Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Loi MUES
Grand débat national
Impôt sur le revenu 2019
PLF 2020
PLFR 2019
Loi de Finances rectificative 2020
Impôt sur le revenu 2020
Loi de Finances rectificative 2020-II
Loi de Finances rectificative 2020-III
Loi de Finances pour 2021
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Nouvelle donne pour le statut fiscal d’un associé professionnel interne d’une SEL ?

partager cet article

Qu’aussi, en vertu d’un protocole d’accord relatif à l’exercice en commun de la profession d’avocat au sein de la SEL, que le contribuable en question était rémunéré en rétrocession d’honoraires de cette société (sans minimum garanti), qu’il disposait d’un compte d’exploitation interne individuel relatif à son activité individuelle et demeurait responsable de conduire la relation avec sa clientèle. Il s’agissait donc, au cas particulier, de conditions d’exercice plus proches de celles d’un collaborateur libéral qu’usuellement de celles d’un API d’une SEL.

Qu’enfin, selon la Cour, il résulte de ce qui précède que ledit contribuable devait être « regardé comme ayant exercé son activité de manière indépendante même après son intégration à la société » et que « les rétrocessions d’honoraires versées au contribuable constituent des sommes versées par un tiers en contrepartie d’un service entrant dans le champ d’application de la TVA ».

Or, selon des principes bien établis, rappelés ci-avant, par la doctrine administrative, « la rémunération d’un API ne saurait être considérée comme entrant dans la catégorie de BNC compte tenu du fait qu’un API ne fournit pas de prestations de services en dehors de la société ».

Doit-on désormais considérer que les sommes versées à un API en rémunération de l’exercice de ses fonctions techniques doivent être assujetties à la TVA, car relevant de la catégorie des BNC ? Cette dernière considération de la Cour administrative d’appel de Nantes, implicitement confirmée par le Conseil d’Etat, a-t-elle été seulement prise au regard des circonstances particulières de la cause ou résulte-t-elle d’une appréciation plus générale en contradiction avec la doctrine administrative ? On peut logiquement s’interroger au vu des termes employés ci-avant. Pour autant, en raison de l’exclusivité d’exercice à laquelle est tenu un avocat associé d’une SEL à l’égard de cette dernière (soit de l’obligation - instituée par l’article 20 du décret précité du 25 mars 1993 - de consacrer l’ensemble de son activité à la société), on devrait considérer qu’il existe un lien de dépendance économique entre l’associé avocat et la SEL, dans laquelle il exerce, devant ainsi placer cette relation financière en dehors du champ d’application de la TVA, tel que défini par les dispositions de l’article 256 A du Code général des impôts.

  • et enfin, en raison du code de publication de l’arrêt en question au Recueil LEBON.

Le Conseil d’Etat a effectivement choisi de donner à cet arrêt un Code « C » de publication au Recueil LEBON, étant rappelé qu’un tel code de publication permet d’identifier l’importance jurisprudentielle d’une décision et qu’en l’occurrence, la lettre « C » signifie « décision inédite ne présentant pas d’intérêt jurisprudentiel particulier ».

Cependant, une relative prudence s’impose, quand il s’agit du statut fiscal ou social des rémunérations techniques versées à un associé professionnel d’une SEL, pour les raisons évoquées ci-avant.

Il est encore trop tôt pour se prononcer de manière certaine sur la portée de la décision commentée, à savoir s’il s’agit réellement ou non d’un arrêt de « principe » susceptible d’être ultérieurement opposé à tout API de SEL (quelle que soit la profession règlementée) ou, en d’autres termes, s’il peut ou non être analysé comme remettant définitivement en cause la doctrine administrative, assimilant à des salaires les rémunérations techniques versées à des API de SEL.

Avant d’en tirer des conclusions définitives pour les prochaines déclarations fiscales des revenus perçus par des API de SEL, il serait effectivement plus sage d’attendre d’avoir davantage de précisions sur la portée réelle de cet arrêt (qui pourraient provenir soit des Conclusions du Rapporteur public ou encore de commentaires de l’administration fiscale).

Cela étant, il convient désormais d’avoir à l’esprit que l’administration fiscale pourrait, sur le fondement de cet arrêt, être tentée de remettre en cause dans l’avenir les choix déclaratifs opérés par les API de SEL, et plus particulièrement de les priver de la déduction forfaitaire pour frais professionnels de 10 %, bénéficiant uniquement aux rémunérations imposées dans la catégorie des « traitements et salaires » et représentant un enjeu non négligeable pour l’administration fiscale.
Cette décision du Conseil d’Etat pourrait donc ne pas être sans conséquence pour les associés professionnels internes de SEL.

Si, dans l’avenir, la portée de « principe » de l’arrêt en cause était confirmée, elle mettrait fin à la disparité de traitement sur le plan social et fiscal des rémunérations des associés professionnels interne de SEL, qui suscite encore certaines interrogations.

Néanmoins, dans ce cas, cela ferait naître une nouvelle disparité sur le plan fiscal, dont la logique est encore discutable, entre :

  • la rémunération versée en contrepartie de l’exercice de fonctions techniques à un associé (gérant ou non) d’une Société Civile professionnelle, assujettie à l’impôt sur les sociétés, ou à un gérant majoritaire associé de SEL, relevant de l’article 62 du CGI, dont le montant imposable est déterminé comme en matière de traitements et salaires, permettant ainsi aux intéressés de bénéficier des mêmes avantages que les salariés, soit de la déduction forfaitaire de 10 % pour frais professionnels sur la rémunération perçue (après défalcation des cotisations sociales TNS y afférentes) ;
  • et la même rémunération versée à un associé non gérant d’une SEL, assujettie à l’impôt sur les sociétés, dont le montant imposable serait déterminé et imposé comme un bénéfice non commercial, ne permettant ainsi pas aux intéressés de bénéficier d’une déduction forfaitaire de 10 % pour frais professionnels sur la rémunération perçue (après défalcation des cotisations sociales TNS y afférentes).
A propos de l’auteur
  • Maitre Emmanuel Duvilla,
  • Avocat inscrit au Barreau de Lyon intervenant principalement en Droit des sociétés, Droit fiscal et Droit des professionnels libéraux.

Contacter l’auteur

- Me Emmanuel DUVILLA
- Mail : emmanuel.duvilla@wanadoo.fr
- Mob : 06 62 49 23 78
- Blog de l’auteur

newsletter de Fiscalonline

Chronique de Maître Emmanuel DUVILLA

Publié le lundi 6 janvier 2014
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Autres articles associés aux mots clés :  Revpro


 



Les articles les plus lus !
Impôt sur le revenu : les travaux qui affectent le gros oeuvre d’un bâtiment ne sont pas déductibles
TVA : le Gouvernement autorise l’abaissement à 100 € du seuil des achats en détaxe
ZRR : des députés proposent de reconduire pour 7 ans le dispositif d’exonération de charges sociales et fiscales
Le Gouvernement propose une nouvelle codification du droit applicable aux sociétés cotées à compter du 1er janvier 2021
La majoration de l’usufruit temporaire conduit à taxer un avantage occulte chez le nu-propriétaire
Quand le caractère fictif de la procédure de licenciement conduit à l’imposition de l’indemnité
Bruxelles présentera en octobre un plan d’action sur la fiscalité des entreprises pour le 21e siècle
Crédit d’impôt métier d’art : exclusion des charges de personnel exerçant des fonctions commerciales et d’encadrement
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2019/a>