Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Loi MUES
Grand débat national
Impôt sur le revenu 2019
PLF 2020
PLFR 2019
Loi de Finances rectificative 2020
Impôt sur le revenu 2020
Loi de Finances rectificative 2020-II
Loi de Finances rectificative 2020-III
Loi de Finances pour 2021
Loi de Finances rectificative 2020-IV
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Légère remontée des taux d’usure mais sur les durées de 20 ans et plus seulement : une bonne nouvelle pour les emprunteurs !

partager cet article

Les taux d’usure pour le 3ème trimestre, taux maximum au-delà desquelles une banque n’a pas le droit de prêter, viennent d’être publiés au Journal Officiel. Comme espéré par les professionnels, ils ont légèrement remonté, notamment sur les durées de plus de 20 ans mais sont restés stables sur les prêts entre 10 et 20 ans et ont même baissé sur les durées de moins de 10 ans. C’est donc une bonne nouvelle en demi-teinte qui devrait tout de même apporter une bouffée d’air au marché et notamment aux financements des emprunteurs modestes qui étaient pénalisés par les baisses successives de ces taux plafonds depuis plusieurs mois dans un contexte pourtant de remontée des taux de crédit.

Les taux d’usure en légère hausse pour le 3ème trimestre 2020

Chaque trimestre, la Banque de France collecte auprès d’un large échantillon d’établissements de crédit les taux effectifs moyens pratiqués des différentes catégories de prêts pour lesquelles sont calculés les seuils de l’usure. Ces taux, augmentés d’un tiers, établissent les seuils de l’usure correspondants, publiés au JO à la fin de chaque trimestre pour le trimestre suivant. A noter : c’est le taux annuel effectif global (TAEG) du prêt qui ne doit pas dépasser le taux d’usure, en incluant donc le taux nominal mais aussi les frais de dossier, frais de courtage, coût d’assurance et garanties obligatoires... (article R. 314-11 du code de la consommation).

Pour le 3ème trimestre, à partir du 1er juillet, les taux de l’usure ont légèrement remonté, de 0,06 %, sur les durées de 20 ans et plus. Une hausse qui n’efface pas cependant la baisse cumulée de 0,26 % constatée depuis 1er janvier... Au total, le taux d’usure sur les prêts longues durées reste tout de même en baisse de 0,8 % depuis janvier 2017, alors même que les taux moyens hors assurance sur 20 ans n’ont reculé que de 0,15 %, soit une quasi stabilité ! C’est cette réduction de l’écart entre les taux effectivement pratiqués et les taux de l’usure qui conduit à l’exclusion de certains emprunteurs du marché...

Par ailleurs, sur les durées inférieures à 20 ans les taux d’usure sont restés stables et ont même légèrement baissé sur les durées de moins de 10 ans. « Les prêts sur des durées de moins de 20 ans sont le plus souvent demandés par les profils aux revenus élevés, avec de l’apport qui peuvent emprunter une somme suffisante sans avoir à allonger la durée du crédit. En outre, ces durées sont aussi celles des renégociations de prêts qui ont été nombreuses ces derniers mois et ont représenté 50 % de la production de crédit en avril, deux catégories d’emprunteurs qui bénéficient de taux très attractifs » analyse Sandrine Allonier, porte-parole de Vousfinancer.

Actuellement les taux moyens sont de 1,20 % sur 15 ans, 1,40 % sur 20 ans et 1,60 % sur 25 ans, mais on peut négocier avec un beau profil des taux à 0,95 % sur 15 ans, 1,15 % sur 20 ans et 1,30 % sur 25 ans.

Une évolution qui va dans le bon sens mais insuffisante pour prendre en compte les écarts de taux selon les profils...

Si le principe d’un taux plafond est théoriquement favorable au consommateur, avec une marge d’un tiers ajoutée aux taux effectifs ayant objectif de ne pas pénaliser les emprunteurs les plus risqués, elle ne prend toutefois pas suffisamment en compte les différents profils d’emprunteurs. Par exemple, dans certaines banques, selon les profils, les taux sur 20 ans vont de 1 % à 1,85 %, soit un TAEG qui peut largement dépasser les 2,57 % en incluant tous les frais ou en cas d’assurance avec surprime... Les emprunteurs les plus risqués en termes de santé (sénior, risques aggravés) sont ainsi les plus pénalisés, leurs taux dépassant fréquemment le seuil de l’usure en raison du poids très important de l’assurance dans le TAEG.

