Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Loi MUES
Grand débat national
Impôt sur le revenu 2019
PLF 2020
PLFR 2019
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Nouveau régime d’imposition des plus-values sur valeurs mobilières

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Nouveau régime d’imposition des plus-values sur valeurs mobilières




Après avoir été réformées l’an dernier, les règles d’imposition des plus-values sur valeurs mobilières sont à nouveau modifiées par la loi de finances pour 2014. Ces nouvelles dispositions s’appliqueront à l’imposition, en 2014, des plus-values réalisées en 2013 de sorte que les dispositions votées l’an dernier ne se seront, en fait, jamais appliquées.

Il convient de retenir que les plus-values sur valeurs mobilières sont imposables au barème progressif de l’impôt sur le revenu et non plus à taux forfaitaire. Le taux effectif d’imposition d’une plus-value sur valeurs mobilières dépend donc, d’une part, du montant de celle-ci et, d’autre part, des autres revenus du contribuable.

Par ailleurs, avant d’être ajoutées aux autres revenus pour être soumises au barème de l’impôt sur le revenu, certaines plus-values sur valeurs mobilières sont susceptibles d’être réduites d’un abattement pour durée de détention.

Cet abattement est applicable uniquement aux plus-values résultant de la cession d’actions, de parts de sociétés et de droits portant sur ces actions ou parts. Ainsi l’abattement pour durée de détention est susceptible de s’appliquer aux cessions de parts d’OPCVM (SICAV et FCP) investis à plus de 75% en actions. En revanche, les plus-values liées à la cession d’une obligation ou d’un OPCVM diversifié ne sont pas susceptibles de bénéficier d’un abattement.

L’abattement pour durée de détention est de 50% lorsque les actions, les parts ou les droits portant sur ces actions ou parts ont été détenus plus de deux ans. L’abattement est porté à 65% lorsque le délai de détention atteint 8 ans.

Soulignons que cet abattement est applicable pour l’imposition à l’impôt sur le revenu mais pas pour l’imposition aux prélèvements sociaux. Il n’est pas non plus applicable pour le calcul de la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus qui vise les personnes seules ayant un revenu supérieur à 250 000 € et les couples ayant un revenu supérieur à 500 000 €.

Compte tenu des prélèvements sociaux au taux global de 15,5% et de la quote-part de CSG déductible pour le calcul de l’impôt sur le revenu de l’année suivante, fixée à 5,1 points, le taux effectif d’imposition d’une plus-value ne pouvant bénéficier d’aucun abattement pour durée de détention est de 58,2% pour les contribuables imposés dans la tranche marginale à 45%. Pour ces contribuables, le taux effectif d’imposition est ramené à 35,7% en cas d’application de l’abattement pour durée de détention de 50% et à 28,9% en cas d’application de l’abattement pour durée de détention de 65%. Ces taux ne tiennent pas compte de la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus qui vient le cas échéant s’ajouter.

Au total, il apparaît donc que les plus-values sur valeurs mobilières sont très fortement taxées. Il est donc important de privilégier les enveloppes fiscales qui sont susceptibles de limiter voire de supprimer cette imposition.

C’est notamment le cas des PEA, dont le plafond de versements est relevé de 18 000 € par la loi de finances pour 2014 pour être porté à 150 000 €.

C’est aussi le cas du PEA destiné aux investissements sur les petites et moyennes entreprises et sur les entreprises de taille intermédiaire qui est créé par la loi de finances pour 2014, dont le plafond de versement est de 75 000 € et qui peut être cumulé avec le PEA « classique ».

Précisons à cet égard que la fiscalité du PEA PME ETI est identique à celle du PEA classique. Ainsi, les plus-values réalisées à l’intérieur du plan sont exonérées d’impôt sur le revenu sous réserve que le plan soit conservé au moins 5 ans. Seuls les prélèvements sociaux sont dus lors du retrait.

Enfin, c’est le cas des contrats d’assurance-vie et de capitalisation qui permettent d’échapper à l’imposition des revenus encaissés et des plus-values réalisées à l’intérieur du contrat et qui n’entraînent une imposition à l’impôt sur le revenu qu’en cas de retrait. Au surplus, en cas de retrait sur un contrat d’assurance-vie le souscripteur peut opter pour un prélèvement libératoire dont le taux dépend de la durée écoulée depuis la souscription du contrat et qui est limité à 7,5% après 8 ans, soit après prise en compte des prélèvements sociaux (15,5%) une imposition totale de 23%.

Outre ces modifications concernant les plus-values sur valeurs mobilières « classiques » la loi de finances modifie le régime d’imposition qui était applicable aux dirigeants PME faisant valoir leurs droits à la retraite. L’exonération est supprimée à compter de l’imposition des plus-values réalisées en 2014 et est remplacée par des abattements majorés. Ces abattements majorés s’appliqueront également, sous certaines conditions, aux cessions de titres réalisées à l’intérieur du groupe familial et aux cessions de titres de sociétés qui étaient des PME ayant moins de 10 ans d’existence au moment ou le contribuable avait acquis ou souscrit ses titres.

A propos de Lazard Frères Gestion


Lazard Frères Gestion est la société de gestion d’actifs française du groupe Lazard créé en 1848 à la Nouvelle-Orléans (187 milliards de dollars d’actifs dans le monde). Elle bénéficie des moyens d’une grande maison de gestion internationale : présence sur toutes les grandes classes d’actifs, implantation sur les zones géographiques majeures, ainsi qu’une équipe de recherche mondiale composée de 50 analystes dédiés à la gestion d’actifs. Forte de plus d’une centaine de collaborateurs, elle gère à Paris 14,1 milliards d’euros pour compte de tiers institutionnels et privés. La gestion financière et le conseil en investissement constituent son cœur de métier.




newsletter de Fiscalonline

Article de Lazard Frères Gestion

Publié le mardi 4 mars 2014

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Lois de Finances | Plus-value | PVMOB


 



Les articles les plus lus !
La baisse du taux du droit de partage à 1,1% aura bien lieu
Les députés légalisent l’indemnisation des aviseurs fiscaux et étendent leur champ d’intervention
Le droit de partage en cas de divorce serait ramené à 1,8% en 2020 puis à 1,1% en 2021
Collecte par Bercy des données rendues publiques par les utilisateurs de plateformes en ligne : les députés restreignent le champ de l’expérimentation
Mention expresse et dispense des intérêts de retard : il faut des éléments précis et circonstanciés
CFE 2019 : entrée en vigueur de l’exonération de cotisation minimum des contribuables à faible chiffre d’affaires
Bercy précise le régime de TVA des prestations de services afférentes à des opérations d’assurance effectuées par un intermédiaire
Recentrage écologique et prorogation pour trois ans de la déduction fiscale « Cosse »
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2019/a>