Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Loi MUES
Grand débat national
Impôt sur le revenu 2019
PLF 2020
PLFR 2019
Loi de Finances rectificative 2020
Impôt sur le revenu 2020
Loi de Finances rectificative 2020-II
Loi de Finances rectificative 2020-III
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Plus-value de cession d’une « résidence secondaire » : les conditions de l’exonération

partager cet article

Les propriétaires de résidence secondaire (non propriétaires de leur résidence principale) qui procèdent à leur cession à compter du 1er février 2012 pourront être exonérés de plus-value immobilière dès lors :

- que la vente porte sur un immeuble bâti affecté à l’habitation (Cette notion exclut donc les terrains à bâtir, les locaux à usage professionnel) même si l’immeuble est destiné à être démoli. Les modalités d’occupation (vacant ou mis à disposition) importent peu (Voir en ce sens dans l’ancien régime - Doc. de base 8 M 1523, n°3 du 1er décembre 1995)

  • L’exonération ne s’applique ni en cas de cession de parts d’une SCI qui détiendrait la « résidence secondaire », ni en cas de cession dudit immeuble par une SCI (Doc. de base 8 M 1523, n°15).

- qu’il s’agit de la première cession d’un logement et de ses dépendances immédiates et nécessaires. Cette condition devrait s’apprécier à compter du 1er février 2012

  • L’exonération ne peut donc s’appliquer qu’une seule fois ;
  • Dans l’ancien dispositif, il était prévu que « la circonstance que l’exonération se soit trouvée privée de portée pratique lors de la première cession, en raison de l’absence de plus-value, n’a pas pour effet de reporter l’application de cette exonération spécifique au profit d’une cession ultérieure » (RM Boutin, JOAN du 13 avril 1992, question n°54135 ; Doc. de base 8 M 1523, n°5 du 1er décembre 1995). Il conviendra d’attendre les commentaires administratifs afin de savoir si ces dispositions s’appliqueront au nouveau régime.

- que le cédant ne doit pas avoir été propriétaire de sa résidence principale (directement ou par personne interposée) au cours des quatre années précédant la cession ;

  • les contribuables qui détiennent sur leur résidence habituelle des droits divis ou indivis en pleine propriété ou nue-propriété ou en usufruit sont réputés être propriétaires (Doc. de base 8 M 1523, n°11)
  • est assimilé à un propriétaire de sa résidence principale par personne interposée (et donc non éligible à l’exonération), l’associé d’une société de personnes telle qu’une société civile qui occupe, à titre de résidence principale, un immeuble ou une partie d’immeuble appartenant à cette société et que celle-ci met, en droit ou en fait, gratuitement à sa disposition (BOI 8 M-1-00, n°24 du 3 février 2000, §6)
  • est également assimilé à un propriétaire de sa résidence principale par personne interposée (et donc non éligible à l’exonération), le contribuable qui, logeant dans un local appartenant à ses ascendants, verse à ces derniers une pension alimentaire en sus du loyer normal ou qui plus généralement assume les charges de la propriété (Doc. de base 8 M 1523, n°11)

- que le cédant remploie le prix de cession, dans un délai de vingt-quatre mois à compter de cette dernière (date de l’acte), à l’acquisition ou la construction d’un logement qu’il affecte, dès son achèvement ou son acquisition si elle est postérieure, à son habitation principale.

  • s’agissant des conditions de remploi, et dans l’attente des commentaires administratifs, il est possible de se référer aux dispositions de l’instruction du 14 janvier 2004 (BOI 8 M-1-04, fiche n°2) précisant, s’agissant de l’exonération de plus-value pour cause d’expropriation (Art. 150-U-II-4° du CGI) les modalité de remploi de l’indemnité d’expropriation d’utilité publique conditionnant cette exonération.

Le seuil de 300.000 € institué au cours des débats parlementaires par les sénateurs a été supprimé par les députés.

L’article 150 U-II-1° bis est rédigé comme suit :

« Au titre de la première cession d’un logement, y compris ses dépendances immédiates et nécessaires au sens du 3° si leur cession est simultanée à celle dudit logement, autre que la résidence principale, lorsque le cédant n’a pas été propriétaire de sa résidence principale, directement ou par personne interposée, au cours des quatre années précédant la cession.

L’exonération est applicable à la fraction du prix de cession défini à l’article 150 VA que le cédant remploie, dans un délai de vingt-quatre mois à compter de la cession, à l’acquisition ou la construction d’un logement qu’il affecte, dès son achèvement ou son acquisition si elle est postérieure, à son habitation principale. En cas de manquement à l’une de ces conditions, l’exonération est remise en cause au titre de l’année du manquement ».

Accédez à notre dossier « Loi de Finances pour 2012 »

Pour allers plus loin : Plus-values immobilières : quelles exonérations pour 2012 ?

newsletter de Fiscalonline

Fiche technique de la rédaction du 12 janvier 2012

Publié le jeudi 12 janvier 2012
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Autres articles associés aux mots clés :  PVIM


 



Les articles les plus lus !
Prestations de para-hôtellerie et TVA : le loueur en meublé doit disposer des moyens nécessaires pour répondre aux éventuelles demandes
Plus-value immobilière et construction occasionnelle : la TLE participe du coût de la construction
Aménagements envisageables de la reforme de la fiscalité des contribuables non-résidents
Résidence principale : une faible consommation d’eau potable fait échec à l’exonération de plus-value
L’exclusion des SCCV du régime de faveur de l’article 210 F du CGI est inconstitutionnelle
Mise à jour de la charte des droits et obligations du contribuable vérifié
Libéralités au profit de l’État et de certains établissements publics : Bercy commente les derniers aménagements législatifs
Réduction d’impôt « Pinel » : l’encadrement des frais et commissions perçus par les intermédiaires est-il constitutionnel ?
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2019/a>