Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Modification des seuils d’effectifs conditionnant plusieurs dispositifs fiscaux : le Gouvernement précise son projet

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Dans le cadre du projet de loi « Pacte » le Gouvernement propose en complément des dispositions de l’article 6 du projet de loi visant à regrouper les seuils sur les niveaux de 11, 50, 250 salariés d’alléger et de simplifier les obligations afférentes aux seuils d’effectifs qui conditionnent plusieurs dispositifs fiscaux.

Pour mémoire, l’article 6 propose de supprimer le seuil de 20 salariés à l’exception du seuil d’obligation d’emploi de travailleurs handicapés (OETH) qui ne sera pas concerné par la mesure.

D’autres seuils seraient réhaussés à 50 salariés :

  • participation de l’employeur à l’effort de construction (PEEC)
  • taux plein pour la contribution au Fonds national de l’aide au logement (FNAL)
  • obligation d’un règlement intérieur dans l’établissement
  • mise en place obligatoire d’un local de restauration
  • taxe pour le développement des indus- tries de l’ameublement et des industries du bois.

Les seuils de 10, 25, 100, 150, 200 salariés seraient supprimés. A l’avenir, le nombre de seuils d’effectifs susceptibles de s’appliquer serait limité à trois : moins de 11, de 50 ou de 250 salariés.

Les modes de calcul des effectifs seraiennt harmonisés sur celui du Code de la sécurité sociale.

Afin de protéger les entreprises dont les effectifs fluctuent, les obligations seraient effectives uniquement lorsque le seuil sera franchi pendant 5 années civiles consécutives.


Dans le cadre de l’examen du projet de loi par la Commission spéciale sur la croissance et la transformation des entreprises, cette dernière a adopté un amendement du Gouvernement (n°2313) intégré après l’article 6 visant à « alléger et de simplifier les obligations afférentes aux seuils d’effectifs qui conditionnent plusieurs dispositifs fiscaux ».

Seule l’exonération de cotisation foncière des entreprises (CFE) pour les sociétés coopératives agricoles, les unions de coopératives agricoles et les sociétés d’intérêt collectif agricole continuerait de faire référence à un seuil de 3 salariés, hormis si les communes et établissements publics de coopération intercommunale concernés ont pris une délibération permettant le relèvement de ce seuil à moins de 11 salariés. Ce relèvement facultatif du seuil d’effectif se justifie par le nécessaire respect du principe de libre administration des collectivités territoriales.

Par ailleurs, afin d’alléger la contrainte administrative il est désormais prévu d’appliquer, dans tous les dispositifs fiscaux, le même mode de calcul de l’effectif que celui retenu par le I de l’article L. 130‑1 du code de la sécurité sociale. Seul le seuil de 250 salariés continuerait d’être décompté selon des modalités spécifiques pour satisfaire à des exigences communautaires.

Désormais, seul le dépassement d’un seuil pendant cinq années consécutives remettra en cause les avantages fiscaux conditionnés à son respect.

Au cas particulier du crédit d’impôt pour certains investissements réalisés et exploités en Corse prévu à l’article 244 quater E du CGI, le présent amendement prévoit une mesure spécifique pour limiter les effets liés au franchissement du seuil d’effectif ouvrant droit au taux majoré de 30 %. En effet, le crédit d’impôt ne constituant pas, contrairement aux autres dispositifs, un avantage fiscal pluriannuel, il est prévu que le franchissement de ce seuil au cours de l’exercice de réalisation d’un investissement éligible ne remet pas en cause le crédit d’impôt au titre de cet investissement.

Ces dispositions s’appliquent aux régimes fiscaux suivants :

  • l’exonération d’impôt sur les bénéficies dans les zones de revitalisation rurale (article 44 quindecies du CGI) ;
  • l’exonération d’impôt sur les bénéfices dans les zones franches urbaines – territoires entrepreneurs (article 44 octies A du CGI) ;
  • l’option pour le régime des sociétés de personnes (article 239 bis AB du CGI) ;
  • le crédit d’impôt pour certains investissements réalisés et exploités en Corse (article 244 quater E du CGI) ;
  • l’exonération de CFE pour les sociétés coopératives agricoles, les unions de coopératives agricoles et les sociétés d’intérêt collectif agricole (articles 1451 et 1464 E du CGI) ;
  • l’exonération de CFE dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville (article 1466 A du CGI) ;
  • le crédit d’impôt de CFE en faveur des micro-entreprises situées dans une zone de restructuration de la défense (article 1647 C septies du CGI).


    Projet de loi "PACTE"

newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 9 septembre 2018

Publié le lundi 10 septembre 2018

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | Fiscalité des entreprises | mafiscalite


 



Les articles les plus lus !
Réduction d’impôt « Pinel » : la Commission des Finances rétablit l’interdiction de mise en location à un ascendant ou à un descendant
La Commission des Finances est favorable à l’imposition des gains de cession de « bitcoin » au PFU à 30%
Modalités de calcul d’une plus-value d’un bien acquis en nue-propriété moyennant rente viagère
PLF 2019 (partie II) : Florilège d’amendements adoptés en Commission des Finances
La Commission des Finances institue un abus de droit fiscal « à deux étages »
Comité de l’abus de droit fiscal : quel que soit le sens de l’avis la charge de la preuve pèsera uniquement sur l’administration
Plus-value immobilière : ces indices qui font tomber l’exonération « résidence principale »
Un projet de budget rectificatif pour 2018 sans aucune disposition fiscale
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018