Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Modalités de déclaration fiscale de l’auto-entrepreneur

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Modalités de déclaration fiscale de l’auto-entrepreneur

Impôt sur le revenu


L’auto-entrepreneur reste en principe soumis aux conditions normalement applicables en matière d’impôt sur le revenu.

Il doit alors déclarer, sur l’imprimé complémentaire 2042 C, le total des recettes qu’il aura tiré de son activité au cours de l’année écoulée, dans les cases suivantes :

- 5 KO s’il exerce une activité de nature commerciale ;

- 5 KP s’il exerce une activité artisanale ou de services imposable dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) ;

- 5 HQ s’il exerce une activité de services imposable dans la catégorie des bénéfices non commerciaux (BNC) (ce qui englobe surtout les activités libérales).

Sur ce montant, les services des impôts appliqueront un abattement correspondant à des charges forfaitaires en fonction de la catégorie d’activité, à savoir :

- 71 % pour les activités de nature commerciale (achat-vente, restauration, prestations d’hébergement...) ;
- 50 % pour les activités de nature artisanale ou de prestations de service BIC ;
- 34 % pour les activités de prestations de service BNC affiliées à la Caisse interprofessionnelle de prévoyance et d’assurance vieillesse (CIPAV) pour la retraite.

L’impôt progressif sera alors calculé sur le résultat forfaitaire en même temps que sur les éventuels autres revenus du foyer fiscal.


L’auto-entrepreneur détient cependant la possibilité d’opter pour un versement libératoire de l’impôt dû au titre du revenu tiré de l’activité, si le revenu de référence de son foyer fiscal, par part de quotient familial, est inférieur à 26 030 euros en 2009 (pour une option exercée au titre de 2011) ou à 26 420 euros en 2010 (pour une option exercée au titre de 2012).

Dans ce cas, l’auto-entrepreneur pourra bénéficier d’un taux d’imposition proportionnel à son chiffre d’affaires de :

-  1 % pour les entreprises dont l’activité principale est de vendre des marchandises, objets, fournitures et denrées à emporter ou à consommer sur place ou de fournir un logement ;
- 1,7 % pour les entreprises dont l’activité principale est de fournir des prestations de services à caractère industriel, commercial ou artisanal, dont les revenus sont imposables dans la catégorie des BIC ;
- 2,2 % pour les activités dont les revenus sont imposables dans la catégorie des BNC (c’est-à-dire essentiellement les activités libérales relevant de la CIPAV).

Cet impôt forfaitaire le libère de l’impôt sur le revenu exigible au titre des résultats de son activité d’auto-entrepreneur (à l’exception des plus ou moins-values provenant de la cession des immobilisations affectées à son exploitation, qui demeurent imposables dans les conditions habituelles).

Son paiement intervient trimestriellement ou mensuellement, avec celui des cotisations et contributions sociales en fonction de l’option choisie.

L’auto-entrepreneur choisissant le versement libératoire devra cependant reporter, pour mémoire, le montant du chiffre d’affaires ou de ses recettes réalisés au cours de l’année dans le cadre approprié de l’imprimé complémentaire 2042 C de la déclaration de revenu du foyer, à partir de mai de l’année suivante.

Ainsi, dans la déclaration de revenu de 2010 souscrite en 2011, les cases suivantes devaient être servies :

- case 5 TA pour une activité de nature commerciale ;
- case 5 TB pour une activité artisanale ou de services imposable dans la catégorie des BIC ;
- case 5 TE pour une activité de services imposable dans la catégorie des BNC (essentiellement les activités libérales relevant de la CIPAV).

Cette information sera retenue pour la détermination du revenu de référence du foyer de l’année n, utile pour apprécier si l’auto-entrepreneur reste éligible à ce type de versement libératoire, au titre de l’année n + 2.

Source : Réponse ministérielle Pierre Morel-A-L’Huissier du 20 décembre 2011

newsletter de Fiscalonline

Fiche technique du 27 décembre 2011

Publié le mardi 27 décembre 2011

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Auto-entrepreneur | Revpro


 



Les articles les plus lus !
Cession de crypto-actifs : le Gouvernement ne suit pas le Conseil d’Etat et propose une imposition au PFU à 30%
Déductibilité des charges afférentes à un logement resté vacant : il faut justifier de la volonté réelle de le louer
Réduction d’impôt « Pinel » : la Commission des Finances rétablit l’interdiction de mise en location à un ascendant ou à un descendant
PLF 2019 (partie II) : Florilège d’amendements adoptés en Commission des Finances
La Commission des Finances institue un abus de droit fiscal « à deux étages »
La Commission des Finances est favorable à l’imposition des gains de cession de « bitcoin » au PFU à 30%
Comité de l’abus de droit fiscal : quel que soit le sens de l’avis la charge de la preuve pèsera uniquement sur l’administration
Taux de l’impôt sur les sociétés de 2018 à 2022
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018