Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Plus-values immobilières : quid des régimes d’exonération après la réforme ?

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Plus-values immobilières : quid des régimes d’exonération après la réforme ?

S’il y a encore six mois, le terme « plus-value immobilière », était omniprésent dans l’actualité économique et fiscale, il a aujourd’hui laissé place au vocable patrimoine, ISF, bouclier fiscal et autre exit tax.

Est-ce à dire que les régimes de faveur applicables aux plus-values immobilières, un temps au cœur des discussions, sont à l’abri de toute remise en cause ? Non, une telle affirmation prêterait le flanc à la critique notamment parce que l’instabilité fiscale fait désormais partie de notre quotidien.

Pour autant, des incertitudes persistent.

Il est donc temps de faire un point sur ces régimes de faveur qui, hier encore, faisaient l’actualité :


- S’agissant de l’exonération au titre de la résidence principale, à un an des présidentielles, on peut légitimement penser que le gouvernement ne prendra pas le risque de remettre en cause ce régime de faveur, auquel Nicolas Sarkozy a apporté un soutien officiel le 11 février dernier.

Rappelons que notre ministre de l’économie avait, en janvier dernier, lancé un pavé dans la marre en indiquant que la taxation de la résidence principale aux plus-values, serait intégrée à la réforme de la fiscalité du patrimoine.

  • Si cette annonce électoraliste a satisfait les particuliers propriétaires et les professionnels de l’immobilier, elle ne présente pas de caractère définitif, d’autant plus que des voix s’élèvent ici et contre un tel régime.


- Concernant la remise en cause de l’abattement pour durée de détention au titre des plus-values immobilières sur le fonciers non bâtis (les terrains).

Rappelons que depuis 2004, la plus-value réalisée lors de la cession d’un bien immobilier est réduite d’un abattement de 10 % pour chaque année de détention au-delà de la cinquième (Art. 150 VC-I, al 1 du CGI). Dispositif qui permet donc de bénéficier d’une exonération définitive après 15 années de détention.

Mais, depuis un an environ, une idée fait son chemin, celle consistant à supprimer ledit abattement en cas de plus-value générée sur la cession d’un terrain.

Christine Lagarde l’été dernier puis, Benoit Apparu, il y a quelques semaines, ont soutenu cette proposition afin de faire échec aux situations de « rétention foncière ».

Dernièrement, c’est Olivier Carré, le député du Loiret qui a relancé l’idée dans le cadre d’un amendement au projet de loi de finances rectificative pour 2011 (Amendement qui proposait de supprimer ledit abattement à compter du 1er janvier 2013).

- L’assujettissement aux prélèvements sociaux (12,3%) des plus-values immobilières quelle que soit la durée de détention du bien (hors résidence principale)

Cette proposition de Gilles Carrez (Admt I-28 adopté à l’issue des délibérations de l’Assemblée Nationale sur le PLF 2011), avait fait couler beaucoup d’encre en fin d’année et avait suscité de vifs débats.

Même si le Sénat avait, au cours des débats, supprimé cet amendement, nombreux sont ceux qui pensaient que cette proposition referait surface lors de la révision de la fiscalité du patrimoine comme l’y invitait Philippe Marini.

Or, contre toute attente, aucun amendement en ce sens n’a, à ce jour, été déposé dans le cadre du PLFR pour 2011, même de la part du député Gilles Carrez.

  • Autrement dit, cet assujettissement des plus-values aux prélèvements sociaux quelque soit la durée de détention ne verra pas le jour cet été.


Si, à notre grande surprise, les régimes d’exonération et d’abattement sur les plus-values immobilières ont, été particulièrement préservés dans le cadre de cette réforme de la fiscalité du patrimoine, leur pérennité est loin d’être assurée. Il convient donc de garder à l’esprit ces différentes propositions lors d’opérations futures, afin d’anticiper d’éventuels arbitrages.

Consultez notre dossier « Réforme de la fiscalité du patrimoine »

newsletter de Fiscalonline

Chronique de la direction du 16 juin 2011

Publié le vendredi 17 juin 2011

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés : 


 



Les articles les plus lus !
Vente en bloc d’un immeuble acquis par fractions successives : condition d’imputation de la moins-value
La procédure d’adoption de la loi de finances rectificative pour 2018 est conforme à la Constitution
Plan d’action TVA : le Conseil adopte quatre ajustements à court terme
Les solutions du Gouvernement face à la fraude à la TVA sur les plateformes en ligne
Articulation entre crédit d’impôt recherche et jeune entreprise innovante
Taxation de l’économie numérique : déclaration commune franco-allemande
CIR et dépenses de personnel : rescrit relatif à la notion de premier recrutement d’un jeune docteur
Taux de l’impôt sur les sociétés de 2018 à 2022
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018