Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Plus-values immobilières de plus de 50.000 € : Bercy commente le régime de la surtaxe

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Plus-values immobilières de plus de 50.000 € : Bercy commente le régime de la surtaxe

Dans le cadre d’une nouvelle mise à jour de la base BOFIP-Impôt l’administration fiscale commente enfin le régime de la surtaxe sur plus-values immobilières de plus de 50.000 €

Plus-value immobilière et surtaxe {JPEG}

C’est l’article 70 de la LFR 2012-IV qui a institué, à compter du 1er janvier 2013, et sous réserve des cessions pour lesquelles une promesse de vente a acquis date certaine avant le 7 décembre 2012, cette taxe, codifiée sous l’article 1609 nonies G du CGI, assise sur les plus-values immobilières d’un montant supérieur à 50 000 € imposables soit à l’impôt sur le revenu soit au prélèvement prévu à l’article 244 bis A du CGI.

Sont soumises à la taxe les plus-values immobilières réalisées par les personnes physiques, les sociétés ou groupements qui relèvent des articles 8 du CGI à 8 ter du CGI et les contribuables passibles de l’impôt sur le revenu qui ne sont pas fiscalement domiciliés en France.

Si Bercy a confirmé, en dépit de la censure de l’article 15 de la LF pour 2013, que cette surtaxe ne s’appliquait pas lors de la cession d’un terrain à bâtir, beaucoup de questions restaient, à ce jour, sans réponses.

Par cette mise à jour, l’administration fiscale apporte enfin les précisions attendues par les professionnels pour sécuriser les déclarations.


Ce qu’il faut retenir

- Les titulaires de pensions de vieillesse ou de la carte d’invalidité ne sont pas redevables de cette surtaxe ;

- La surtaxe ne s’applique pas aux plus-values immobilières bénéficiant d’une exonération en application de l’article 150 U-II du CGI (Résidence principale, résidence secondaire, expropriation...) ou par l’effet de l’abattement pour durée de détention ;

- L’administration apprécie avec souplesse « l’exonération » dont bénéficient les cessions pour lesquelles une promesse de vente a acquis date certaine avant le 7 décembre 2012 ;

- Le seuil de 50 000 € s’apprécie après prise en compte de l’abattement pour durée de détention et, le cas échéant, de la fraction de la plus-value exonérée en application des dispositions du 1° bis du II de l’article 150 U du CGI en cas de remploi ;

- En cas de cession par des indivisaires, des partenaires de PACS ou des concubins, le seuil de 50.000 € s’apprécie au niveau de la quote-part de plus-value réalisée par chaque concubin, chaque co-indivisaire, chaque partenaire de PACS ;

- En cas de cession conjointe par un couple marié, les époux sont considérés comme des co-cédants. Toutefois, il est admis d’apprécier le seuil de 50 000 € comme en matière d’indivision, c’est-à-dire au niveau de la quote-part du bien, et donc de plus-value, revenant à chacun des époux et non au regard de la plus-value totale réalisée par le couple ;

- En cas de cession par une sociétés de personnes (IR) type SCI, la taxe est due par la personne morale et le seuil de 50 000 € s’apprécie au niveau de la personne morale et non au niveau de chaque associé

  • Toutefois, l’administration admet que le seuil de 50 000 € s’apprécie au regard du montant de la plus-value imposable correspondant aux droits des seuls associés redevables de l’impôt sur le revenu. Dès lors, il n’est pas tenu compte pour l’appréciation du seuil de 50 000 € :
    • de la quote-part de plus-value revenant à des associés soumis à l’impôt sur les sociétés ;
    • de la quote-part de la plus-value revenant à des associés personnes physiques bénéficiant d’une exonération liée à la cession de la résidence principale ou à la cession d’un logement en vue de l’acquisition de celle-ci.




