Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Pour l’ACE la loi El Khomri sur le licenciement économique est le contraire d’un texte de sécurisation de l’entreprise !

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Pour l’ACE la loi El Khomri sur le licenciement économique est le contraire d’un texte de sécurisation de l’entreprise !

L’ACE, qui regroupe les avocats conseils des entreprises, considère que les avancées réelles du projet de loi sont faibles au regard de l’objectif premier affirmé par le gouvernement de garantir de la sécurité juridique et de limiter la marge d’appréciation des juges.

Ce qui est présenté comme nouveauté n’est trop souvent que la consécration de principes jurisprudentiels connus : qu’il s’agisse de la baisse de chiffre d’affaires ou des pertes d’exploitations, qui ne peuvent être passagères, de causes qui existent déjà pour certaines depuis 20 ans (ex. réorganisation). Par ailleurs, les conditions ne semblent pas s’imposer au juge qui conserve son pouvoir d’appréciation souverain. À l’exception de points réellement nouveaux comme le périmètre national mais qui finalement ne profitera qu’aux groupes internationaux alors que l’essentiel du tissu entrepreneurial est constitué de PME TPE.

Licenciement économique

Le point essentiel c’est que l’objectif de sécurité juridique voulue par la ministre Myriam El Khomri n’est pas atteint sur le point précis du licenciement économique. Le bien fondé d’un licenciement économique ne dépend pas que de la définition des difficultés économiques. Les définir ne résout donc pas la question de la sécurisation de la rupture.

Le texte contient de trop nombreuses imprécisions qui seront matières à interprétation des juges. Il faut donc s’attendre à ce que la Cour de Cassation bâtisse une nouvelle jurisprudence technique à côté de la loi.

Pour ou contre la barémisation des indemnités prud’homales ?

La barémisation des indemnités prud’homales (nouvel article L1235-3 du code du travail) est en cette occurrence une fausse bonne idée : s’il n’existait pas de barème maximum légal, il existait bien des barèmes jurisprudentiels à peu près similaires à l’exception des indemnités accordées aux salariés de plus de 20 ans d’ancienneté puisque l’indemnité est plafonnée à 15 mois de salaires. On imagine sans mal la porte ouverte sur les licenciements de salariés à forte ancienneté, donc plutôt âgés.

La barémisation n’est assurément pas la meilleure voie pour sécuriser la rupture du contrat de travail. On aurait vivement apprécié que l’accent soit mis sur les modes alternatifs de règlement des conflits et des différends. Les pistes sont pourtant importantes : médiation, procédure participative, droit collaboratif.

Pour les petites entreprises, les barèmes constitueront des sanctions lourdes. Le critère de l’effectif (moins de 11 salariés) qui imposait la démonstration d’un préjudice subi disparaît. Sur certains fondements, l’addition est nettement plus salée ; c’est par exemple le cas du non respect de la priorité de réembauchage dont la sanction était limitée à 2 mois, qui passe aux nouveaux barèmes de l’article L1235-3).

Contrairement à ce qui est asséné un peu partout, le juge ne perd pas son pouvoir d’appréciation et celui-ci est loin d’être limité.

L’article L1235-3 comprend un nouvel alinéa prévoyant que le juge peut fixer « une indemnité d’un montant supérieur en cas de faute de l’employeur d’une particulière gravité, caractérisée par des faits de harcèlement moral ou sexuel... licenciement discriminatoire...égalité professionnelle...salarié protégé... ou atteinte d’une liberté fondamentale ».

En somme, toutes les matières sont couvertes et, pour compenser la perte d’un pouvoir d’appréciation sur le quantum, il faut s’attendre à une interprétation très large de toutes ces notions libératrices.

D’autre part, la barémisation est limitée aux indemnités pour licenciement sans cause réelle ni sérieuse. Aucun barème sur les autres chefs de demande dont il faut craindre la recrudescence.

Les risques liés à un licenciement budgété

Effet pervers contraire au titre du chapitre contenant la barémisation (« faciliter la vie des TPE et PME et favoriser l’embauche »), le fait de pouvoir « budgéter » à l’avance le coût d’un licenciement risque de conduire à des licenciements « sauvages » (ex. salariés âgés et à forte ancienneté) et donc à une augmentation des contentieux.

Ce n’est pas parce que les indemnités sont barémisées qu’elles seront automatiques, il faudra quand même plaider sur le bien fondé du licenciement.

Enfin, le texte ne contient pas de disposition visant à exclure les indemnités de toute cotisations sociales, elles sont actuellement assujetties au delà de 2 PASS, coût supplémentaire pour l’employeur et le salarié.

www.avocats-conseils.org/fr/

newsletter de Fiscalonline

Communiqué du 25 février 2016

Publié le vendredi 26 février 2016

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Anoter


 



Les articles les plus lus !
Immixtion d’une holding dans la gestion de ses filiales et modalités de déduction de la TVA : Bercy met à jour sa doctrine
Un nouveau dispositif fiscal incitatif viendra se substituer aux régimes « Besson ancien » et « Borloo ancien »
Le Gouvernement propose de légaliser en droit fiscal le caractère commercial de l’activité de location meublée
Modalités de déclaration des transferts de sommes d’un montant supérieur à 50.000 €
Les députés instituent une nouvelle dépense de recherche externalisée ouvrant droit au CIR
Etat comparatif des impôts prélevés sur la commune de Paris et le 16ème arrondissement
Divorce par consentement mutuel sans juge : le gouvernement tire les conséquences fiscales
PLFSS 2017 : les spécificités des gîtes ruraux relatives aux cotisations sociales mieux prises en compte
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016