Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Loi MUES
Grand débat national
Impôt sur le revenu 2019
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Modalités d’application des règles de dénonciation de l’option à la TVA sur les loyers article

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Modalités d’application des règles de dénonciation de l’option à la TVA sur les loyers

Texte de la question

Mme Arlette Grosskost attire l’attention de M. le ministre délégué auprès du ministre de l’économie et des finances, chargé du budget, sur les difficultés d’application des règles de dénonciation de l’option à la TVA exercée dans le cadre de l’article 260, 2°, du code général des impôts.

En application de cet article, les bailleurs de locaux nus à usage professionnel peuvent opter pour l’assujettissement du bail à la TVA. D’un point de vue fiscal, cette option peut être exercée sans l’accord du preneur si ce dernier est lui-même assujetti à la TVA. Néanmoins, les juridictions judiciaires considèrent que l’assujettissement du loyer à la TVA ne peut pas être imposé au preneur dès lors qu’il n’est pas stipulé dans le bail que le loyer est assujetti dès l’origine à la TVA ou que le bailleur se réserve la faculté d’opter pour ce régime en cours de contrat. Certains bailleurs se retrouvent ainsi dans une situation délicate : l’option exercée pour l’assujettissement des loyers à la TVA est valable fiscalement mais le bailleur ne peut pas collecter cette TVA chez le preneur si ce dernier s’y oppose. Or une fois l’option exercée, elle est valable pour une durée de neuf ans sans possibilité de la remettre en cause.

Le bailleur devrait avoir la possibilité de dénoncer cette option avant le délai de neuf ans s’il apparaît qu’il ne peut pas collecter la TVA auprès du preneur.

Elle demande quelles sont les solutions proposées par le Gouvernement pour remédier à cette situation.


Texte de la réponse

Les locations de locaux nus à usage professionnel sont exonérées de taxe sur la valeur ajoutée (TVA) en application de l’article 261 D-2° du code général des impôts (CGI).

Toutefois, le bailleur a la possibilité d’exercer l’option prévue par l’article 260-2° du CGI pour la taxation des loyers à la TVA.

Dans ce cas, la loi prévoit que cette option doit figurer dans le contrat uniquement lorsque des locaux nus à usage professionnel sont loués au profit d’une personne non assujettie à la TVA. Il s’ensuit qu’il n’y a aucune obligation de la mentionner dans le contrat lorsque le preneur est assujetti. Un différend ne relevant pas du droit fiscal et opposant un bailleur et un preneur assujetti qui porterait sur le point de savoir si le loyer sans mention de la taxe s’entend toutes taxes comprises ou hors taxe ne peut conduire à considérer que dans cette situation le bailleur est mis dans l’impossibilité de collecter la taxe.

La jurisprudence résultant des arrêts du Conseil d’Etat respectivement rendus le 14 ddécembre 1979 n° 11798 Comité de propagande de la banane et le 28 juillet 1993 n° 62865 SA Mitsukoshi France a vocation à s’appliquer dans ce cas.

Dès lors, sauf stipulations contraires, le montant du loyer doit être considéré comme toutes taxes comprises.

Par ailleurs, il convient de rappeler que les modalités de la dénonciation de l’option prévue à l’article 260-2° du CGI ont été assouplies par l’article 2 du décret n° 2010-10758 du 10 septembre 2010, codifié à l’article 194 de l’annexe II au CGI.

Ainsi, l’option peut dorénavant être dénoncée à partir du 1er janvier de la neuvième année civile qui suit celle au cours de laquelle elle a été exercée, et non plus à l’issue d’une période de neuf années à laquelle s’ajoute celle au cours de laquelle l’option a été déclarée. En outre, lorsque le redevable a obtenu un remboursement de crédit de TVA au cours ou à l’issue d’une période d’option, celle-ci n’est plus reconduite de plein droit.

newsletter de Fiscalonline

Réponse ministérielle Grosskost du 16 juillet 2013, JOAN, question n°23131

Publié le vendredi 19 juillet 2013

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Location


 



Les articles les plus lus !
Report d’imposition de la plus-value d’apport de titres : nouveaux aménagements proposés par le Gouvernement
Cession de l’usufruit temporaire de parts de société à l’épreuve de l’acte anormal de gestion
La qualification de holding animatrice ne saurait être subordonnée à une prise de participation majoritaire
Retenue à la source applicable à certaines sociétés étrangères : le Conseil d’Etat censure le mode de calcul désavantageux de l’article 115 quinquies du CGI
La mise en demeure de déposer la déclaration des revenus du défunt doit être adressée à tous les héritiers
Les titulaires de pensions de vieillesse ou de la carte d’invalidité ne peuvent bénéficier de l’exonération de plus-value en cas de cession de parts de SCI
Taxe GAFA : une approche imparfaite et nécessairement transitoire selon Syntec Numérique
Bercy commente la renonciation à l’option à l’impôt sur les sociétés des sociétés de personnes
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2019/a>