Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Les revenus fonciers de source britannique ouvrent droit à un crédit d’impôt en France

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

En partenariat avec le cabinet PETERSONSIMS, cabinet de consultants fiscaux internationaux, notre cabinet a finalement réussi à obtenir une réponse officielle de l’administration fiscale sur l’épineuse question des revenus de location provenant du Royaume-Uni, et perçus par un résident fiscal de France.

L’article 6-1 de la convention fiscale franco-britannique donne le droit d’imposer les revenus de location au pays de situation du bien immobilier. Aux termes de l’article 4 du CGI, les personnes fiscalement résidentes en France sont passible de l’impôt en raison de l’ensemble de leurs revenus, y compris ceux de source française. Dès lors, la double imposition de ces revenus de location est éliminé par l’octroi d’un crédit d’impôt égal à l’impôt français « à condition que le résident de France soit soumis à l’impôt du Royaume-Uni à raison de ces revenus » (article 24-3-a)-(i) du traité). Cette notion de « soumission à l’impôt » a été source d’une divergence d’interprétation entre notre cabinet et l’administration fiscale.

En effet, nous avons interrogé l’administration plus précisément sur le fait que la plupart des contribuables britanniques ne payaient pas d’impôt sur les revenus locatifs, parce que leur revenu net était sous le seuil de la « personal allowance », qui est une limite pour les revenus additionnels britannique non soumis au prélèvement de l’impôt à la source, en dessous de laquelle aucun impôt n’est dû. (Pour 2013, ce seuil était de 9 440,00 £ soit environ 11 325 €).

Lors nos premiers échanges, l’administration semblait considérer ce système de personal allowance comme une exonération d’impôt, alors que nous l’analysions comme une tranche d’imposition à zéro pourcent, semblable à la première tranche d’imposition de notre système fiscal français. Il nous avait été répondu que si la convention fiscale franco-britannique visait à éliminer la double imposition, elle n’avait pas pour vocation de créer une double exonération.

Après avoir poussé un peu plus loin l’analyse de cette question, nous avons sollicité un complément d’information en distinguant deux hypothèses :

1. Tout d’abord, celle des personnes n’ayant comme revenus additionnels au Royaume-Uni que des revenus fonciers, et dont ces revenus excèderaient le seuil de cette personal allowance, la fraction supérieure est taxée à un taux de 20%. Le crédit d’impôt de la convention s’appliquerait-il sur la totalité du revenu, ou seulement sur la fraction supérieure taxée ?

2. Deuxième hypothèse plus complexe, celle d’un contribuable qui aurait des revenus fonciers et d’autres revenus complémentaires d’une autre nature non taxés à la source au RU, et donc, soumis à déclaration. Si l’ensemble de ces revenus dépasse le seuil de la personal allowance, mais que le revenu foncier seul ne le dépasserait pas, comment savoir quel revenu est celui qui dépasse le seuil et donne lieu à taxation ?

Après une longue attente de près d’un an et demi, nous avons enfin reçu une réponse. Désormais, l’administration estime que « la circonstance qu’à l’issue de l’application d’abattements personnels liés au revenu ou l’âge ayant pour effet de réduire ou d’annuler tout ou partie de la cotisation d’impôt au Royaume-Uni, ne doit pas conduire à refuser l’octroi de l’avantage prévu par la convention au résident fiscal français. Cette position est cohérente avec la jurisprudence (Conseil d’Etat « Regazzacci » du 27 juillet 2012) ».

En clair, à partir du moment où le revenus de location est entré dans un système déclaratif au Royaume-Uni, le bénéfice du crédit d’impôt sur la partie impôt sur le revenu et prélèvements sociaux est accordé, indépendamment du fait qu’un impôt ait été payé ou non au Royaume-Uni.

Cette réponse est de nature à permettre une harmonisation dans l’interprétation et le traitement de cette question par les différents services qui faisaient jusqu’alors une application très différente de la convention fiscale franco-britannique selon les régions.

www.aurecco.fr

Cédric RIVIERE

  • Aurecco Sarl
  • 44 ter rue des Carrières - 24660 Notre Dame de Sanilhac
  • Mail : c-riviere@aurecco.fr
  • Tél. 05 53 04 13 97
  • Fax 05 53 03 42 35

newsletter de Fiscalonline

Article de Cédric rivière du cabinet Aurecco

Publié le vendredi 13 juin 2014

3 Messages de forum

  • Bonjour,

    je serai dans le cas 1 à partir de cette année, à savoir = résident fiscal français ayant uniquement des revenus fonciers provenant du Royaume-Uni et excédant la personal allowance. Par ailleurs, même si ils ne dépassent pas cette limite sur l’exercice 2014, j’ai tout de même des revenus à déclarer en 2015 et je me pose pas mal de questions auxquelles j’espère vous aurez des réponses...

    1 - Tout d’abord une question stupide : les années fiscales n’étant pas les mêmes en France et au UK que dois-je déclarer ? Dois-je déclarer "à la Française", c’est à dire les revenus du 1er janvier au 31 décembre 2014 ? Ou bien au contraire suivre l’exercice fiscal anglais et donc déclarer au fisc français le montant que je déclare au fisc britannique (c’st à dire du 6 avril 2013 au 5 avril 2014) ?

    2 - Lorsque je déclare mes revenus au fisc français, dois-je déclarer le montant net de toutes les charges déductibles selon la loi anglaise ou selon la loi française ?

    3 - Enfin, je ne suis pas persuadé d’avoir bien saisi le mécanisme du crédit d’impôt octroyé pour éviter la double imposition... Ce crédit d’impôt est-il égal au montant effectivement payé en Angleterre ou au montant que j’aurais dû payer si le bien avait été situé en France ? Par exemple, si je perçois 25.000€ de loyer net en 2015, que va t-il se passer côté français ?

    Je vous remercie par avance pour vos lumières !

    V.

    Répondre à ce message

  • J espere que vous comprenez anglais. Since 2010 all income from the UK (private pensions included) will be taxed according to the normal calculations (parts in household less 10% etc. So obtain relief from source in the UK you will have to fill in the S1 and then you will be exempt PAYE income tax. Government pensions will give you a tax exemption upto the amount you would have paid in France. Thus even if you have paid e.g. £1000 income tax on an income of £5000 your rebate will be calculated as if you had paid £50 impot in France ; The rate seems cheap but you have all the social charges as well which will take your taxes above the UK total. I hope that makes things a little clearer. (Have just spent the morning with my senior inspector ox taxes.

    Répondre à ce message

  • Je voudrais acheter un stdio a londres et le louer. Je suis resident en france et vit en france. Gaut il que j ouvre un compte bancaire a londres pour percevoir les loyers ?

    Répondre à ce message


Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  BCRSS15 | Convention internationale | Fiscalité des particuliers | Revenus fonciers | Royaume-Uni


 



Les articles les plus lus !
Création d’une amende fiscale à l’encontre des intermédiaires complices d’un contribuable sanctionné pour fraude fiscale grave
Imposition à l’IFI des personnes victimes d’un accident et handicapées
Les députés dispensent les opérateurs de plateforme de déclarer au Fisc les sommes perçues par certains utilisateurs
Extension de la convention judiciaire d’intérêt public (CJIP) aux délits de fraude fiscal
Le Gouvernement propose de pérenniser le principe d’indemnisation des « indics » fiscaux
Pas d’exonération de taxe d’habitation au bénéfice des français établis hors de France
Les députés votent la fin du « verrou de bercy » pour les plus gros fraudeurs
Extension de la procédure de taxation d’office aux œuvres d’art et objets de collection
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018