Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Montant des allocations familiales à compter du 1er juillet 2015

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Montant des allocations familiales à compter du 1er juillet 2015

A compter du 1er juillet prochain, le montant des allocations familiales sera proportionné au niveau de revenus d’une famille.

Un décret a précisé les seuils à partir desquels ces allocations seront significativement diminuées :

  • Elles seront divisées par deux pour ceux dont le revenu fiscal de référence (RFR) (cf. votre feuille d’imposition) dépasse le seuil de 55 950 € + 5 595 € par enfant à charge, soit 5 595 € de revenu fiscal par mois pour un foyer avec deux enfants,
  • Elles seront divisées par quatre pour ceux dont le RFR dépasse 78 300 €, majorés de 5 595 € par enfant à charge, soit 7 457 € de revenu fiscal par mois pour un foyer avec deux enfants.

Même si un dispositif de « lissage » est prévu pour éviter que les familles dont le revenu excède de peu ces plafonds ne soient trop pénalisées, la mise en place de ces nouvelles règles peut aboutir à une baisse significative d’un flux non imposable et non soumis aux prélèvements sociaux.

Pour information, le montant « normal » des allocations familiales de base (cf. tableau ci-dessous) dépend de l’âge des enfants et de la composition de la famille, avec une possible majoration pour les enfants de plus de 14 ans.

Notez que lorsqu’un enfant atteint l’âge de 20 ans, il cesse en principe d’être compté à charge. 

Situation familiale Montant des allocations mensuelles de base
2 enfants 129,35 €
3 enfants 295,05 €
4 enfants 460,77 €
Par enfant supplémentaire 165,72 €
Majoration pour enfant de plus de 14 ans 64,67 €

 

Exemple :


 Une famille avec 3 enfants, dont 2 âgés de plus de 14 ans, perçoit actuellement 5 092 € par an. Ces allocations seront respectivement réduites à 2 546 € ou 1 273 € si ses ressources excèdent 72 735 € ou 100 671 €.

IMPORTANT


La seule solution pour ne pas subir ces évolutions est de limiter votre revenu fiscal de référence. C’est possible pour les revenus du patrimoine mais délicat pour les autres revenus (salaires, retraites...).

Il faut donc déduire certaines charges pour limiter le revenu pris en compte (déficits fonciers, pensions alimentaires, grosses réparations payées par le nu-propriétaire..., sauf versements sur un PERP).

Notez que le RFR peut évoluer significativement d’une année sur l’autre car il prend en compte les plus-values mobilières (sur titres) ou immobilières.




www.fidroit.fr

newsletter de Fiscalonline

Fiche technique du 16 juin 2015

Publié le mardi 16 juin 2015

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Anoter


 



Les articles les plus lus !
Le gouvernement précise "a minima" les conditions permettant de déterminer le caractère animateur d’une holding
Prélèvements sociaux sur les locations de biens meubles et immeubles : l’assemblée nationale restaure en commission le texte adopté en première lecture
Vers une obligation des plateformes en ligne à déclarer au fisc des revenus de leurs utilisateurs ?
Bruxelles propose l’application du taux réduit de TVA sur le livre numérique et la presse en ligne
PLFR2016 : Taxe « YouTube » : nouvelle offensive des députés en commission
La Cour des Comptes révèle que les aides de l’État à l’accession à la propriété sont de moins en moins efficaces
« De Ruyter » : pas de remboursement des sommes indument versées au titre de la CSG-CRDS aux résidents hors EEE
Conditions dans lesquelles certains fonds d’investissement peuvent octroyer des prêts aux entreprises
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016