Pour rappel, en raison de la baisse du taux d’usure mais également de la stricte application des recommandations du HCSF (qui n’a pas changé de position le 18 juin), depuis le 1er janvier 2020, la part des dossiers refusés est à fin juin de 9,8 % contre 6,6 % à fin mai mais 5,4 % sur les 5 premiers mois de l’année 2019.

Ce profil refusé en mai ne serait d’ailleurs toujours pas accepté, malgré la remontée du taux d’usure de seulement 0,06 %.

  • Mr et Mme, 42 et 41 ans, mariés, 2 enfants, ingénieur et assistante RH
  • Revenus : 84 000 €/an
  • 15 000 € d’épargne
  • Projet : Achat de leur résidence principale à 360 000 €.
  • Taux d’endettement à 25 %
  • Taux proposé avant le confinement : 1,65 % sur 25 ans (TAEG : 2,42%) mais passé à 2,10 % mi-mai (TAEG : 2,86%)
  • TAEG supérieur au taux d’usure (2,57%), donc refus de la banque

« La légère remontée des taux d’usure sur les prêts de 20 ans et plus est une bonne nouvelle pour les emprunteurs, car elle concerne les durées les plus répandues. Toutefois cette remontée reste très limitée et bien moindre que les hausses de taux affichées par les banques durant le 2ème trimestre (0,20 % en moyenne). L’explication est simple : comme le taux d’usure était à un niveau historiquement bas depuis le début de l’année, certains dossiers d’emprunteurs ont été refusés, donc le taux qu’ils auraient dû obtenir n’a pas été pris en compte dans le calcul du taux d’usure qui se base donc seulement sur les dossiers acceptés ! C’est pourquoi le taux d’usure augmente plus lentement que les barèmes affichés par les banques, qui doivent de ce fait, elles aussi, limiter la hausse des taux. La bonne nouvelle c’est que les taux de crédit affichés par les banques semblent se stabiliser... De quoi donner de l’air au marché et booster la reprise » conclut Sandrine Allonier.

A propos de Vousfinancer

Fondé en 2008 par Jérôme Robin, Vousfinancer, réseau de courtiers en crédits immobiliers, accompagne de façon personnalisée, les particuliers dans la recherche de la meilleure solution de financement pour leur projet immobilier.

La stratégie de Vousfinancer se base sur la rencontre avec un seul et unique interlocuteur expert en financement, la transparence (montage du dossier financier réalisé avec le client), et la garantie de trouver rapidement (moins d’une semaine) la solution globale la plus adéquate (assurance de prêt, taux, garanties, mensualités, durées, coût du crédit, frais de dossiers, partenaires bancaires). Vousfinancer propose également des solutions pour les crédits professionnels et le rachat de crédits.

newsletter de Fiscalonline

Communiqué du 25 juin 2020

Publié le jeudi 25 juin 2020
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Autres articles associés aux mots clés :  Anoter


 



Les articles les plus lus !
Les plus-values de cession d’immeubles qui ne s’inscrivent pas dans le modèle économique de l’entreprise sont exclues du chiffre d’affaires
PLF2021 : quoi de neuf pour le régime de défiscalisation Pinel
Engagement de construire et force majeur : un contentieux en annulation du permis de construire  n’est pas imprévisible
Affaire Kaplan : Absence d’exonération de TVA pour les services rendus par un groupement établi dans un pays tiers à ses membres établis dans l’UE
Plus-value immobilière : précisions sur les dépense d’amélioration venant en majoration du prix d’acquisition
Liste des communes ayant institué le dégrèvement exceptionnel de CFE pour 2020
PLFR2020-IV : Le Sénat a adopté le projet de loi
Droits à déduction de la TVA des holdings mixtes : nouvelles précisions de la CJUE
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2019/a>