Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2016 : impact sur la gestion du personnel

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2016 : impact sur la gestion du personnel

JPEG - 12.3 ko

La Loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) pour 2016, qui a été adoptée le 30 novembre 2015, prévoit un certain nombre de mesures impactant directement la gestion de la paie et du personnel.

Le groupe de travail Social de Baker Tilly France vous présente certaines de ces mesures.

L’extension du taux réduit de la cotisation allocations familiales

Pour rappel, depuis le 1er janvier 2015, les rémunérations inférieures à 1,6 SMIC bénéficient d’un taux réduit de cotisations allocations familiales, soit 3,45 % au lieu de 5,25 %.

Au 1er avril 2016, ce taux réduit de 3.45 % va s’étendre aux rémunérations inférieures à 3,5 SMIC (5 133 € brut mensuel).

Rémunération annuelle 2016 Taux de la cotisation d’allocations familiales en 2016 : Rémunérations versées du 1er janvier au 31 mars 2016Taux de la cotisation d’allocations familiales en 2016 : Rémunération versées du 1er avril au 31 décembre 2016
Supérieure à 3.5 SMIC Taux normal (5.25%) Taux normal (5.25%)
Inférieure ou égale à 3.5 SMIC mais supérieure à 1.6 SMIC Taux normal (5.25%) Taux réduit (3.45%)
Inférieure ou égale à 1.6 SMIC Taux réduit (3.45%) Taux réduit (3.45%)
En synthèse :
  • Une baisse réelle du taux de charges patronales de 1,8 % pour tous les salaires inférieurs à 5 133 € bruts par mois ou 61 600 € par an.
  • Mais une difficulté d’application pratique, le niveau de la rémunération s’examinera par rapport au SMIC annuel depuis le 1er janvier, alors que la mesure est à effet au 1er avril.

Le Décret du 30 décembre 2015 et la circulaire ACOSS du 29 décembre 2015 ont mis en place et précisé un système adapté aux contrats dits « précaires » et créé un nouveau dispositif : le « chèque santé »

Depuis le 1er janvier 2016, tout salarié du secteur privé doit être obligatoirement affilié à un régime collectif frais de santé.

Mais qu’en est-il de certains salariés qui, par leur précarité, se posaient la question de l’application de cette nouvelle loi ?

La LFSS pour 2016, par le biais du Décret, a créé un régime dérogatoire pour les salariés en CDD courts (moins de 3 mois) ou à temps très partiel CDD ou CDI (employeurs-multiples et/ou temps inférieur ou égal à 15 heures/semaine) :

  • ces salariés précaires pourront être dispensés de l’obligation d’affiliation au régime collectif de leur entreprise :
    • soit parce qu’ils sont déjà dispensés de droit (nb : le décret du 30/12/2015 indique que les cas de dispense suivants sont désormais d’ordre public) : en justifiant, au choix, qu’ils ont déjà une couverture individuelle de santé jusqu’à l’échéance du contrat individuel, qu’ils bénéficient de la couverture maladie complémentaire (CMU) ou d’une aide à l’acquisition d’une assurance complémentaire santé (ACS), d’une couverture collective et obligatoire, y compris en tant qu’ayant droit, ou d’une couverture complémentaire donnant lieu à la participation financière d’une collectivité publique.
    • soit que l’adhésion à la mutuelle de l’entreprise les conduirait à s’acquitter d’une cotisation au moins égale à 10 % de leur rémunération brute.
    • soit parce qu’ils en font expressément la demande auprès de l’employeur :
  • et, s’ils en font la demande auprès leur employeur, ces salariés pourront recevoir de ce dernier une somme dédiée au financement de leur couverture individuelle frais de santé, appelée « Chèque santé ».

