Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Les indemnités de licenciement ou de retraite à l’épreuve de la déclaration de revenus

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Les indemnités de licenciement ou de retraite à l’épreuve de la déclaration de revenus

Volontaire ou subi l’adieu au patron est toujours l’occasion d’un questionnement fiscal du salarié qui se demande s’il faut ou non donner sa part à l’administration fiscale sur les indemnités de licenciement ou de départ en retraite qu’il encaisse.

A l’heure de quitter définitivement son employeur, le salarié encaisse parfois une somme plus élevée que son salaire mensuel habituel. Il espère alors pouvoir tout garder pour lui, sans avoir à donner un seul euro aux impôts. C’est parfois possible pour certaines indemnités lorsque la rupture du contrat de travail est décidée par l’employeur.

Licenciement, le prix fiscal de l’adieu

Licenciement en bonne et due forme ou rupture conventionnelle homologuée, le régime fiscal des indemnités de départ est identique.

Juridiquement et fiscalement, la rupture conventionnelle homologuée est en effet assimilée à un licenciement.

  • L’indemnité de licenciement n’est pas imposable, et ne doit donc pas être déclarée si elle n’excède pas le montant prévu par la convention collective de branche ou par le code du travail. Il n’y a pas de limitation chiffrée, l’exonération est totale quel que soit le montant de l’indemnité de licenciement encaissé.
  • Si l’employeur verse une indemnité de licenciement supérieure au montant prévu par la loi ou par la convention collective, la part non imposable de l’indemnité est limitée au plus élevé des montants suivants, en fonction de ce qui vous avantage :
    • soit la moitié de l’indemnité encaissée ;
    • ou 2 fois le montant annuel de la rémunération brute que vous avez perçue au cours de l’année civile précédant le licenciement.

Pour ces deux cas (moitié de l’indemnité ou 2 fois la rémunération brute), la part non imposable est limitée à 6 fois le plafond annuel de la sécurité sociale, soit une exonération maximale de 225 288 €.

  • Les mandataires sociaux et les dirigeants fiscalement assimilés à des salariés qui subissent une cessation forcée de leurs fonctions (une révocation donc) bénéficient d’une franchise d’impôt sur leurs indemnités de rupture. La fraction de l’indemnité exonérée d’impôt, selon ce qui est le plus avantageux, ne peut pas dépasser deux fois le montant brut de la rémunération perçue au cours de l’année civile précédant la révocation ou 50 % de l’indemnité encaissée. Dans tous les cas, l’exonération des indemnités de révocation perçue par le dirigeant révoqué ne peut jamais dépasser six fois le plafond annuel de la sécurité sociale, donc actuellement 225 288 € . Ou en cas de mise à la retraite par l’employeur cinq fois le plafond annuel de la sécurité sociale, soit actuellement 187 740 € .

La retraite subie se dédommage (fiscalement)

La retraite subie, c’est-à-dire lorsque l’employeur prend l’initiative de vous faire partir est fiscalement une situation plus enviable que si c’est vous qui prenez la décision de l’adieu au monde du travail.

Ainsi, lorsque le départ a lieu sur décision de l’employeur, l’indemnité de mise à la retraite est non imposable à hauteur du plus élevé des trois montants suivants, selon ce qui est le plus avantageux pour vous :

  • le montant total de l’indemnité prévue par le code du travail ou par la convention collective, et cela sans aucune limitation chiffrée ;
  • ou la moitié de l’indemnité de mise à la retraite encaissée ;
  • ou 2 fois le montant de la rémunération brute annuelle que vous avez touchée l’année précédant votre mise à la retraite.

Pour ces deux derniers cas (moitié de l’indemnité encaissée ou 2 fois la rémunération brute annuelle), l’exonération de l’indemnité est limitée à 5 fois le plafond annuel de la sécurité sociale, soit actuellement une somme maximale de 187 740 € .

Le départ en retraite volontaire, c’est-à-dire la situation où le salarié décide de raccrocher les gants, n’offre aucune compensation fiscale : l’indemnité de départ volontaire en retraite est imposable en totalité. Rien, pas un seul euro n’échappe à la case impôt.

En revanche, sont exonérées d’impôt sur le revenu, les indemnités versées au salarié qui décide son départ volontaire en retraite dans le cadre d’un plan de sauvegarde de l’emploi, (ex plan social) en totalité, et quel que soit le nom sous lequel ces indemnités sont attribuées.

Attention. L’article 1237-5 du code du travail interdit à l’employeur de mettre à la retraite le salarié qui n’a pas fêté ses 70 ans. Néanmoins lorsque le travailleur a entre 65 ans et 69 ans révolus, une négociation pour un départ en retraite à l’initiative de l’employeur peut lui être proposée, s’il remplit les conditions pour bénéficier d’une pension de retraite à taux plein.

NB : tous les chiffres cités dans cet article s’appliquent aux indemnités encaissées en 2014.

Michèle Auteuil de fiscalonline

Application Fiscalonline


Plus d’infos, moins d’impôts ©


newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 6 avril 2015

Publié le mardi 7 avril 2015

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  BCRSS15 | Déclaration | Fiscalité des particuliers | Impôt sur le revenu


 



Les articles les plus lus !
Le gouvernement précise "a minima" les conditions permettant de déterminer le caractère animateur d’une holding
Prélèvements sociaux sur les locations de biens meubles et immeubles : l’assemblée nationale restaure en commission le texte adopté en première lecture
Vers une obligation des plateformes en ligne à déclarer au fisc des revenus de leurs utilisateurs ?
Bruxelles propose l’application du taux réduit de TVA sur le livre numérique et la presse en ligne
PLFR2016 : Taxe « YouTube » : nouvelle offensive des députés en commission
La Cour des Comptes révèle que les aides de l’État à l’accession à la propriété sont de moins en moins efficaces
« De Ruyter » : pas de remboursement des sommes indument versées au titre de la CSG-CRDS aux résidents hors EEE
Conditions dans lesquelles certains fonds d’investissement peuvent octroyer des prêts aux entreprises
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016