Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Partage d’indivision avec soulte : sort des plus-values en report

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Aménagement des régimes de report d’imposition des plus-values prévus aux articles 41 ou 151 nonies, II du CGI (Art. 80 et 81 LF pour 2009)

1. Plus-value de l’article 41 du CGI

Dans sa rédaction issue de l’article 52 de la loi de finances rectificative pour 2003, l’article 41 du CGI, dispose que les bénéficiaires d’une transmission à titre gratuit d’entreprise individuelle peuvent se placer, sur option, sous un régime de report d’imposition permettant d’éviter l’imposition immédiate des plus-values constatées sur les éléments d’actif immobilisé lors de l’opération.

En outre, ce texte prévoit une exonération définitive de la plus-value en report dès lors que l’un des bénéficiaires de la transmission poursuit l’activité pendant au moins cinq ans.

Le report prend fin lorsque avant l’expiration du délai de cinq ans si il est procédé :

  • à la cession ou cessation totale de l’entreprise ;
  • à la mise en location-gérance de l’entreprise.

    En revanche, le report est maintenu :
  • en cas de nouvelle transmission à titre gratuit réalisée dans le délai de cinq ans par l’un des héritiers ou donataires ;
  • en cas d’apport en société de l’entreprise transmise à titre gratuit dans les conditions prévues à l’article 151 octies du CGI.

Dans le cadre du régime prévu à l’article 41 du CGI applicable avant 2004, il était admis qu’un partage avec soulte ne remette pas en cause le bénéfice du sursis d’imposition de la plus-value (RM FORISSIER JOAN 30 déc. 2002, n°1483).

Interrogé de nouveau en 2004 sur le sort de la plus-value en report en cas de partage avec soulte, le ministre du budget a indiqué que, dans cette situation, la solution précédemment retenue (RM FORISSIER) n’était pas transposable au régime de l’article 41 tel issu de la loi de finances rectificative pour 2003. Il considère dès lors qu’un partage avec soulte doit être assimilé à une cession à titre onéreux laquelle met fin au report d’imposition (RM RAMONET, JOAN 30 nov.2004, n°34405.


2. Plus-value de l’article 151 nonies-II du CGI

Le II de l’article 151 nonies du CGI prévoit un régime de report d’imposition des plus-values réalisées en cas de transmission à titre gratuit des parts d’une société dans laquelle l’associé exerce son activité professionnelle. Ce report est en outre assorti d’une exonération en cas de poursuite de l’activité pendant cinq ans.

Toutefois, en cas de nouvelle transmission à titre gratuit par l’un des bénéficiaires de la transmission avant l’expiration du délai de cinq ans, le report est maintenu.

Par ailleurs, en cas de partage avec soulte, dans le cadre d’une donation ou d’une indivision successorale, « une telle opération est considérée en principe comme une cession à titre onéreux qui aboutit à la remise en cause du report d’imposition. Cela étant, afin de ne pas pénaliser la transmission des entreprises, il sera admis que le report soit maintenu sous réserve que la donation et le partage soient réalisés au sein du même acte ou que le partage de l’indivision successorale se déroule avant l’expiration du délai maximal de dépôt de la déclaration prévue par l’article 641 du code général des impôts, soit une année à compter du décès. » (RM ANDRE, JO Senat 27 avr. 2006, n°22939)


Il ressort de ce qui précède qu’un partage avec soulte entrainait la remise en cause du report d’imposition de la plus-value prévue par les articles 41 et 151 nonies-II (Hors tolérance) du CGI


3. Aménagements apportés

Le législateur a récemment mis fin aux incertitudes qui résultaient en cas de partage avec soulte. En effet, les articles 80 et 81 de la loi de finances pour 2009 ont prévu expressément qu’en cas de partage avec soulte, le report d’imposition est maintenu si l’attributaire des biens prend l’engagement d’acquitter la plus-value à la date à laquelle l’un des événements mettant fin au report intervient.

Désormais, le report d’imposition est maintenu si l’attributaire des biens prend l’engagement d’acquitter la plus-value à la date :

  • de cession ou de cessation de l’entreprise, ou à la date de cession d’un de ces éléments si elle est antérieure, ou à la date de cession à titre onéreux de ses droits par un bénéficiaire, si la transmission a été placée sous le report d’imposition prévu à l’article 41 du CGI ;
  • de cession, de rachat, d’annulation ou de transmission ultérieure des droits, si la transmission a été placée sous le report d’imposition prévu à l’article 151 nonies du CGI.