Concernant le « chèque santé », le Décret a fixé une méthode de calcul de cette prise en charge mensuelle par l’employeur et ce, afin d’éviter tout abus :

  • En premier, la détermination du montant dit de « référence » par 3 méthodes différentes :
    • soit en prenant la contribution qu’aurait versé l’employeur pour la catégorie (le collège) de salarié concerné par rapport au salaire ;
    • soit, si cela ne peut être déterminé pour une catégorie, en retenant un montant de référence fixé à 15 euros (5 euros pour le régime local spécifique d’Alsace Moselle) ;
    • soit, si le montant de la contribution employeur est en tout ou partie forfaitaire, en appliquant un coefficient sur la part forfaitaire calculée comme suit : Montant de référence = montant de la contribution x (nbre d’H mensualisées ??? 151.67H) 151,67
  • Puis, il est appliqué à ce montant obtenu de « référence » une majoration différente selon que :
  • le salarié concerné est en CDI (temps très partiel= moins de 15H/semaine) de 105%,
  • ou en CDD de moins de 3 mois ou à temps très partiel (moins de 15H/semaine) et dans ce cas peu importe la durée du CDD de 125%.
Exemple n°1 d’une contribution non forfaitaire :
  • Un salarié en CDD de moins de 3 mois perçoit 1500€/mois
  • L’employeur participe à hauteur de 1% du salaire dans la société
  • Le montant de référence est de 15€ (1% de 1500€)
  • A ce montant de référence de 15€, on va appliquer la majoration de 125%
  • Total= le salarié percevra par mois 18.75 € (15 euros x 125%) de participation

Exemple n°2 d’une contribution forfaitaire à 20 euros :

  • Un salarié en CDD de moins de 3 mois à 35H perçoit 1500 euros /mois
  • L’employeur participe forfaitairement à hauteur de 20 euros par salarié
  • Le montant de référence est de 20 euros = 20x (151.67)/151.67
  • A ce montant de référence de 20 euros, on va appliquer la majoration de 125%
  • Total= le salarié percevra par mois 25 euros (20 euros x 125%) de participation

Exemple n°3 d’une contribution forfaitaire à 20 euros pour un CDD de 15 jours :

Un salarié en CDD de 15 jours à 35H (7H/jour) perçoit 1500 euros /mois L’employeur participe forfaitairement à hauteur de 20 euros par salarié Le montant de référence est de 13.84 euros = 20x (7x15)/151.67 A ce montant de référence de 13.84 euros, on va appliquer la majoration de 125% Total= le salarié percevra par mois 17,30 euros (13.84€ x 125%) de participation

A noter : dans tous les cas, le montant de référence ne pourra pas être inférieur à 15 euros/mois (5 euros pour le régime local spécifique d’Alsace Moselle).

Concernant le régime social du « Chèque santé », il est identique à celui applicable aux contributions patronales finançant le régime de frais de santé :

  • il est assujetti à la CSG (7,5%) et à la CRDS (0,5%) dès le 1er euro,
  • et à compter de 11 salariés, il est assujetti au forfait patronal de prévoyance de 8%.

Un accord de branche ou, à défaut, un accord d’entreprise pourra prévoir que l’obligation de généralisation de la couverture frais de santé sera assurée par ce dispositif, pour les salariés dont la durée du contrat ou la durée du travail prévue par celui-ci sera inférieure à des seuils fixés par l’accord, dans la limite de plafonds fixés par décret.

L’employeur pourra également, jusqu’au 31 décembre 2016, par décision unilatérale, assurer la couverture de ces salariés aux conditions et limites susvisées, sauf si les salariés sont déjà couverts à titre collectif et obligatoire.

Modulation des redressements URSSAF relatifs à la protection sociale complémentaire

A compter du 1er janvier 2016, l’inspecteur de l’URSSAF pourra rendre proportionnel le redressement opéré sur les contributions patronales de prévoyance (prévoyance et frais de santé) et de retraite supplémentaire en fonction de la gravité du manquement de l’employeur.

En effet, si l’employeur a bien mis en place le ou les régimes de frais de santé, prévoyance et de retraite supplémentaire et respecté les conditions de caractère collectif et obligatoire de ces régimes, il bénéficie d’une exonération plafonnée de cotisations sociales sur les contributions qu’il verse.

