu’en 2021
Prorogation jusqu’au 31 décembre 2019 du taux de 25% de la réduction d’impôt « Madelin »
Dispositif Pinel en zones B2 et C : les députés décalent de 3 mois la fin du régime transitoire
Les députés adoptent l’abus de droit fiscal à deux étages
Délivrance irrégulière de documents permettant de bénéficier d’un avantage fiscal : l’amende est aménagée
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018