Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Les ventes d’oeuvres d’art aux enchères ont dégagé 7,1 Md$ sur le premier semestre 2014

partager cet article

artprice



7,1 milliards... tel est le fruit de la ventes d’oeuvres d’art aux enchères (hors frais) sur le premier semestre de l’année 2014. Un chiffre record qui représente un milliard de plus que l’an dernier (premier semestre 2013) mais surtout 5,2 milliards de plus qu’il y a 10 ans. Les recettes du marché de l’art dans le monde ont ainsi progressé de +17 % cette année et de 275 % à l’échelle de la décennie !

Et pour cause, la demande s’est considérablement renforcée sur le marché haut de gamme (celui des oeuvres à plus d’un million) mais aussi sur le très haut de gamme à plus de 10 m$. La première moitié de l’année 2014 récompense par ailleurs un panel d’artistes modernes, d’après-guerre et contemporain à des niveaux stratosphériques, avec sept adjudications supérieures à 50 m$. Faute de chefs-d’oeuvre ancien emblématiques, les meilleures enchères se portent en effet des oeuvres du XXème siècle, notamment des peintures occidentales de la seconde moitié du XXème siècle. Ainsi, cette année, les sommets de Juan Gris (qui a établi un nouveau record à 50 m$ en février avec Nature morte à la nappe à carreaux de 1915) ou de Claude Monet, restent en-deçà des générations suivante d’artistes plus « jeunes ». Les cinq meilleures adjudications 2014 désignent en effet Barnett Newman (nouveau record à 75 m$ pour Black Fire I, 1961), Francis Bacon (72 m$ pour Studies for a Portrait of John Edwards de 1984 et 62 m$ pour Portrait of George Dyer Talking de 1966), Mark Rothko (59 m$ pour Untitled de 1952) et Andy Warhol (56 m$ pour Race Riot,1964) avant le record de Juan Gris.

Signe des temps, des artistes toujours vivants talonnent les grands maîtres impressionnistes. L’histoire de l’art déjà écrite n’est pas plus valorisée que celle en train de se faire, au contraire. De l’ère du kitsch (Jeff Koons) à la quête d’une peinture absolue (Gerhard Richter), les oeuvres des années 80’ ont aujourd’hui plus de valeur sur le marché que l’impressionnisme de Camille Pissarro. Pissarro avait beau signer un nouveau record de 28,5 m$ en février à Londres... ce record reste éloigné des 30 m$ emporté en mai 2014 par notre contemporain Jeff Koons, avec une sculpture achevée en 1986 (Jim Beam - J.B. Turner Train).

Les deux artistes vivants les plus cotés aujourd’hui, Jeff Koons et Gerhard Richter, ajoutent à leurs palmarès une adjudication de 30 m$ pour le premier et de 28,7 m$ pour le second. Ces résultats sont impressionnants certes. Ils équivalent peu ou proue à six mois de ventes d’oeuvre d’art sur une place de marché aussi établie que Taïwan par exemple. Et pourtant, Koons et Richter sont déjà allés plus haut. Jeff Koons surtout, avec quelques 52 m$ emporté en novembre 2013 pour son Balloon dog (Orange) chez Christie’s New York.

USA / Chine / Royaume-Uni

Les meilleurs résultats pour l’art d’après-guerre et contemporain sont d’abord signés à New York. Logique, puisqu’exception faite de Francis Bacon, les artistes les plus cotés du XXème siècle sont d’abord américains (Newman, Rothko, Warhol, Basquiat, Koons). Grâce au marché new-yorkais (surtout les grandes ventes de Christie’s et Sotheby’s sur place), 2,3 milliards d’oeuvres ont été adjugées aux Etats-Unis en 2014. Tiré par la course aux records, le marché américain croît de +28 % cette année (premier semestre 2014 vs premier semestre 2013) et devance largement la Chine (1,9 milliard de produit de ventes, en hausse de près de 7% comparé à 2013). Le marché britannique est lui aussi en pleine expansion, avec des recettes en hausse de près de 26 % (1,8 milliard en 2014 contre 1,4 milliard au premier semestre 2013). Londres conserve la palme du marché moderne haut de gamme. C’est là que furent enregistrés cette année les résultats de Juan Gris à 50,7 m$, de Claude Monet à 48 m$, de Camille Pissarro à 28,5 m$ et de Pablo Picasso à 28 m$.

A semestre historique, vente historique

Huit des vingt meilleures enchères 2014 – dont les deux premières de Newman et Bacon - datent du 13 mai 2014. Ce jour là, Christie’s donnait une vente de prestige d’après-guerre et contemporain. Résultat final : 745 m$ de produit de ventes et 95% de lots vendus, du jamais vu (contre 364 m$ chez sa concurrente Sotheby’s le lendemain avec 85% des lots vendus). Cette vacation est non seulement marquante dans l’histoire de la multinationale britannique mais également dans l’histoire du marché de l’art. Jamais auparavant une vente d’oeuvres d’art n’avait réalisé un tel score. Christie’s New York est parvenue à générer, en une seule soirée et seulement 68 lots, 31 % du produit des ventes américain du premier semestre 2014 ou encore 41 % du résultat du Royaume-Uni sur la même période. En-dehors de Londres, les places de marché européennes ne peuvent pas suivre le rythme : un soir chez Christie’s à New York représentant plus de deux fois et demi un semestre d’enchères en France, lointaine quatrième place de marché dans le monde (284 m$ d’oeuvres vendues en France au premier semestre, soit 3,9 % du marché mondial).

De records en records, le marché haut de gamme poursuit sa cadence et les investissements sont si massifs que rien, aujourd’hui, ne laisse présager un quelconque retournement de situation.

Communiqué du 2 septembre 2014

Publié le vendredi 5 septembre 2014

newsletter de Fiscalonline


Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Art contemporain | Fiscalité des particuliers





Outil pratique

Toute l'information sur le marché de l’art au meilleur prix

artprice

Artprice.com donne accès à des banques de données qui vous permettent de connaître le prix des oeuvres d'art dans le cadre de vos achats, ventes, déclarations d'assurance d'oeuvres d'art et investissements dans l'art.

Artprice.com est également une place de marché qui permet aux acteurs du marché de l'art de se mettre en relation, pour acheter et vendre des oeuvres d'art. En outre, Artprice.com propose des services complémentaires qui visent à rendre le marché de l'art toujours plus transparent et accessible à tous.



 



Les articles les plus lus !
Prélèvement à la source de l’impôt : les mesures transitoires
Bercy commente la diminution du taux de l’impôt sur les sociétés et les mesures de coordination y attachées
Retenue à la source sur les dividendes de source française perçus par une société européenne : l’avocat général de la CJUE rend ses conclusions
Plus-value : les travaux de remplacement complet de l’installation électrique peuvent venir en majoration du prix d’acquisition
TVA : précisions relatives aux prestations de services se rattachant à un immeuble
Précision sur l’abattement sur les plus-values réalisées par les dirigeants de PME partant à la retraite
Les apports du décret du 29 Juin 2018 en matière de documentation de prix de transfert
La CJUE retoque partiellement la CSPE et autorise « sous condition » son remboursement
[+ ...]





Les dossiers d'actualité
Fiscalité de crise
Loi de finances 2010
[+ ...]






version imprimable de l'article Impression

Réagir à l'article

envoyer l'article par mail envoyer par mail

Une difficulté sur le site ?





Les Codes
C.G.I
L.P.F



Inscrivez-vous à notre NEWSLETTER [ ici ]








Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018