Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Les mesures fiscales de la Loi Macron destinées à encourager l’investissement dans les PME

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Les mesures fiscales de la loi Macron destinées à encourager l’investissement dans les PME

Loi Macron

Par Grégoire Salignon, Directeur de l’Ingénierie Patrimoniale et du Family Office au sein de la Banque Privée de Rothschild & Cie Gestion

La loi Macron « pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques » doit être définitivement adoptée à la mi-juillet. Dans son volet fiscal, elle prévoit des assouplissements, notamment en matière de politiques d’actionnariat salarié.

Tour d’horizon des changements fiscaux qui pourraient intervenir après son vote.

1. Impatriés : une pérennisation implicite

Dispositif avantageux, le régime des impatriés va être assoupli pour favoriser le retour en France des salariés évoluant au sein de grands groupes à l’étranger. Il permet déjà aux salariés expatriés (pendant au moins cinq ans) et revenant en France de bénéficier d’une exonération d’ISF pour leurs biens situés à l’étranger pendant les cinq années suivantes, ainsi que d’une exonération d’impôt sur certains revenus.

Grégoire Salignon

Ce dispositif est pérennisé et ouvert aux collaborateurs d’une entreprise (salariés ou mandataires sociaux) ayant changé de fonction au sein du groupe où ils travaillent. Jusqu’à présent, le dispositif ne concernait que les collaborateurs ayant changé de poste au sein de la même entreprise.

A travers cette modification nous voyons une pérennisation générale du volet de ce dispositif, applicable à tout contribuable, même non salarié d’un groupe : l’exonération d’ISF pendant cinq ans des biens étrangers en cas d’installation ou de retour en France après plus de cinq ans passés à l’étranger.

2. Actionnariat salarié (BSPCE et AGA) : un allègement très significatif

La loi Macron veut faciliter l’attribution de Bons de souscription de parts de créateurs d’entreprise (BSPCE). Ouvert aux sociétés non cotées ou cotées (dont la capitalisation boursière est inférieure à 150 millions d’euros) et ayant moins de quinze années d’existence, les BSPCE pourront être attribués également aux collaborateurs des filiales détenues à hauteur de 75 % par leur société mère.

Les entreprises issues d’une fusion pourront également continuer de bénéficier de ce dispositif très stratégique dans l’univers des start-ups pour attirer des talents.

Le régime des attributions d’actions gratuites (AGA) va connaître un allègement très significatif de son coût social et fiscal pour les salariés et pour les entreprises qui ont recours à ce mécanisme de fidélisation de leurs meilleurs éléments. Le délai global minimum d’acquisition et de conservation des AGA passera de quatre à deux ans. La contribution sociale patronale exigée sera ramenée de 30 % à 20 % de la valeur des actions. Elle sera exigible à la date d’acquisition définitive des titres par le salarié et non lors de la décision d’attribution des actions (cette attribution n’était d’ailleurs pas restituable dans le cas où les AGA n’étaient pas définitivement attribuées).

Notons également que les bénéficiaires se verront appliquer le régime des plus-values mobilières et ne seront pas imposés comme des salaires sur les gains réalisés. Cela implique donc la possibilité de bénéficier de l’abattement pour durée de détention applicable aux plus-values de cession d’actions compris sur la plus-value d’acquisition (égale à la valeur des actions au jour où elles sont définitivement acquises, soit au minimum à compter de l’attribution).

La contribution salariale spécifique de 10 % est, quant à elle, supprimée, mais les prélèvements sociaux seront portés de 8 % à 15,5 % (dont 5,1 % déductibles). Toutefois, l’imposition globale effective maximum diminuera sensiblement. L’esprit de la loi Macron vise, en effet, à encourager les entreprises à utiliser ce type de dispositif pour attirer les talents sans forcément avoir les moyens de les rémunérer en salaires.

La loi Macron abaisse la pression fiscale marginale de 64,5 % à 42 % (si revente des titres à partir de N+3) :

Attributions depuis le 28/09/2012Propositions de la loi pour la croissance
Conditions de détention Période d’acquisition de 2 ans minimum. Période de détention de 2 ans minimum (sauf si acquisition > 4 ans). Minimum effectif global de 4 ans Période d’acquisition de 1 an minimum. Pas de mimimum de détention. Minimum global de 2 ans
Régime d’imposition de la plus-value d’acquisition Catégorie des salaires (barème progressif de l’IR) Régime des plus-values mobilières (barème progressif de l’IR avec application des abattements pour durée de détention)
Contribution salariale spécifique 10%* 0%
Prélèvements sociaux 8%* (dont 5,1% déductible) 15,5% (dont 5,1% déductible)
Contribution sociale employeur 30%. Calculée lors de l’attribution (due même en l’absence d’acquisition effective par le salarié) 20%.Calculée et due lors de l’acquisition effective par le salarié
Imposition globale effective maximum(dont CEHR) Pour le salarié : 45% (IR) + CEHR (4%) + 10% (contribution salariale) + 8% (CSG) = 64,5%. Pour l’entreprise : 30% sur la totalité des AGA attribuées Pour le salarié : entre 2 et 8 ans : 42%** au-delà de 8 ans : 35,25%**. Pour l’entreprise : 20% sur les AGA effectivement acquises