Jusqu’à présent, si les régimes existants ne remplissaient pas ces conditions, l’URSSAF assujettissait à cotisations la totalité des contributions patronales requalifiées en rémunérations. Les redressements opérés par les URSSAF pouvaient représenter des montants importants alors qu’ils trouvaient leur origine dans des erreurs de nature et de gravité différentes, allant du défaut de fourniture de pièces justificatives à l’erreur de droit manifeste.

La LFSS 2016 a rectifié cette « injustice », en indiquant, pour tout contrôle engagé à partir du 1er janvier 2016, la possibilité pour les agents de l’URSSAF de rendre proportionnels les redressements en fonction de la gravité du manquement de l’employeur et en fixant également un montant maximal.

Désormais, l’inspecteur du recouvrement calculera le montant du redressement sur la seule base des sommes faisant défaut ou excédant les contributions nécessaires pour que la couverture du régime revête un caractère obligatoire et collectif. C’est à l’employeur qu’il incombera de reconstituer ces sommes de manière probante.

Le redressement ainsi réduit sera fixé à hauteur de :

  • 1,5 fois ces sommes : si le motif du redressement repose sur l’absence de production d’une demande de dispense ou de tout autre document ou justificatif nécessaire à l’appréciation du caractère obligatoire et collectif ;
  • 3 fois ces sommes : dans les autres cas (caractère collectif non respecté par exemple).

Le montant du redressement établi par l’inspecteur ne pourra être supérieur à celui résultant de l’assujettissement de l’ensemble des contributions de l’employeur au financement du régime.

A noter : cette modulation du redressement ne sera pas applicable :

  • Lorsque le redressement procède d’un cas d’octroi d’avantage personnel ou d’une discrimination ;
  • Lorsque dans la limite des 5 années civiles qui précèdent l’année où est initié le contrôle, l’irrégularité en cause a déjà fait l’objet d’une observation lors d’un précédent contrôle ;
  • Lorsqu’est établie au cours de cette période l’une ou l’autre des situations suivantes : travail dissimulé, obstacle à contrôle, abus de droit.

A noter : les employeurs ne pourront demander aux salariés le remboursement des cotisations salariales dues sur les montants donnant lieu à redressement.

Baker Tilly France en quelques chiffres :
  • Un réseau fédéraliste de 36 cabinets indépendants répartis sur l’ensemble du territoire français, y compris les départements d’Outre-Mer (Guadeloupe et Réunion) et dans la plupart des pays francophones d’Afrique (Bénin, Cameroun, Côte d’Ivoire, Gabon, Madagascar, Maroc, Tunisie et Sénégal)
  • date de création : 1974
  • 159 experts-comptables diplômés et 1255 collaborateurs
  • un siège basé à Paris avec une équipe de permanents
  • chiffre d’affaires : 112 millions d’euros

Baker Tilly France est membre de Baker Tilly International :

  • un réseau de 154 cabinets et 738 bureaux implanté dans 137 pays
  • date de création : 1989
  • placé au 8ème rang des réseaux au niveau mondial
  • 27 000 associés et collaborateurs
  • un siège basé à Londres avec une équipe de permanents
  • chiffre d’affaires : 3,6 milliards de dollars US

newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 9 février 2015

Publié le mardi 9 février 2016

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  BCRSS15 | Fiscalité des entreprises | Salarié


 



Les articles les plus lus !
Le gouvernement précise "a minima" les conditions permettant de déterminer le caractère animateur d’une holding
Prélèvements sociaux sur les locations de biens meubles et immeubles : l’assemblée nationale restaure en commission le texte adopté en première lecture
Vers une obligation des plateformes en ligne à déclarer au fisc des revenus de leurs utilisateurs ?
Bruxelles propose l’application du taux réduit de TVA sur le livre numérique et la presse en ligne
PLFR2016 : Taxe « YouTube » : nouvelle offensive des députés en commission
La Cour des Comptes révèle que les aides de l’État à l’accession à la propriété sont de moins en moins efficaces
« De Ruyter » : pas de remboursement des sommes indument versées au titre de la CSG-CRDS aux résidents hors EEE
Conditions dans lesquelles certains fonds d’investissement peuvent octroyer des prêts aux entreprises
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016