Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « Logement »
Plan d’action Entreprises
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Le tarifs des professions réglementées réformé en commission

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Le tarifs des professions réglementées réformé en commission

L’article 12 du projet de loi pour l’activité dite loi « Macron » propose d’instaurer de nouveaux principes de fixation et de révision des tarifs réglementés de certaines professions juridiques.

En pratique le ministre souhaite mettre en place un «  corridor tarifaire  » laisserant le notaire libre de fixer ses honoraires entre un tarif plafond et un tarif plancher.

Auditionné en Commission le 16 décembre dernier, le ministre de l’Economie Emmanuel Macron avait souligné « les tarifs seront orientés vers des coûts réels afin de promouvoir une juste rémunération des professionnels en continuant les mécanismes de péréquation lorsqu’ils peuvent se justifier. Les tarifs réglementés seront plafonnés, ce qui fera baisser les prix mais il y aura aussi un plancher ».

La commission spéciale de l’Assemblée sur le projet de loi Macron qui a débuté l’examen du texte lundi à, commencé, ce jour, à retoucher la réforme des professions règlementées en adoptant un amendement (N°SPE1885), porté notamment par le député PS Richard Ferrand qui est l’auteur d’un rapport éponyme sur les professions réglementées du droit et de la santé.

« Le présent amendement vise tout d’abord à prévoir qu’en dessous d’un seuil fixé par décret en Conseil d’État, les tarifs sont fixes. En effet, un tarif fixe est plus adapté pour les actes de la vie courante (liés notamment au droit des personnes et de la famille) et d’une exécution peu complexe. On peut imaginer que ce tarif fixe s’appliquera aux actes des huissiers de justice accomplis dans le cadre d’une procédure judiciaire ou d’une procédure civile d’exécution, ainsi qu’aux prestations des commissaires-priseurs judiciaires liées aux prisées et aux ventes judiciaires de meubles. Le seuil s’appliquera donc par catégorie d’acte, au regard de leur nature.

Ensuite, au-delà du seuil précité, les tarifs pourront varier dans la limite d’un tiers au‑dessus et en-dessous d’un tarif de référence. Des tarifs variables pour des actes au caractère économique plus marqué (transactions immobilières, par exemple) doivent pouvoir être appliqués afin de permettre aux professionnels d’adapter les tarifs de certaines de leurs prestations à leurs structures de coûts.

Enfin, l’amendement précise que les remises consenties par les professionnels sont fixes lorsque le tarif est proportionnel à la valeur du bien ou droit faisant l’objet d’un acte. Cette règle est de nature à garantir une solution plus équitable entre l’ensemble des usagers du droit et à éviter que ne se développe une justice « à deux vitesses ».

Par ailleurs, l’amendement vise à compléter le dispositif de « corridor tarifaire » par une obligation de transparence en vertu de laquelle les commissaires-priseurs judiciaires, greffiers des tribunaux de commerce, huissiers de justice, administrateurs judiciaires, mandataires judiciaires et notaires seraient tenus d’afficher les tarifs qu’ils pratiquent dans la fourchette autorisée.

Le dispositif de « corridor tarifaire » ne sera pleinement profitable aux usagers du droit que si ces derniers peuvent avoir connaissance, de façon simple, rapide et bien sûr gratuite, des différents tarifs pratiqués par les différents professionnels proposant la prestation recherchée.

C’est la raison pour laquelle le présent amendement tend à imposer aux professionnels du droit une obligation d’affichage des tarifs qu’ils pratiqueront, à la fois dans leur lieu d’exercice et sur leur site Internet, s’ils en ont un.

Lors de leur audition par votre rapporteure, le 7 janvier 2015, les représentants de l’Autorité de la concurrence ont insisté sur la grande utilité qu’il y aurait à compléter le dispositif du « corridor tarifaire » par une telle obligation d’affichage.

C’est parce que les usagers du droit pourront consulter aisément les différents tarifs pratiqués qu’ils pourront choisir d’avoir recours aux services d’un professionnel plutôt que d’un autre.

Cette obligation de transparence pourrait permettre de dissiper les difficultés que soulève en l’état le dispositif du « corridor tarifaire » au regard de l’obligation d’instrumenter qui est mise à la charge de chaque notaire par l’article 3 de la loi du 25 ventôse an XI contenant organisation du notariat. »




newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 14 janvier 2015

Publié le mercredi 14 janvier 2015

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  BCRSS15 | Fiscalité des entreprises


 



Les articles les plus lus !
Les premiers amendements au PLF 2018 adoptés en séance publique à l’Assemblée Nationale
Logiciel obligatoire au 1er janvier 2018 : Le vrai et le faux !
Les amendements du Gouvernement au PLF 2018
Le régime d’exonération de la plus-value au titre de l’indemnité perçue par les agents d’assurances partant à la retraite est contraire à la Constitution
Plus-value immobilière : l’exonération résidence principale à l’épreuve d’un bien inachevé
Harmonisation fiscale : quelles perspectives pour les entreprises en Europe ?
Promulgation de la loi ratifiant l’avenant à la convention fiscale Franco-Portugaise
Lutte contre les incendies de forêts et obligation de débroussaillement : proposition d’une incitation de nature fiscale
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016