*De la valeur des actions à la date de livraison **IR (TMI à 45%) + PS (15,5 %) + CEHR (4 %) - CSG partiellement récupérable en N+1 en fonction du taux marginal d’imposition : 5,1% x IR (tmi N+1), non retenu dans cet exemple 

3. Assurance-vie : l’investissement en capital risque encouragé

A l’occasion d’un rachat ou du dénouement d’un contrat d’assurance-vie, le souscripteur ou le bénéficiaire du contrat pourront opter pour la remise de titres ou de parts, cotés ou non. A la condition toutefois que ces titres/parts ne confèrent pas de droits de vote à leur souscripteur et que ce dernier (ou son entourage familial proche) n’ait pas détenu, au cours des cinq années précédant le paiement, des titres ou des parts de la même entité que ceux remis par l’assureur.

Cela permettra aux contrats souscrits auprès de compagnies d’assurance françaises d’être plus souples et donc mieux à même d’affronter la concurrence, notamment luxembourgeoise. Outre l’apport concurrentiel, cet élément de souplesse était devenu nécessaire avec l’adoption des contrats vie-génération qui peuvent être investis de manière importante en placements non cotés, notamment des fonds ou Fcpr/Fcpi.

C’est en effet une manière d’éviter les problèmes liés à la non liquidité de certains actifs lors du dénouement partiel ou total du contrat.

À propos de Rothschild & Cie Gestion


Rothschild & Cie Gestion est la société de gestion d’actifs française du Groupe Rothschild & Cie Banque, l’un des groupes indépendants les plus importants au monde en matière de conseil financier. Le Groupe Rothschild & Cie Banque a une vision long-terme et garantit, grâce à son objectivité, que ses intérêts sont en phase avec ceux de ses clients. Son modèle économique repose sur une offre de conseils objectifs, transparents et spécifiques aux clients privés et institutionnels du monde entier. La Banque privée offre des services d’ingénierie patrimoniale, de gestion de portefeuille et de Family Office à destination d’une clientèle de particuliers et de familles fortunés du monde entier. Rothschild & Cie Gestion gère 24 milliards d’euros, dont 7,5 milliards d’euros pour le compte de groupes familiaux.

www.rothschild.com

À propos de Paris-Orléans, maison mère du Groupe Rothschild


Paris Orléans est centrée sur les métiers suivants : Paris Orléans est centré sur les métiers suivants :
- le Conseil financier (Global Financial Advisory) regroupe les activités de conseil en fusions et acquisitions, conseil en financement et en restructuration de dette et de conseil sur les opérations de marchés de capitaux ; -la Banque privée et la gestion d’actifs (Wealth and Asset Management) ; et
- le Capital investissement et dette privée (Merchant Banking) regroupe les activités de capital investissement pour compte de tiers et pour compte propre. Paris Orléans SCA est une société en commandite par actions de droit français, au capital de 142 274 072 €, inscrite au Registre du commerce et des sociétés de Paris sous le numéro 302 519 228. Siège social : 23 bis avenue de Messine, 75008 Paris, France. Paris Orléans est cotée sur Euronext à Paris, Compartiment A – Code ISIN : FR0000031684.

www.paris-orleans.com

newsletter de Fiscalonline

Par Grégoire Salignon, Directeur de l’Ingénierie Patrimoniale et du Family Office au sein de la Banque Privée de Rothschild & Cie Gestion

Publié le jeudi 2 juillet 2015

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Fiscalité des entreprises


 



Les articles les plus lus !
Un nouveau dispositif fiscal incitatif viendra se substituer aux régimes « Besson ancien » et « Borloo ancien »
Le Gouvernement propose de légaliser en droit fiscal le caractère commercial de l’activité de location meublée
Modalités de déclaration des transferts de sommes d’un montant supérieur à 50.000 €
Immixtion d’une holding dans la gestion de ses filiales et modalités de déduction de la TVA : Bercy met à jour sa doctrine
Les députés instituent une nouvelle dépense de recherche externalisée ouvrant droit au CIR
Divorce par consentement mutuel sans juge : le gouvernement tire les conséquences fiscales
Les députés aménagent les dispositifs ISF-PME et Madelin pour faciliter la sortie fiscale des investisseurs historiques
Les plateformes en ligne du type Airbnb devront déclarer au Fisc les revenus perçus par leurs utilisateurs
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016