Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Plus-value immobilière et travaux : les matériaux peuvent désormais venir en majoration du prix d’acquisition

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Plus-value immobilière : le coût des matériaux peuvent désormais venir en majoration du prix d’acquisition

La Cour administrative d’appel de Nantes vient de rendre une décision très importante en matière de plus-value immobilière. Prenant le contre-pied de l’administration fiscale, la Cour estime qu’un contribuable peut, pour le calcul de la plus-value, majorer le prix d’acquisition, du coût des matériaux personnellement achetés dans un magasin et installés par une entreprise.


Il convient, au préalable, de préciser que la décision ne vise que la situation de travaux réalisés après l’achèvement de l’immeuble. En effet, en cas de construction réalisée par le cédant sur un terrain dont il était antérieurement propriétaire (ce que l’on appelle communément une construction occasionnelle), il n’ y a pas « stricto sensu » de majoration du prix d’acquisition. Dans ce cas, le prix d’acquisition c’est le prix de la construction : « les travaux s’entendent notamment des frais d’architecte, des taxes et participations liées à la construction, et des factures et mémoires des entrepreneurs de tous les corps d’état. Il est précisé que si les travaux ne sont pas réalisés par une entreprise, ils s’entendent du prix d’achat des matériaux pour la construction, et le cas échéant, du coût de la main d’œuvre employée (salaires versés aux ouvriers et charges sociales y afférentes) ».

Consultez notre article :Calcul de la plus-value immobilière : travaux venant en majoration du prix d’acquisition



- 1. Majoration du prix d’acquisition pour dépenses de travaux : rappel des règles

Il ressort des dispositions de l’article 150 VB-II 4° du CGI que « les dépenses de construction, de reconstruction, d’agrandissement, de rénovation ou d’amélioration, supportées par le vendeur et réalisées par une entreprise depuis l’achèvement de l’immeuble ou son acquisition si elle est postérieure viennent en majoration du prix d’acquisition lorsqu’elles n’ont pas été déjà prises en compte pour la détermination de l’impôt sur le revenu et qu’elles ne présentent pas le caractère de dépenses locatives ».

Il ressort du texte précité, que pour être pris en compte dans le calcul de la plus-value, les travaux doivent avoir été réalisés par une entreprise.

Il s’ensuit que sont notamment exclus :

- les travaux réalisés par le contribuable lui-même ou par une tierce personne autre qu’une entreprise (ex : main d’œuvre salariée) ;

- le coût des matériaux achetés par le contribuable même si leur installation est effectuée par une entreprise. Les dépenses liées à l’installation des matériaux facturées par l’entreprise sont en revanche prises en compte en majoration du prix d’acquisition, toutes conditions étant par ailleurs remplies (Instruction fiscale du 14 janvier 2004, BOI 8 M-1-04, fiche n°5).


- 2. Rappel des faits de l’espèce

Lors de la revente d’une maison qu’il avait acquis 5 ans plus tôt, M.X a réalisé une plus-value immobilière qui s’est réduite comme peau de chagrin du fait de l’intégration, dans le prix d’acquisition de la maison, du coût de divers travaux.

Estimant que certains des travaux invoqués ne pouvaient être retenus pour l’application de l’article 150 VB-II 4° du CGI, l’administration a remis en cause le calcul de la plus-value de cession.

Le TA de Caen ayant rejeté sa demande tendant à la décharge partielle de l’imposition de la plus-value, M.X a interjetté appel du jugement.



- 3. Décision et commentaire

Dans un considérant de principe, la Cour Administrative d’Appel de Nantes, retient une interprétation, de l’article 150 VB-II-4° du CGI, sinon contraire, à tout le moins différente de celle de l’administration fiscale dans l’instruction précitée du 14 janvier 2004.

Le considérant est rédigé comme suit : « si l’administration soutient, qu’au même titre que le coût des travaux réalisés par le contribuable lui-même ou par une tierce personne autre qu’une entreprise, ne peut être pris en compte le coût des matériaux achetés par le contribuable alors même que leur installation est effectuée par une entreprise, les dispositions précitées de l’article 150 VB du CGI ne font pas obstacle à ce que le prix d’acquisition de matériaux et celui de leur pose soient pris en compte lorsque les matériaux ont été achetés par le contribuable à une entreprise et installés par une autre entreprise ».


En pratique, sur la base de cet arrêt, un contribuable pourra, pour le calcul de la plus-value, majorer le prix d’acquisition, du coût des matériaux personnellement achetés dans un magasin de bricolage et de leur pose, dès lors qu’ils auront été installés par un entrepreneur en bâtiment (Entreprise).

Jusqu’à présent, pour être pris en compte dans le calcul de la plus-value, les matériaux devaient exclusivement avoir été acquis par l’entreprise installatrice et facturés avec la pose.

Cette, interprétation restrictive de l’administration est contestable dans la mesure où elle rajoute au texte de l’article 150 VB-4°du CGI.

Il convient donc de saluer la position des juges de la CAA de Nantes, bien plus favorable au contribuable.

Soulignons, qu’au cas d’espèce M.X n’a pu obtenir satisfaction.

Mais le rejet de son appel est seulement lié au fait que les factures de l’entrepreneur-poseur « peu détaillées » ne permettaient pas d’établir qu’il avait posé les matériaux acquis directement par son client.


Recommandation
Dans ce type de situation, le contribuable devra porter une attention toute particulière à l’établissement de la facture par l’entrepreneur, afin qui y figurent tous les éléments permettant de prouver que les équipements posés sont bien ceux qui ont été acquis directement par le contribuable.

© Fiscalonline

D’autres interrogations sur les « plus-values immobilières », consultez nos fiches :

- Quid de l’exonération de la plus-value au titre de la résidence principale en cas de divorce ou de séparation ?

- Plus-value immobilière : un cas d’exonération souvent oublié

- Exonération de la plus-value immobilière au titre de la résidence principale : attention au délai !

- Conditions d’imputation des moins-values immobilières

newsletter de Fiscalonline

Arrêt de la Cour administrative d’appel de Nantes du 17 février 2011

CAA Nantes du 17 février 2011, n°10-373


Publié le vendredi 20 mai 2011

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Plus-value immobilière | PVIM | Travaux


 



Les articles les plus lus !
Plus-value immobilière et travaux réalisés après l’achèvement : exclusion des dépenses de matériaux
Article 151 septies A : l’exonération de la plus-value placée en report d’imposition ne s’applique pas aux prélèvements sociaux
De la constitutionalité des modalités de calcul du plafonnement de l’IFI
Délivrance irrégulière de documents permettant de bénéficier d’un avantage fiscal : l’amende de 25% est inconstitutionnelle
Convention de « management fees » : nouveau cas de remise en cause de la déductibilité de factures intra-groupe
Le Forum mondial publie des notes de conformité sur la transparence fiscale pour sept autres juridictions
Appréciation de la période au titre de laquelle une JEI bénéficie des exonérations sociales
Suppression de l’ISF : Bercy précise les dispositifs continuant de produire des effets au-delà du 1er janvier 2018
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018