Taux d’imposition de la surtaxe

Montant de la plus-value imposableTaux applicables
De 50 001 € à 60 000 € 2 % PV - (60 000 - PV) x 1 / 20
De 60 001 € à 100 000 € 2% PV
De 100 001 € à 110 000 € 3 % PV - (110 000 - PV) x 1 / 10
De 110 001 € à 150 000 € 3% PV
De 150 001 € à 160 000 € 4 % PV - (160 000 - PV) x 15 / 100
De 160 001 € à 200 000 € 4% PV
De 200 001 € à 210 000 € 5 % PV - (210 000 - PV) x 20 / 100
De 210 001 € à 250 000 € 5 % PV
De 250 001 € à 260 000 € 6 % PV - (260 000 - PV) x 25 / 100
Supérieur à 260 000 € 6 % PV

« PV = montant de la plus-value imposable »


Exemple n° 1 Immeuble détenu par un couple marié (bien de communauté)


M. et Mme Z vendent un appartement le 25 mars N pour un montant de 212 000 €. Le bien a été acquis le 15 janvier N-4 pour 90 000 €.

- Plus-value brute : 212 000 - 90 000 = 122 000 €.

L’abattement pour durée de détention ne s’applique pas (moins de six années de détention).

- Plus-value nette : 122 000 €.

Quote-part de plus-value revenant à chaque époux : 61 000 €.

La plus-value nette imposable, appréciée au niveau de la quote-part part du bien revenant à chaque époux, étant supérieure à 50 000 €, la taxe sur les plus-values immobilières élevées s’applique.

S’agissant d’un couple marié et d’un bien de communauté, la taxe est calculée comme suit :

Taux applicable à chaque quote-part : 61 000 € x 2 % = 1 220 €.

Taxe due par le couple : 1 220 € x 2 = 2 440 €.

Exemple n° 2 Immeuble détenu par une société relevant des articles 8 à 8 ter du CGI


La SCI Y cède un immeuble le 25 mars 2013 pour un montant de 500 000 €. Le bien a été acquis le 15 janvier 2003 pour 200 000 €.

La SCI Y est détenue :

- par une SA A à hauteur de 50 % des parts ;
- par deux personnes physiques (B et C) à hauteur de 25 % des parts chacune. L’immeuble vendu constituait la résidence principale de B.

  • Plus-value brute : 500 000 - 200 000 = 300 000 € Abattement pour durée de détention (cinq années de détention au delà de la cinquième) : 10 % x 300 000 = 30 000 €.
  • Plus-value nette : 300 000 - 30 000 = 270 000 €

La plus-value nette est exonérée :

- au prorata des droits de la société A, soumise à l’impôt sur les sociétés, soit 50 % ;
- au prorata des droits de l’associé B, dont le bien vendu constituait la résidence principale, soit 25 %.

La plus-value nette imposable réalisée par la SCI Y, correspondant aux droits des seuls associés redevables de l’impôt sur le revenu ne bénéficiant pas d’une exonération, s’élève donc à 67 500 €.

Le montant de la plus-value imposable réalisée par la SCI Y étant supérieur à 50 000 €, la taxe sur les plus-values immobilières élevées s’applique.

Le montant de la plus-value étant compris entre 60 001 et 100 000 €, la taxe correspondante est calculée au taux de 2 %.

La taxe due s’élève donc à 67 500 € x 2 % = 1 350 €.




Cette mise à jour a été intégrée dans la base BOFIP-Impôt sous la référence BOI-RFPI-TPVIE-20130806




Consultez notre dossier « Loi de finances rectificative pour 2012-III »

newsletter de Fiscalonline

Mise à jour de la base BOFIP-Impôts en date du 6 août 2013

Publié le mercredi 7 août 2013

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Plus-values immobilières | surtaxe


 



Les articles les plus lus !
PLF 2019 : le Sénat a adopté avec modifications le projet de loi en première lecture
Plus-value et résidence principale : l’occupation de la maison à titre habituel et effectif doit être justifiée
Régime fiscal des impatriés : précision sur les salariés appelés pour occuper un emploi en France
Vente en bloc d’un immeuble acquis par fractions successives : condition d’imputation de la moins-value
La procédure d’adoption de la loi de finances rectificative pour 2018 est conforme à la Constitution
Plan d’action TVA : le Conseil adopte quatre ajustements à court terme
Les solutions du Gouvernement face à la fraude à la TVA sur les plateformes en ligne
Articulation entre crédit d’impôt recherche et jeune entreprise innovante
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018