Si les indivisaires ne souscrivent pas cet engagement, le ou les indivisaires ayant transmis leurs droits à celui d’entre eux qui poursuit l’exploitation seront imposés sur la quote-part de la plus-value constatée lors de la transmission à titre gratuit correspondant à leurs droits. En revanche, aucune imposition ne devrait être établi à l’égard de l’indivisaire qui poursuit l’exploitation dans la mesure où il n’a réalisé aucune cession au sens de l’article 41 ou de l’article 151 nonies, II du CGI. Sa plus-value constatée lors de la transmission à titre gratuit continue de bénéficier du report d’imposition.


EN PRATIQUE

En cas de partage d’une indivision successorale assorti d’une soulte, moins de cinq ans après la transmission à titre gratuit, la plus-value en report (en application des art. 41 ou 151 nonies-II) n’est pas remise en cause, si l’un des bénéficiaires de la transmission poursuit l’activité pendant la période restant à courir du délai de cinq ans.


QUID DE LA PLUS-VALUE ACQUISE ENTRE LA TRANSMISSION À TITRE GRATUIT ET LE PARTAGE POUR LE COÏNDIVISAIRE QUI SE RETIRE ?

Il ressort de la jurisprudence du Conseil d’Etat que la dévolution par le partage des éléments d’actif à celui des conjoints ou ex-conjoint qui poursuit la conduite de l’entreprise et qui les maintient au bilan de l’entreprise ne peut être regardée comme une cession susceptible de donner lieu à imposition des plus-values en vertu de l’article 38-1 du CGI (CE 28 juillet 1999 n° 162756, Welsch).

La haute juridiction a considèré ainsi que le partage des biens d’une communauté conjugale, même à charge de soulte, ne constituait pas une cession à titre onéreux, susceptible de donner lieu à imposition en application des dispositions de l’article 38 du CGI, dès lors que l’attributaire des éléments d’actif les maintient au bilan de l’entreprise individuelle.

L’administration en a tiré les conséquences. Interrogée dans le cadre d’une question ministérielle par un Sénateur sur les difficultés pratiques soulevées par la jurisprudence Welsch, le ministre du budget a précisé : « Dès lors que les biens sont maintenus à l’actif du bilan de l’entreprise individuelle, l’ex-époux(se) de l’exploitant(e) ne doit pas être imposé(e) au titre des plus-values professionnelles à l’occasion du partage de la communauté conjugale et, corrélativement, la soulte versée par l’ex-conjoint(e) poursuivant l’exploitation ne doit pas être considérée comme un complément du prix de revient des éléments maintenus à l’actif. Il appartient à l’ex-époux de prendre en considération, lors de la fixation du montant de la soulte, la fiscalité latente sur ces biens, dont sera seul redevable celui d’entre eux qui en poursuit l’exploitation » (RM Arnaud, JO Sénat du 15/05/2003, question n°6213).

Cette réponse ministérielle qui vise spécifiquement une indivision conjugale pourrait très bien s’appliquer également à notre situation d’indivision successorale.

Il s’ensuit que la plus-value acquise entre la transmission à titre gratuit et le partage ne devrait générer aucune plus-value pour l’indivisaire non attributaire ou retrayant.

newsletter de Fiscalonline

Art. 80 et 81 de la Loi de Finances pour 2009

n°2008-1425, JO 28 déc. 2008, p.20224


Publié le mardi 5 mai 2009

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Partage | Plus-value | Plus-value professionnelle | Transmission


 



Les articles les plus lus !
Prélèvement à la source de l’impôt : les mesures transitoires
Bercy commente la diminution du taux de l’impôt sur les sociétés et les mesures de coordination y attachées
Retenue à la source sur les dividendes de source française perçus par une société européenne : l’avocat général de la CJUE rend ses conclusions
TVA : précisions relatives aux prestations de services se rattachant à un immeuble
La CJUE retoque partiellement la CSPE et autorise « sous condition » son remboursement
Plus-value : les travaux de remplacement complet de l’installation électrique peuvent venir en majoration du prix d’acquisition
Les apports du décret du 29 Juin 2018 en matière de documentation de prix de transfert
Précision sur l’abattement sur les plus-values réalisées par les dirigeants de PME partant à la retraite
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018