Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Loi MUES
Grand débat national
Impôt sur le revenu 2019
PLF 2020
PLFR 2019
Loi de Finances rectificative 2020
Impôt sur le revenu 2020
Loi de Finances rectificative 2020-II
Loi de Finances rectificative 2020-III
Loi de Finances pour 2021
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Les frais de déplacement, de péage, de repas, de cadeaux sont déductibles s’ils ont été engagés dans l’intérêt de l’entreprise

partager cet article

La Cour rappelle que pour être admises en charges déductibles les frais de déplacement et de repas alloués aux associés doivent avoir été engagés dans l’intérêt de l’entreprise.

L’entreprise est en principe libre de sa gestion et les dépenses qu’elle engage pour son fonctionnement constituent normalement des charges déductibles pour la détermination du résultat fiscal dès lors qu’elles satisfont aux conditions générales de déduction prévues par les dispositions de l’article 39-1 du CGI et ne sont pas exclues par une disposition particulière.

Il faut notamment que ces dépenses soient exposées dans l’intérêt de l’exploitation ou dans le cadre d’une gestion normale de l’entreprise.

Bien que l’administration ne soit pas autorisée à s’immiscer dans la gestion des entreprises, elle peut cependant conformément à une jurisprudence constante du Conseil d’État, remettre en cause les dépenses qui ne se rattacheraient pas à une gestion normale ou n’auraient pas été exposées dans l’intérêt direct de l’entreprise.

Rappel des faits

A l’issue d’une vérification de comptabilité de la SAS EL l’administration fiscale a remis en cause la déduction de charges déclarées par l’entreprise correspondant à des frais de déplacement, de restauration et de cadeaux exposés par ses associés et les a par conséquent réintégrées dans le résultat de la SAS EL.

Après avoir procédé à ce redressement, l’administration fiscale a effectué un contrôle sur pièces de la situation des associés et a imposé entre leurs mains, comme revenus distribués imposables dans la catégorie des RCM (Art. 111 du CGI), les sommes réintégrées dans les résultats de la SAS EL.

Les associés ont demandé au TA de Strasbourg de prononcer la décharge des cotisations supplémentaires d’impôt sur le revenu et de contributions sociales auxquelles ils ont été assujettis.

Par un jugement du 6 février 2018, le TA de Strasbourg a rejeté leurs demandes.

Les associés ont relevé appel du jugement.

L’administration fiscale a écarté

  • les frais de repas exposés par un seul convive dont le nom n’était pas identifié,
  • ceux engagés les samedis et dimanches ainsi que certains jours fériés,
  • et ceux pris dans des restaurants habituels, situés à proximité du siège social de l’entreprise, comprenant parfois des menus pour enfants.

« Compte tenu des éléments de fait dont fait état l’administration, en se bornant à soutenir qu’ils travaillaient plus que cinq jours par semaine et que la prise de repas avec leurs clients et leurs fournisseurs, le week-end et les jours fériés, est un usage classique dans le milieu professionnel du bâtiment, les requérants n’établissent pas que les frais de restauration en litige ont été engagés dans l’intérêt de l’entreprise. En outre, contrairement à ce qu’ils affirment, la société EL ne justifie pas avoir transmis au vérificateur, lors du contrôle, les noms des convives, alors que l’administration fait valoir pour sa part que seule la liste des fournisseurs et des clients de la société a été communiquée au service » .

S’agissant des frais de déplacement litigieux, si les requérants affirment qu’ils doivent se rendre régulièrement à des salons professionnels et des journées d’échanges, ils n’en justifient pas, à l’exception, comme le relève l’administration en défense, des frais engagés pour un déplacement en novembre 2011 à Paris au salon Batimat.

Par ailleurs, le caractère professionnel des frais de péage et d’essence correspondant à des voyages en Espagne, en Suisse, en Bretagne ou à Paris durant les week-end, n’est pas davantage établi.

En outre, à défaut de toute pièce justificative, les requérants n’établissent pas que les frais comptabilisés par la société EL en dépenses de cadeaux ont bien été engagés dans l’intérêt de l’entreprise.

Enfin, la Cour a considéré qu’était sans incidence la circonstance que les dépenses non admises en déduction par l’administration ne représentent que 11 à 12 % du montant total des charges de cette nature, comptabilisées au titre des exercices controlés.

Partant la Cour a considéré que c’était à bon droit, que l’administration avait imposé entre les mains des requérants les sommes en litige dans la catégorie des revenus mobiliers.

Source : Arrêt de la CAA de NANCY N° 18NC01072-18NC01073-18NC01074
du 18 juin 2020

newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 23 juin 2020

Publié le mercredi 24 juin 2020
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | mafiscalite


 



Les articles les plus lus !
PLF 2021 : le doublement de l’abattement de 100.000 € n’aura pas lieu
PLF2021 et dons familiaux de sommes d’argent : le nouvel abattement de 100.000 € passe à 200.000 € !
Poursuite de l’examen du PLF2021 : les nouveaux amendements adoptés
La jurisprudence Quemener ne s’applique pas aux plus-values mobilières des particuliers
Qualité d’assujetti à TVA : l’activité de loueur professionnel peut impliquer la revente d’un élément de son actif
Dons de sommes d’argent et abattement de 100.000 € : l’imprimé Cerfa a été adapté
Plus-value immobilière : le Gouvernement réactive et légalise l’abattement exceptionnel de 70% ou 85%
Les principales mesures fiscales du projet de loi de Finances pour 2021 intéressant les entreprises
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2019/a>