Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Mesures fiscales en faveur des activités économiques situées dans les ZRU

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Question

Mr Jean-Jack Queyranne avait par unequestion en date du 5 mai 2003 appelé l’attention du ministre délégué à la ville et à la rénovation urbaine sur les conséquences de la non-reconduction par le Gouvernement des mesures fiscales en faveur des activités économiques situées dans les zones de redynamisation urbaine.

Ainsi sur la commune de Bron, le classement en ZRU au cours de l’année 1997, de deux sites Bron-Parilly et Bron-Terraillon, a permis aux entreprises présentes sur ces quartiers de bénéficier d’exonérations fiscales et sociales pour une durée moyenne de cinq ans. En 2003, ces entreprises et tout particulièrement les petits commerçants, les artisans, les professions libérales, entrent dans leur dernière année d’exonération. Le processus initié par les précédents gouvernements en matière de politique de la ville n’a pas provoqué encore tous les effets escomptés tant en matière économique pour le développement des activités qu’en matière sociale pour l’intégration des populations. Si les exonérations n’étaient pas prorogées, de nombreuses activités risquent de quitter ces quartiers, menaçant par là les efforts engagés pour assurer leur revitalisation.

En conséquence, il lui demandait quelles mesures le Gouvernement entendait prendre pour maintenir les aides fiscales dans les zones de redynamisation urbaine et dans quelles conditions celles-ci pourraient notamment bénéficier du statut de zones franches urbaines.


Réponse du ministre

Pour favoriser le maintien et le développement des activités économiques et de l’emploi dans les quartiers classés par décrets du 26 décembre 1996, en zones de redynamisation urbaine,la loi n° 96-987 du 14 novembre 1996 relative à la mise en oeuvre du pacte de relance pour la ville, a institué un dispositif spécifique d’exonérations fiscales et sociales pour les entreprises présentes dans ces quartiers le 1er janvier 1997 ainsi que pour celles qui s’y sont créées ou implantées avant le 1er janvier 2002.

Ce régime a été amélioré par la loi de finances initiale pour 2002.

D’une part, les entreprises implantées dans ces quartiers avant le 1er janvier 2002 bénéficient d’une prolongation de la durée de l’exonération de la taxe professionnelle, initialement accordée pour une durée maximale de cinq ans à taux plein, sur trois ans et de manière dégressive (60 %, 40 %, 20 %). En effet, l’aménagement d’une sortie progressive de l’exonération est apparu nécessaire compte tenu des caractéristiques du tissu économique de proximité de ces quartiers, à la fois souvent peu dense et fragile et dont le maintien et le développement sont indispensables à l’amélioration de la qualité de vie dans ces quartiers et au développement de leur attractivité.

D’autre part, les créations et implantations d’entreprises qui interviennent dans ces quartiers d’ici le 31 décembre 2004 bénéficient de l’exonération de taxe professionnelle pour leurs établissements de moins de 150 salariés, à taux plein pendant une durée de cinq ans. Cette exonération est intégralement compensée par l’Etat aux collectivités et groupements concernés. Par ailleurs, les artisans, les commerçants et les chefs d’entreprises artisanales et commerciales ayant la qualité de travailleur indépendant qui exercent leur activité dans ces quartiers au 1er janvier 2002 ou qui se créent ou s’y implantent d’ici le 31 décembre 2004 bénéficient d’une exonération de leurs cotisations sociales personnelles maladie maternité, pendant une durée de cinq ans à taux plein.

Enfin, les entreprises implantées dans ces quartiers et qui réalisent des embauches accroissant leur effectif peuvent bénéficier d’une exonération des cotisations sociales patronales de sécurité sociale pendant douze mois et jusqu’à 1,5 SMIC par mois. Cette mesure n’est pas limitée dans le temps. Le caractère incitatif de ce dispositif d’exonérations fiscales et sociales contribue à la dynamique de revitalisation économique et commerciale de ces quartiers. De manière complémentaire à ces exonérations et aux interventions économiques des collectivités territoriales, deux dispositifs d’aides directes de l’Etat permettent également de soutenir les actions d’animation économique conduites dans ces quartiers, les projets de création et d’investissement des entreprises, ainsi que les opérations de restructuration de pôles d’activités économiques de ces quartiers. Il s’agit, d’une part, du fonds de revitalisation économique (FRE) du ministère de la ville, géré par le préfet dans chaque département, d’autre part, du fonds d’intervention pour les services, l’artisanat et le commerce (FISAC) qui relève du ministre chargé du commerce et de l’artisanat.

newsletter de Fiscalonline

Réponse ministérielle Queyranne du 11 août 2003

Question n°17621


Publié le lundi 15 septembre 2003

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés : 


 



Les articles les plus lus !
Déductibilité des charges afférentes à un logement resté vacant : il faut justifier de la volonté réelle de le louer
Réduction d’impôt « Pinel » : la Commission des Finances rétablit l’interdiction de mise en location à un ascendant ou à un descendant
PLF 2019 (partie II) : Florilège d’amendements adoptés en Commission des Finances
Cession de crypto-actifs : le Gouvernement ne suit pas le Conseil d’Etat et propose une imposition au PFU à 30%
La Commission des Finances est favorable à l’imposition des gains de cession de « bitcoin » au PFU à 30%
Modalités de calcul d’une plus-value d’un bien acquis en nue-propriété moyennant rente viagère
La Commission des Finances institue un abus de droit fiscal « à deux étages »
Comité de l’abus de droit fiscal : quel que soit le sens de l’avis la charge de la preuve pèsera uniquement sur l’administration
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018